Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 20:17
 
 
 
 
 
 
livre
 
 
 
Etre publiée, un rêve réalisé ! C'est un aboutissement en quelque sorte...! Un rêve que l'on n'aurait même pas cru possible...mais parfois, la vie vous réserve de très bonnes surprises alors que vous vous y attendez le moins du monde !
 
Voir son livre édité, c'est un grand bonheur...un peu comme une naissance ! Lorsque l'on a le bébé entre les mains, on est sur un petit nuage pendant quelque temps...
 
Mais ho, le petit nuage est confortable, certes, mais il est urgent d'en descendre !
 
Urgent car votre éditeur, lui, reste les pieds sur terre ! Le nouveau petit, en bonne place dans le catalogue, se doit de "bouger" et de faire parler de lui, évidemment !
Alors pour cela, votre éditeur a prévu un vaste programme et l'auteur doit remonter ses manches ; c'est l'heure de la promo !!
 
Interviews dans les journaux locaux, dans les magazines gratuits... avec photos de bébé dans les bras de Maman !! 
CAR le livre DOIT être annoncé grâce aux articles qui fleurissent ici ou là !
 
 
 
L'Union 08-01-2014
 
 
 
Interview radio. ( Ouf, pour gérer le stress de " parler dans le poste " je me répète que ce n'est qu'une radio locale sans beaucoup d'auditeurs !!)
 
Séances de dédicaces dans les librairies locales...- ce n'est pas mon exercice préféré, vous vous en doutez bien, car je n'aime pas trop être mise en lumière...- mais c'est un mal ( euh, un bien ? ) nécessaire pour faire parler du livre et donner envie de le lire !
 
 
Vitrine dédicaces La Procure
 
 
 
 
 
 
Dédicaces à L'Apostrophe
 
 
 

En fait, j'appréhendais la première séance de signatures, mais j'ai trouvé finalement que c'était un moment très riche en rencontres diverses et le temps a toujours passé très vite.

 

Lors de ces rencontres, vous avez la surprise de revoir le vieux copain de lycée que vous n'aviez jamais revu auparavant. L'ancien prof de lettres qui vous notait mal jadis...la voisine, les amis des parents, un " notable " ou deux, vos copains évidemment, des jeunes ( les amis de vos enfants), des étrangers et des " boulets " aussi...( cette vague connaissance par exemple, alors que ce n'est ni le lieu ni le moment, qui prend le temps de raconter interminablement ses déboires personnels, ignorant souverainement la file qui s'agrandit et qui attend son tour pour obtenir votre parafe...)
 
Dédicaces à l'Apostrophe

 

 

 

Tout ça, c'est lorsque vous dédicacez dans votre propre petite ville et que vous y êtes connue car vous en étiez la libraire quelques années plus tôt ! J'imagine que lorsque vous dédicacez " à l'extérieur " de chez vous et que vous êtes une inconnue... vous attendez sans aucun doute le " client" qui passe devant vous sans un regard...! Dur est l'exercice alors !! Houlà oui, sans aucun doute !

 

Dans ma région, mon nom n'étant heureusement pas totalement inconnu, on m'attendait un peu ( ouf !)...grâce aux articles (bien trop !) élogieux des journaux ( même s'ils ont trouvé ça peut-être nul, les journalistes ont tous bien aimé ma prose et ont voulu faire partager leur enthousiasme, hahaha, génial, non ?! ) et surtout grâce à mes "confrères " libraires qui ont su préparer ma venue comme des pros et qui m'ont accueillie comme une reine, avec une gentillesse énorme !!

 

Bientôt, je serai une pro des dédicaces, si, si je vous assure !

Dans quelque temps je serai devenue célèbre et il y aura donc la queue devant chaque librairie et ce dans les plus grandes villes du monde; j'aurai un chauffeur et un bodyguard !

Et même que, - pour celles qui connaissent mes délires - , le bodyguard qui m'accompagnera de très, très près et qui veillera à ma sécurité ( rapprochée !) sera...George EVIDEMMENT !!!

2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 17:38

 

 

 

Bougie magie

 

 

 

Soufflez sur l'année

Pour faire naître la nouvelle

Grand coup de vent de Noël

Emporte l'aînée

Avec ses joies et ses peines

Pour apporter le meilleur

Empli d'images sereines

De joies, d'espoirs et sans peurs

Allumons toutes les bougies

Et croyons à la magie

De ce nouvel an béni !

 

Excellente année à vous tou(te)s qui me lisez !

A mes ami(e)s d'écriture, je souhaite le plein d'inspiration, en espérant beaucoup de mots en partage, en jeux d'écriture, et en échanges prolifiques !

 

Que ce nouveau millésime, que j'accompagne bien sûr de bulles de champagne, vous apporte le meilleur !

 

21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 16:06

 

 

 

CouvFariboles

 

 

 

Ça y est !! Le petit est arrivé !!!

 

SUR-PRI-SE !!

 

Il est, en principe, sur toutes les tables des librairies champardennaises depuis le 13 Novembre.

 

Ailleurs, "Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne " est référencé dans les FNAC et Centres Culturels Leclerc. Vous pourrez donc le commander ainsi que, bien sûr, chez votre libraire habituel qui se fera un plaisir de vous satisfaire !

 
Vous pourrez aussi vous le procurer par Internet, sur
Fnac.com   

ainsi que sur le site des éditions Noires Terres qui seront ravies de vous l'envoyer !

 

Il s'agit de récits courts, entre légendes et réalité, agrémentés de jolies photos.

Un bel "objet-cadeau" comme ils disent...

 

Que de stress, une naissance...mais que de joies !! Surtout lorsqu'il s'agit d'un beau bébé, tout paré pour Noël !

 

Comment ça, " je ne suis pas objective "...? MAIS SI, il est beau, mon bébé !!!

 

 

 

21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 15:58

 

Pub Fariboles1

 

Il y a parfois des rêves qui deviennent réalité.

Du fin fond des tiroirs, des textes ruent dans les brancards et décident un beau jour de prendre l'air, de sortir au grand jour, de s'exprimer une bonne fois pour toutes !

Marre de cette odeur de renfermé; marre de cette nuit impénétrable où même le silence se tait.

Ce n'est pas une vie pour un texte de rester enfermé entre quatre planches...C'est comme une petite mort avant l'heure...Pensez donc ! Croyez-vous que l'on peut aisément bâillonner les mots, les contraindre à se taire ?! Allons donc, les mots sont nés pour voyager, s'exprimer, dire et redire, raconter, bref, EXISTER !

Alors un jour, les mots soudain se rebellent, les mots crient et font fi des moqueries : ils ont comme tout le monde le droit de vivre ! Le droit de respirer, d'oser dire, de chanter ou de crier, de rire aussi...

Ils entrouvrent donc le tiroir , se faufilent furtivement et s'enfuient pour partir à la conquête du monde de l'édition.

Aller convaincre un éditeur de les caser dans un livre...oh, même un tout petit livre de rien du tout...mais un livre, un vrai avec des pages, qui enfin les ferait voyager, voir du monde, raconter...

Un seul éditeur, le premier...mais tout de suite le bon ! Quelle chance...Celui qui a écouté, entendu. Celui qui a été sensible à la musique des mots et à leurs petites histoires, celui qui a collé les mots sur les pages.

Collés une bonne fois pour toutes !

 Et c'est ainsi que les textes ont claqué le tiroir avec force pour ne plus jamais y entrer !

Depuis, ils vivent leur vie, ces textes. Ils prennent un grand coup d'air frais chaque fois que l'on tourne les pages du livre.

Les pages sont devenues des ailes pour les textes qui enfin s'émancipent !

Et les mots volent !

Pigeons volent !

Bon voyage, les mots !

MES textes vivent enfin leur propre vie.

Comme les enfants que l'on met au monde et que l'on sait qu'il faudra un jour lâcher car ils doivent voler de leurs propres ailes...les textes aussi doivent sortir du tiroir et vivre leur vie.

J'ai lâché mes mots, j'ai libéré mes textes.

Je les ai confiés à un éditeur qui en a fait un LIVRE !

Un livre qui fait vivre mes mots et qui rend mes histoires vivantes.

MON livre qui côtoie d'autres livres sur des tables de librairies.

Mes textes sont heureux et moi...aussi !

 

Oui, oui, parfois les rêves deviennent réalité...et là, ce que je suis en train de vous raconter, ce ne sont pas que des mots, des histoires imaginées...non, non, ce sont des histoires pour du vrai !

 

5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 09:44

 

 

 

 

Automne 4

 

 

 

Tu crois être discret...mais penses-tu que je n'ai rien vu ?

Tu fais tes coups en douce, sournoisement, sans avoir l'air de rien, grignotant chaque jour un peu plus de mon bien-être...

Crois-tu que je n'ai pas vu que tu avais cette nuit repeint en rouille toutes les feuilles de la vigne-vierge ?

Crois-tu que je n'ai pas vu que tu avais décoiffé les arbres du jardin ? Pire...que tu avais cueilli les toutes dernières roses églantines ?

Me prends-tu pour une niaise qui ne se serait pas aperçue que tu mordais à pleines dents dans mes tranches de jour...laissant ta nuit avaler gloutonnement ma lumière, croquant les heures les unes après les autres comme une souris affamée et qui pour cacher les trous étalerait une couche de brouillard, ni vu ni connu...

Crois-tu que je n'ai pas senti que tu avais baissé la chaudière, me forçant à ressortir tous mes pulls de l'armoire ?

Tu pointes le bout de ton nez en refroidissant le mien...tu es content sans doute de me donner des frissons...mais sache une bonne fois pour toutes, Monsieur l'Hiver, que ma préférence ira toujours à l'été et que dans la ronde des saisons, si j'en avais les moyens, je zapperais ton tour !

11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:45

 

 

 

 

La marguerite des possibles

 

Après  La boîte à rêves et L'atelier de Mijoty, voici la parution tant attendue de La marguerite des possibles, la troisième "Anthologie éphémère" réalisée par un collectif d'auteurs et d'illustrateurs dont le but est de permettre à un enfant malade de réaliser son rêve.

 

Nous sommes 103 à avoir participé à ce recueil.

 

103 pétales de la marguerite à effeuiller...  

 

Un bien joli recueil à feuilleter.

Poèmes, nouvelles, contes et autres histoires sur le thème de la marguerite sont accompagnés d'une illustration, d'une photo, d'un dessin, d'un pastel, d'un collage...

Textes et illustrations ont été réalisés avec le coeur, juste pour partager le rêve !

 

Si vous désirez vous aussi, à votre manière, participer au rêve et aider ainsi un enfant, vous pouvez vous procurer le livre en souscription ICI, chez Quichottine.

 

Le livre est vendu 15 € + les frais de port.

 

Le 12 Octobre, journée nationale des rêves, le livre sera disponible dans le catalogue de TheBookEditions.

 

Tous les bénéfices et droits d'auteurs seront intégralement reversés à l'association RÊVES.

 

Merci à tous de votre soutien.

Merci à tous d'avoir la gentillesse de nous accompagner pour aider un enfant malade.

 

 

 

 

Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 00:31

 

 

 

saule-pleureur.JPG

 

 

 

 

A l’ombre de mes chimères

Au-delà de la lumière

Tu respires

Tu respires, tu vis, tu soupires

A l’ombre de mes souvenirs

Tapis au fond de ma chair

De mon cœur qui expire

L’ombre de toi soupire, volète et déchire

L’espace entre nous, frangé de désirs

Les traits de ton visage, mirage qui vacille

Ombrent les nuages aux contours qui s’effilent

File le temps qui glisse à l’autan des transes

D’un passé révolu si présent dans l’absence

A l’ombre de ta tombe

Sous l’ombrage des grands arbres

Le silence se fait sombre et plombe l’air qui tombe

Ton ombre évanescente traverse l’espace ouvert

Plongeant mon regard sombre au fond de la pénombre

Une palombe fendant l’ombre

Vient déchirer le ciel

Emportant sur ses ailes

Ma peine qui succombe

 

 

 

23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 23:53

Chapeaux 3902 - CopieChapeaux 3903 - Copie 

 

 

 

Chapeaux 3882 - Copie

 

 

 

 

 

Chapeau,  Cathy !! (C'est une copine à moi, à qui je réponds à un mail groupé, envoyé à quelques unes de ses amies pour nous demander de sortir nos chapeaux à l'occasion du mariage de sa fille adorée! )

 

Je te tire mon chapeau pour cette charmante idée que nous allons, of course, toutes adopter Samedi, jour du mariage de ta fille Marie-Laetitia !

 

Porter un chapeau...OUI, mais pas n'importe quel chapeau !!

 

                                                                                                Chapeaux 3919 - Copie

 

Chapeaux 3907 - Copie Chapeaux 3925 - Copie

 

 

J'ai donc démarré ma journée ce matin sur les chapeaux de roue, direction la boutique de la modiste, pour dénicher LE chapeau qui saurait coiffer ma petite tête de façon plaisante.

 

Petit bibi, large capeline, charlotte, chapeau de paille, chapeau rond-vive les bretons, chapeau pointu turlututu...j'ai TOUT essayé !

 

Echevelée, ébouriffée...même les chapeaux en ont perdu des plumes !

 

 

                                                    Chapeaux 3905 - Copie

Chapeaux 3931 - Copie       Chapeaux 3904 - Copie

 

 

 

Un truc à vous faire travailler du chapeau en moins de deux minutes !

 

Et là, je vois certaines de mes copines,- qui me connaissent bien,- qui sont en train de penser en me lisant : "ça y est, voilà la Nicky emportée par son imagination fertile et qui nous embarque encore dans l'une de ses histoires rocambolesques...elle exagère encore, comme d'habitude !!!"

 

Oui, je sais...c'est facile de me faire encore porter le chapeau, hein les copines !! Mais là, NON, je n'exagère pas : Même Madame la modiste n'en pouvait plus non plus !

 

On en a vraiment bavé des ronds de chapeaux !!

 

Mais soudain, Ô joie et soulagement, UN chapeau m'a sauté aux yeux (et bientôt sur la tête !) : c'était celui-là et pas un autre !

 

 

 

Chapeaux 3930 - Copie 

J'ai donc réussi, finalement, à tirer mon épingle à chapeau du jeu !

 

Aussi, je vous souhaite de trouver facilement votre chapeau à vous, si ce n'est déjà fait !

 

Néanmoins, sans vouloir encore avoir l'air de m'occuper du chapeau de la gamine...je ne puis m'empêcher de vous donner quelques conseils amicaux à vous, les filles-mes-copines :

 

Evitez, autant que possible, le turban, le foulard, le voile, le képi de gendarme, la casquette, la chéchia ou la coiffe bigoudène...des couvre-chefs, ma foi, difficiles à porter lors d'un mariage...La cloche peut également s'avérer démodée...

Mais..."MiroirÔmonbeaumiroir" saura vous dire ce qui vous va ou... pas ! Lui seul détient la vérité, faites-lui confiance !

 

Cela dit, soyez cependant rassurées car sachez que :

 

"Qui a bonne tête ne manque pas de chapeaux" et que :

 

" Le prix du chapeau n'est pas en rapport avec la cervelle qu'il coiffe"

 

Et attention : "Qui sème le vent,court après son chapeau" !!!

 

 

 

                                                 Chapeaux 3921 - Copie                                                                               

 

                                                                                              Chapeaux 3932 - Copie 

Chapeaux 3917 - Copie             

Published by Nickyza - dans Tranches de vie
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 01:49

 

 

 

 

 

grand prix des lectrices de ELLE

 

 

 

Le 30 Mai 2013, à Paris, dans les salons de France-Amériques, était décerné le Grand Prix des lectrices du magazine ELLE.

 

- Dans la catégorie "romans", le lauréat est :

 

Robert Goolrick pour "Arrive un vagabond" aux éditions Carrière.

Traductrice : Marie de Prémonville

 

arrive un vagabond

 

 

 

- Dans la catégorie "documents", le lauréat est :

 

Rithy Pahn pour "L'élimination" aux éditions Grasset.

 

 

 

L'élimination 

 

 

- Dans la catégorie "Policiers", le lauréat est :

 

Gillian Flynn pour "Les apparences" aux éditions Sonatine.

Traductrice : Héloïse Esquié

 

Les apparences

 

Trois ouvrages que j'avais très bien notés.

 

Je n'aurais toutefois pas choisi dans la catégorie "documents" "L'élimination" que je juge très dur et dont certains passages m'ont paru à la limite du supportable...tant l'horreur est présente. Un témoignage néanmoins certainement utile...mais que les médias ont déjà énormément relayé.

 

"Arrive un vagabond" et "Les apparences" sont deux romans que j'avais élus, l'un et l'autre dans chacune des catégories, aux places numéro 2 !

Je suis donc ravie du résultat !

Un peu déçue néanmoins pour Bernard Minier et son "Cercle", pour Arthur Dreyfus et sa "Belle famille" et pour Sandra Kollender et sa "Tête à Toto".

Mais tout le monde ne peut pas gagner...

 

Trois ouvrages dont vous pourrez lire ma critique dans les articles précédents.

 

Ainsi se termine le Grand Prix des Lectrices de ELLE 2013.

 

Ainsi se termine mon expérience en tant que jurée d'un prix littéraire.

 

(Avez-vous remarqué que j'ai cité les traductrices !!! Chose que n'a pas faite le magazine ELLE...c'est pas bien !)

Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 01:48

 

 

 

 

Le salon du livre, Porte de Versailles.

 

Un rendez-vous annuel que je ne manque jamais, -déformation professionnelle oblige -, et que cette année, tout particulièrement, je n’aurai loupé sous aucun prétexte !

Comment refuser une telle invitation lancée par le magazine ELLE ?

Comme les 120 autres jurées, j’étais conviée dans les salons VIP à une rencontre avec une partie des auteurs sélectionnés par le Grand Prix des Lectrices du magazine ELLE. Sélectionnés par le jury, nous, moi…

 

Rendez-vous dans les salons VIP, sur la mezzanine qui surplombe tout le salon du livre…

 

    Il est 10 heures du matin.  

 

 

 

 

salon du livre 2013

 

 

 

 

 

Ouverture des portes du Salon du livre.

Une marée humaine vient de se déverser sur l’esplanade du Parc de Versailles. Une foule qui, comme moi, se presse pour entrer.

Files d’attentes interminables.

Je lève la tête et repère le fameux escalier qui me laissera pénétrer quelques heures plus tard dans le Saint des Saints.    

« A gauche de l’entrée des visiteurs avec invitations »…c’était stipulé sur le courrier. C’est donc là ! Des personnes s’agitent là-haut…On prépare peut-être déjà notre arrivée…

Un type prend des photos de la marée humaine, du bétail parqué sagement devant les guichets.

 

Ma file d’attente à moi prend ses aises et son temps. J’avance d’un seul pas toutes les cinq minutes…alors j’observe les gens autour de moi. Mon passe-temps favori pour éviter l’ennui et calmer mon impatience. J’adore me raconter des histoires dans ces moments-là...

Cette fille-là, à ma droite, elle a une tête de jurée…si ça se trouve, on se retrouvera au même endroit cet après-midi…

Ce type-là, aux cheveux longs avec des dossiers plein les bras…à mon avis il va passer sa journée à vouloir rencontrer les directeurs littéraires des maisons d’édition afin de leur fourguer ses manuscrits…

Lui et elle…un couple illégitime…c’est sûr… qui vient se cacher parmi les livres. Une bobo aux nattes entremêlées sur le haut de la tête et aux lunettes d’intellectuelle éclairée scrute le plan du salon pour ne pas perdre une seconde à chercher le stand de son éditeur préféré. Elle aussi devant moi a une tête de jurée…

« Madame, s’il vous plaît, votre invitation ! » Prise dans mes pensées, je n’ai pas vu que mon tour était arrivé ! Un coup de pistolet sur mon carton, et pan, c’est parti !

Me voilà lancée dans les allées du Salon.

Un dernier coup d’œil au fameux escalier, - sans tapis rouge, néanmoins -, que je monterai à 15 heures 30 précises, tout à l’heure. Cela me laisse quelques précieuses heures devant moi pour arpenter les allées à ma guise.

 

J’assiste à une mini-conférence sur le Ebook…quelle horreur, cette chose glacée qui va remplacer le livre…aucun détracteur parmi les personnalités qui débattent; ça n'a donc aucun intérêt ! Je m’ennuie, m’énerve toute seule et m’enfuis.

 

Rendez-vous sur le stand de TheBookEdition où une bloggeuse amie (que je ne connais que virtuellement !) est présente pour dédicacer son livre « Papilio ».

 

Jolie rencontre. Belle surprise. Exclamations. Rires. On se parle comme si l’on s’était toujours connues.

Quichottine ressemble à la Quichottine que j'avais imaginée !

L’illustrateur du livre, Davy, est là aussi ; jeune, adorable et…doué !

On échange tous les trois des pensées sérieuses en évoquant le parcours du combattant du « jeune » auteur qui veut se faire éditer…

Il faut vous dire, en passant, à vous qui ne connaissez pas Quichottine que Quichottine est une star sur la blogosphère ! Et son livre, "Papilio", un conte magnifique qui fait rêver petits et grands.

Mais c’est pas tout ça…des kilomètres m’attendent encore ! Je laisse donc Quichottine et Davy à leurs dédicaces et file poursuivre mon marathon dare-dare.

Des clameurs emplissent soudain les allées. Des cris de cours de récré.

Une harde de petits nains lâchée !

Des lutins bruyants et dissipés qui n’écoutent pas les maîtresses et qui envahissent les stands de livres de jeunesse à la manière d’un cyclone ! Indomptables, ces nains, qui en moins d’une seconde vous retournent un rayon de livres ! Zut, j’avais oublié que le Vendredi était dévolu aux écoles ! Après avoir pris deux ou trois coups dans l’estomac et les orteils en compote, je renonce à acheter des livres pour enfants, -surtout à la vue des queues en caisse !-, et fuis loin des éditeurs-jeunesse !

 

Après avoir sillonné le salon de long en large, après avoir englouti un sandwich infâme et reposé mes arpions en écoutant l’interview d’un auteur…incohérent…(il n’a pas sucé que la glace, çui-là, me dit une dame au regard moqueur !), je jette un œil à ma montre : 15h 15 !! C’est l’heure…le temps d’y aller !

 

15h20 : je monte le grand escalier !

 

En haut, il y a déjà du monde. Des groupes de femmes qui font connaissance. Je m’avance, un peu intimidée. Mon nom est bien sur la liste, ouf ! A côté de moi, une jeune femme qui fait aussi partie du jury de Septembre.

C’est un signe, l’après-midi s’annonce sous les meilleurs augures ! On échange de suite nos impressions sur les livres lus et notés.

 

On nous prie de rejoindre le fameux salon VIP.

 

 

 

4 Salon VIP ELLE

 

 

 

On nous y accueille chaleureusement. Un buffet de douceurs sucrées est dressé. Des tables rondes aux nappes blanches n’attendent que nous.

 

Je m’assois à côté d’une grande jeune femme brune au collier impressionnant fait d’innombrables anneaux en fer entrelacés. 

Elle se présente ; c’est Cécile Guilbert. L’écrivaine qui a écrit ce terrible et dur témoignage : « Réanimation ».

 

 

4 Cécile Guilbert Réanimation

 

 

Je lui confie qu’une quinzaine de jours après avoir lu son livre, l’un de mes meilleurs amis était admis au service de réanimation…et que je n’avais pas cessé de penser aux phrases de son livre et que malheureusement cet ami n’avait pas connu le même dénouement heureux… Cécile Guilbert se montre tout aussi positive et drôle que dans son livre, ce qui allège quelque peu le drame en question…Les questions et les réponses s’enchaînent. Elle nous laisse enfin pour aller s’asseoir à une autre table.

 

C’est une auteure de polar qui la remplace : Brigitte Aubert vient nous parler de « La ville des serpents d’eau ». Un thriller que j’ai aimé. Elle nous raconte sa façon d’écrire, sans plan aucun, et comment cela l’amuse de découvrir au fil des mots sa propre intrigue, inconnue deux minutes plus tôt. Elle a un autre métier et donc écrit à mi-temps et …quand elle peut. C’est sa récréation !

 

Bernard Minier, autre auteur de polar et entre autres de l’excellent «  Cercle », avoue lui, écrire tout le temps, 7 jours sur 7 et même en vacances.

 

 

3 Bernard Minier Le cercle

 

Il ne peut pas s’en passer, tout comme son inspecteur ne peut se passer de lui ! Une chose est sûre : Minier ne risque pas de tourner en rond dans son Cercle ! Quant à nous, on comprend mieux, à l’écouter, pourquoi on est « pris » dans ces ambiances dans lesquelles il s’attache toujours à nous rendre « accros ».

 

Vient ensuite à notre rencontre, Mickaël Ferrier.

Un homme charmant, plus nippon que français, tant il est imprégné du Japon depuis qu’il s’y est installé. Voilà pourquoi il sait si bien parler de ce qui s’est passé à Fukushima…surtout qu’il a tout vu « de ses yeux vus » et tout ça fait froid dans le dos. A défaut d’être irradié, Mickaël Ferrier irradie d’une certaine sagesse. Il parle avec le calme d’un sage qui a côtoyé l’horreur de très près. Il sait que le nucléaire n’est pas bon pour la planète.  

 

Arrive ensuite celui que j’attendais avec impatience : Arthur Dreyfus ! Un jeune, tout nouveau dans le métier mais qui ira loin, à coup sûr !

Excellent exercice que ce fait divers qu’il a mis à sa sauce à lui ! « Belle famille » ne remporte sans doute pas tous les suffrages mais il a le mérite d’ouvrir le débat sur les mères indignes qui peuvent ne pas aimer leur progéniture !

 

 

 

2 Arthur Dreyfus - Cop

 

 

 

Le débat fut animé et Arthur avait réponse à tout, même s’il semblait parfois parti vers d’autres contrées…Aurions-nous déclenché chez lui une idée de sujet pour un prochain roman avec tous nos exemples de mères indignes et pas indignes ? Qui sait…Cela dit, Arthur semblait vouloir continuer ces échanges jusque très tard !

 

Mais il lui fallut laisser sa place à Sandra Kollender qui venait nous parler de « La tête à Toto ».

 

 

 

6 Sandra Kollender La tête à Toto

 

 

 

Après tous ces drames qui se sont succédés et cette vie entre parenthèses vouée à ce fils si malade…quel soulagement de constater que de bonnes choses semblent lui arriver enfin, après dix ans de galères !

Que sa joie d’être là fait plaisir à voir.

Sa surprise d’être reconnue comme un écrivain, alors qu’elle pensait avoir écrit un journal sans intérêt pour les autres…l’écriture qui va enfin lui permettre d’exister pour elle-même, et de voir l’existence sous un autre jour, la forçant à sortir de cet enfermement dans lequel la maladie de ceux que l’on aime peut parfois vous jeter.

J’ai bien aimé son humour noir, seul remède pour ne pas sombrer. Elle mérite d’écrire plein de romans drôles, Sandra, et c’est ce que je lui souhaite !

 

J’étais désolée que Colombe Schneck ne soit pas venue s'installer à notre table.

La fatigue l’avait, paraît-il, terrassée soudainement et elle souhaitait partir avant la fin…dommage, j’avais tant de questions à lui poser dont les réponses auraient peut-être effacé certaines ombres qui m’ont empêchée d’apprécier son roman à sa juste valeur.

 

J’ai apprécié tous ces échanges entre auteurs et entre jurées. Nous avions souvent des avis divergents sur tel ou tel livre, les unes aimant celui qui vous a déçue, les autres détestant celui que vous avez aimé…mais c’est probablement ce qui a fait la richesse de nos échanges !

 

19 heures ! Le temps a passé si vite ! Il est l’heure déjà de se séparer…

Au revoir. A bientôt. Ravie de vous avoir rencontrée. C’était si bien…oui, mais on se revoit bientôt…le 30 Mai !

 

Métro bondé. Cavalcade pour attraper le train qui filera dans la nuit vers la Champagne avec à son bord une jurée aux rêves plein la tête.

 

Ce fut une journée intéressante et une expérience très enrichissante !

 

Merci au magazine ELLE et vivement le 30 Mai prochain, le jour J, le grand jour :

 

le jour de la proclamation des résultats du Grand Prix des Lectrices du magazine ELLE !!

 

 

 

 

grand prix des lectrices de ELLE 

 

 

Ce texte-là, dans son intégralité, avait été écrit spécialement pour le magazine ELLE qui avait accepté ma proposition de faire un compte-rendu de ce bel après-midi.

Je fus ravie de voir que le magazine avait décidé de le publier sur leur site dédié au "Prix des lectrices de ELLE" !

Quelle déception cependant de constater que mon texte avait été réduit de moitié...La rédaction du magazine a jugé, à priori, que seul le passage concernant la réception dans les salons VIP était intéressant...et encore...la rencontre avec les écrivains a été quelque peu...édulcorée ! 

La rédaction a pris en fait uniquement ce qui concernait notre petite rencontre; jugeant que le salon du livre était hors sujet !

 

A propos de ce site, ce qui m'a le plus déçue dans l'histoire, c'est que je pensais que ce site existait afin de favoriser les échanges entre les jurées...que nous allions communiquer régulièrement, donner nos avis...en réalité, mise à part cette journée au Salon du Livre, pas une fois, nous n'avons eu l'occasion d'échanger nos avis...pas une fois, nous nous sommes rencontrées, et j'ai même le sentiment que les responsables du Prix ne cherchaient pas vraiment à nous mettre en contact...

 

Chacune a lu dans son coin...et puis c'est tout !

 

Un peu frustrant, non ? C'est en tous cas pas du tout ce que j'avais imaginé !

Jusqu'au jour de la proclamation des résultats, nous avons été tenues à l'écart...aucune de nous, jusqu'au dernier moment, n'a eu un seul indice sur les livres "potentiellement gagnants". Nous avons connu les lauréats, le jour même et comme tout le monde.

Du coup, je n'ai pas jugé bon de me déplacer...car tout était déjà joué d'avance finalement...(juste des calculs, une moyenne des notes et hop !)

Aller là-bas juste pour la photo de groupe et le cocktail, ne m'a pas semblé suffisamment intéressant...j'aurais eu l'impression de servir de "faire-valoir" et j'avais mieux à faire ailleurs !

 

J'avais rempli ma mission. Point !

 

L'expérience "jurée du prix des lectrices de ELLE" a, sur ces points-là, été très décevante !

MAIS je conseille néanmoins à chacune de vous de tenter l'expérience...si vous aimez BEAUCOUP lire et lire DE TOUT ! C'est du boulot et lorsque les livres sont médiocres, ce n'est vraiment pas une partie de plaisir !!

 

Voilà, vous savez tout de mon expérience de jurée dont je n'ai finalement pas grand chose à raconter !!

     J'avais cependant promis de TOUT vous dire; c'est chose faite   !

 

   

Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre