Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:39

 

 

 

 

corde à linge jolie

 

 

REFRAIN 

 

La corde à linge qui claque au vent

C’est chaque matin un pur moment

Ses strings, ses bas, ses balconnets

Se balancent juste sous mon nez.

 

Lingerie fine, dentelles fragiles

Satin doux qui glisse sur le fil

Soulevés par un vent malin

Attise mon œil et j’y peux rien.

 

De ma fenêtre, hypnotisé

Je regarde la lingerie danser

J’imagine sa propriétaire

Une jolie femme juste derrière.

 

REFRAIN

 

Elle met ses strings sur le fil

A l’aube quand je dors encore

Je n’ai jamais pu voir la fille

Elle rentre son linge quand j’suis dehors.

 

La lumière joue dans les dentelles

Mes yeux ne se lassent jamais d’elles

J’aimerais pourtant connaître la fée

A la pince à linge si futée.

 

REFRAIN

 

De mon balcon à son balcon

Un grand océan nous sépare

Ses slips comme des voiles de coton

Voguent sur mes rêves emplis d’espoirs

 

Dentelles rouges, dentelles noires

J’en vois de toutes les couleurs

Soleils couchants, tempêtes noires

Je navigue avec elle sans peur.

 

REFRAIN

 

Je ne connaîtrai pas la fée

De la corde à linge qui dansait

La lingerie a disparu

Un jour elle n’est plus apparue.

 

Petits bateaux au vent violent

Furent emportés vers l’horizon

En des terres lointaines inconnues

D’où ma fée n’est jamais revenue.

 

REFRAIN

 

Depuis ce temps sur le balcon

La corde à linge grince sous le vent

Sifflez les vents, criez haubans

Le spectacle n’est plus comme avant.

 

Vilaines gaines couleurs de chair

Chaussettes de laine, tricots de corps

Ne donnent pas envie de prendre l’air

Je préfère plus quitter le port.

 

REFRAIN :

 

La corde à linge qui claque au vent

C’est chaque matin le pire moment

Ses gaines, ses socques, ses tricots de corps

Ne me f’ront plus quitter le port.

 

 

 

Des paroles oubliées au fond d'un tiroir...et que je ressors, histoire de leur faire prendre l'air !

 

Une photo "piquée" chez Freepik, merci à eux !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 15:08






                                                                    *


 

Refrain :


Ton regard m’accompagne

Je le porte dans mon cœur

Comme un petit bout d’âme

Comme un porte-bonheur

 

Tu voles tous mes rêves

Tu les emplis de toi

C’est le cœur plein de fièvre

Qu’au matin j’entrevois

Ta présence qu’on m’enlève

 

Tout au long de mes jours

Tu voles mes pensées

C’est le cœur bien trop lourd

Que je vois s’effacer

Ton ombre aux doux contours

 

Ton regard m’accompagne

Je le porte dans mon cœur

Comme un petit bout d’âme

Comme un porte-bonheur

 

Je sens bien ta présence

Je sens ton doux parfum

Et comme une évidence

Tu flottes et tu surviens

D’une aura bleue qui danse

 

Tu planes sur ma vie

Invisible présence

Et comme par magie

Tu règles mon existence

Et caresses mes envies

 

Tu es l’ange dans ma vie

Qui me suit pas à pas

Tu es celui qui dit

Je suis bien toujours là

Bien au-delà de la vie 

 

Ton regard m’accompagne

Je le porte dans mon cœur

Comme un petit bout d’âme

Comme un porte-bonheur

Comme un petit bout d’âme

Comme un porte-bonheur

Comme un porte-bonheur ...



(11/01/97)



* Toile "cache-cache" de Patrick Mahieu ...j'adore!






Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 03:32


CHANSON:







 

 

Quand elle apparaît au milieu de la nuit

Et qu’elle danse sous la lune qui luit

Sur une mélodie pas finie

J’ai le sommeil qui fuit.

 

Quand elle saute dans les flaques d’eau de pluie

Et qu’elle danse dans le vide de la nuit

Sur des paroles  infinies,

J’en oublie tous mes ennuis.

 

Refrain : Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

J’ai le blues qui s’enfuit

Quand elle danse pour moi la vie

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

J’ai le cœur qui s’emplit

Des mille étoiles de sa vie

 

Quand elle jette sur moi son regard de pleine lune

Et qu’elle sème des étoiles sur la dune

Dans son grand sourire épanoui

J’enfouis mes rêves évanouis

 

Quand elle m’appelle d’un seul geste de la main

Pour que l’on danse jusqu'au lendemain

Sur le rythme fort d’un mambo

Mon cœur bat le tempo

 

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie,

J’ai le cœur qui s’emplit

Des mille étoiles de sa vie

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

J’ai le blues qui s’enfuit

Quand elle danse pour moi la vie.

 

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

Je sais qu’c’est pour la vie

Quand elle danse pour moi ainsi

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

D’un amour infini

Quand elle danse pour moi la vie

Le temps d’une nuit

Le temps d’une envie

J’ai le blues qui s’enfuit.




Jolie image empruntée ici au fil de mes pérégrinations sur le net !


Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 15:16






Chanson de riens:



 

Refrain :


Deux trois choses et trois fois rien

M’en faut peu pour être bien

Deux trois choses trois fois rien

Le bonheur c’est trois fois rien

 

Un morceau de fromage et un quignon de pain

Une gorgée de bière et trois grains de raisin

Le soleil dans tes yeux, dans le cœur un refrain

Et le vent qui se lève pour chanter des demains

Et la mer qui s’en va pour des pays lointains

Lécher d’autres rivages pour de nouveaux destins

 

Trois notes de musique et du papier tue-mouches

Pour attraper tes mots et les garder en bouche

Un crayon, une feuille pour dessiner la lune

Qui chatouille les nuages en forme de poisson-lune

Un livre aux pages usées, aux phrases soulignées

Pour que les mots jamais ne puissent s’échapper

 

Deux trois choses et trois fois rien

M’en faut peu pour être bien

Deux trois choses trois fois rien

Le bonheur c’est trois fois rien

 

Deux trois gouttes de pluie pour l’odeur de l’humus

Quand la terre libère ses parfums de musc

Une guitare, un djembé ou un harmonica

Pour les soirs sur la plage autour du feu de bois

Un coucher de soleil sur l’horizon troublé

Par le rire des copains qui ont un coup dans l’nez

 

Ta main sur mon épaule et ton rire dans l’air

Le sourire d’un enfant qui joue dans la lumière

De la maison bleue qui croule sous le lierre

Trois ballons qui s’envolent dans le ciel bleu et clair

Et les chiens sur nos pas qui courent et puis qui flairent

La trace des oiseaux jusqu’à l’embarcadère

 

Deux trois choses et trois fois rien

M’en faut peu pour être bien

Deux trois choses trois fois rien

Le bonheur c’est trois fois rien






Image glanée sur le site de Claireocaire







Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 16:28






Elle chante sur les quais, dans les gares de Paris

Elle chante près du guichet mais personne lui sourit

Le saxophone gémit et les notes s’envolent

Sans sembler émouvoir tous les gens qui la frôlent

 

Refrain :

 

Elle chante dans la rue

Elle chante dans les gares

La gloire elle n’y croit plus

C’est là dans son regard

Elle chante dans la rue

Elle chante dans les gares

Pour pas être une exclue

Pour manger et puis boire

 

Sur les quais de la gare, elle chante pour des gens

Qui ne pensent qu’à courir, pressés et l’œil hagard

Lorsqu’elle tend son chapeau pour un p’tit peu d’argent

On lui jette quelques pièces sans le moindre regard

 

Refrain.

 

Malgré tous ses diplômes, la société la jette

Lui propose le chômage, lui défend le travail

Plutôt que d’accepter sa vie comme une défaite

Pour remplir son assiette, elle chante sur les rails

 

Refrain.

 

Elle chante dans les gares des fados langoureux

C’est toute sa vie qui passe dans son regard si triste

La misère à vingt ans, ça reste scandaleux

Elle chante, la p’tite Marie, pour nous dire qu’elle existe.



Chanson écrite pour le groupe "Les Torchons" (le groupe de musique de mes rejetons!)
ça m'émeut toujours d'entendre mes mots mis en musique...surtout lorsqu'ils sont chantés sur scène, devant un public qui danse dessus...oui, ça fait bizarre...comme si je n'avais pas écrit moi-même ces mots-là!


Quelques uns d'entre vous m'ont signalé que le lien des "Torchons" semblait inactif... ça y est c'est réparé! Si vous avez des soucis pour accéder au site, vous trouverez le chemin dans ma colonne de droite! Vous voyez là...juste au dessus du compteur? Voilà...info pour ceux qui voulaient aller écouter le groupe, et qui se sont perdus en chemin... mais...je ne pense pas qu'il y ait d'extrait de CETTE chanson-là...?
En revanche, vous pourrez écouter en live (vidéo) une autre de mes "créations" >>> "Sur le quai". C'est sur "Myspace" juste en dessous des photos de chacun des musiciens :-))) Malheureusement le son des extraits n'est pas top...

Vidéo de la chanson " Sur le quai"



 




                                             
Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 22:40




 

(Refrain) :

Ma vie est un théorème :

Carpe Diem, Carpe Diem

Mes jours ne sont jamais blêmes

Carpe Diem, Carpe Diem

Des petits bonheurs parsèment

Mon chemin comme un poème

Carpe Diem, Carpe Diem

Carpe Diem, Carpe Diem.

 

On sait bien que la vie passe et casse comme un rien

Le temps file les jours et avalent nos nuits

Pour ne pas se laisser avoir par le destin

Profitons de la moindre seconde qui fuit.

 

Attrapons vite au vol tous les plaisirs qui passent

Un sourire, une parole, un regard que l’on croise

Cueillons les p’tits bonheurs comme des fleurs qu’on ramasse

Faisons traîner le temps à la première occase

 

Ma vie est un théorème :

Carpe Diem, Carpe Diem

Mes jours ne sont jamais blêmes

Carpe Diem, Carpe Diem

Des petits bonheurs parsèment

Mon chemin comme un poème

Carpe Diem, Carpe Diem.

Carpe Diem, Carpe Diem.

 

Au milieu des chagrins, des soucis qu’on traverse

Il se cache des joies à qui sait les trouver

Comme le vent qui souffle fort pour chasser les averses

Balayons la tristesse pour mieux se relever.

 

Un café au soleil, un fou-rire entre amis,

Un coucher de soleil, un repas partagé,

Le rire d’un enfant, une douce symphonie

Sont autant de belles choses que l’on peut engranger

 

Refrain

 

Cueillons dès aujourd’hui les roses de la vie

Profitons du présent sans peur du lendemain

Comme nos jours sont comptés, relevons le défi :

Un pied d’nez à la mort et la vie à pleines mains.

 

Le sourire d’un passant, un oiseau qui s’envole,

Le soleil qui scintille sur la mer qui rugit,

Et les ors de l’automne et les filles qui rigolent

Et les mots, les je t’aime que l’on lance à l’envi.

 

Refrain.     



Vraiment pas très présente sur mon blog ces temps-ci...Je pense que vous ne m'en voudrez pas, car vous connaissez vous aussi le manque de temps...
Je refuse de me culpabiliser, ayant toujours décidé de privilégier ma vie réelle plutôt que ma vie virtuelle!
Il y a souvent dans la vie réelle des priorités...et comme disait ma grand-mère:
"on ne peut pas être en même temps au four et au moulin!" , aussi mon blog reste et restera toujours une "récréation" et non une obligation...et lorsque c'est une récréation, qu'est-ce que c'est chouette, qu'est-ce qu'on a comme plaisir à venir poser ses mots et à visiter les copines et les copains rien que par plaisir!!!
Enfin bref, tout ce que je voulais vous dire, c'est que même si je ne suis pas toujours là, je pense quand même à vous tous, oui à vous, là, qui êtes en train de me lire et qui venez mettre la cafetière en route même en mon absence !!



                                          
                                   
Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 01:01




       *


Chanson:


Refrain :


Quand les armes se lèvent et brisent le cœur des hommes

Il y a toujours une plume, un pinceau qui s’élèvent

Une voix pour offrir des espoirs et des rêves

Pour crier haut et fort la violence que l’on nomme.

 

                                  ***

 

Quand le rire des enfants se transforme en sanglots

Et que le cœur des mères se brise en mille morceaux

Il y a toujours des mots, des chansons pour calmer

Les chagrins, les malheurs que l’homme a pu semer.

 

Dans le ciel de tes nuits quand les étoiles se meurent

Quand l’océan vomit des vagues noires de mazout

Il y a toujours un peintre pour remettre des couleurs

Sur le sombre des jours en effaçant les doutes.

 

                                    ***

 

Refrain.

 

                                    ***

 

Au grand creux de la vague quand les espoirs ont chu

Et quand même les clowns laissent perler des larmes

Il y a toujours une flûte, un saxo, des percus

D’où s’envolent des notes qui font danser les femmes

 

Pour crever le silence et percer les non-dits

Montrer l’indifférence et le mal qui sévit

Il y a toujours une plume acérée pour écrire

Les mots pour informer et dénoncer le pire.

 

                                    ***

 

Refrain :


Quand les armes se lèvent et brisent le cœur des hommes

Il y a toujours une plume, un pinceau qui s’élèvent

Une voix pour offrir des espoirs et des rêves

Pour crier haut et fort la violence que l’on nomme.



 

* Tableau de Dom Garcia 


Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 15:43





CHANSON :

 

Refrain :


Arrêtez, arrêtez !

Laissez nous vivre en paix

Laissez nous décider :

Mourir ou s’éclater

Notre vie nous appartient

Pas besoin d’anges gardiens

Arrêtez, arrêtez

La folie des dangers !

 

Il ne faut plus manger, il ne faut plus baiser

Sinon c’est le cancer, le sida assurés

Et le cholestérol et puis l’obésité

Demain tu vas mourir et tu l’auras cherché

 

Puisque t’es inconscient, on va te protéger

Te faire vivre dans un monde pur et aseptisé

T’interdire les alcools, t’interdire de fumer

Te punir, te mater et bien sûr te taxer

 

Refrain

 

Les téléphones portables te rongent le cerveau

Le four à micro-ondes est un autre fléau

Les rayons du soleil c’est pas bon pour ta peau

C’qui était bon hier, aujourd’hui c’est zéro

 

Tu ne dois plus conduire, la route est un danger

Les radars, la flicaille, ça te fait bien flipper

Un bon moyen aussi pour te faire racketter

A pied ou à vélo, demain tu vas te tuer

 

Refrain

 

Tu crois être à l’abri chez toi dans ta maison

Que nenni si tu as de la peinture au plomb

L’amiante utilisée jadis comme protection

Est un danger certain pour tes petits poumons

 

Nos grands-parents au moins savaient en profiter

Ils n’étaient pas pourtant en plus mauvaise santé

Nous on vivra plus vieux, c’est à n’en pas douter

Mais dans quelles conditions, mieux vaut pas y penser

 

Refrain 



Bon, mieux vaut sourire de tout ça, hein!
On va pas s'empêcher de vivre non plus, car de toutes façons nous mourrons tous un jour de quelque chose!

Et ce qui était bon hier pour notre santé, ne l'est plus aujourd'hui...
 
Vivons tout simplement, en évitant les extrêmes, vivons sans se poser trop de questions, mais VIVONS, merde alors!
                                                                          


Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 00:45

 

CHANSON :

Refrain :

 

Si elles doivent toujours faire la paire

   Les chaussettes, les chaussettes

Elles marchent pas toujours de concert

   Les chaussettes, c’est un fait !

Elles sont toujours dépareillées

   Les chaussettes, quel casse-tête !

Pas moyen de les assembler

   Ces chaussettes trouble-fêtes !

 

Où est passé la jumelle

De la chaussette esseulée ?

Où s’est-elle donc fait la belle

Pour qu’on la retrouve jamais ?

 

Elle s’est sûrement cachée

Sous un lit, sous le canapé

Laissant sa veuve éplorée

Pour des mois ou des années.

 

Refrain

 

A la sortie du lave-linge

Chacune cherche sa chacune

C’est un vrai remue-méninge

Pour en réunir quelqu’z’unes.

 

Les chaussettes roses à p’tits pois

Les rayées multicolores

Les unies à petits chats

Se mélangent sans remords.

 

Refrain

 

Dès demain, moi, ces chaussettes

Je les jette à la poubelle.

On va pas se prendre la tête

Pour des chaussettes rebelles !

 

Enlevez tous vos chaussettes

Lancez-les par-dessus tête.

C’est l’boycott de la chaussette,

Les chaussettes : « stop-eject » !

 

Refrain      


Je ne sais pas vous, mais moi, je souffre du syndrome aïgu de la chaussette !!!
Chaque fois que j'ouvre mon sèche-linge, j'ai des sueurs froides à l'idée du tri des chaussettes ...
J'ai l'impresion que ces sacrées chaussettes ricanent du mauvais tour qu'elles me jouent. Je n'arrive JAMAIS à les marier toutes! Elles ressortent du lavage célibataires: elles sont veuves de leur moitié, rejoignant le panier des dépareillées. Et le tas de ces dépareillées monte, monte chaque semaine...
Par miracle, un jour, parfois plusieurs mois après, l'une des disparues réapparaît  comme par miracle. Je pioche dans le panier des dépareillées et, ô joie, je retrouve la jumelle!! Chouette, un mariage!!
Quelle galère me font subir ces sacrées chaussettes...il m'arrive d'en rêver la nuit! (Nan, là j'exagère...) J'en suis même à les compter, les gueuses!
Avec quatre mecs à la maison, ça fait 4 paires par jour, donc 28 paires par semaine, soit 56 chaussettes,
sans compter
celles qui se rajoutent à celle du jour: les chaussettes de tennis, les chaussettes de foot, (et j'en passe!) soit environ 12 paires de plus par semaine...ce qui nous mène à 40 paires de chaussettes par semaine, soit un total d'environ....(Nooooooooon....!!!!)
80 chaussettes par semaine !!! Comment voulez-vous que je m'y retrouve...et que mes chaussettes se retrouvent entre elles?!  De quoi devenir maboule!
Rassurez-moi...vous aussi...vous rencontrez les mêmes problèmes avec vos chaussettes, hein?
Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 20:11
 
 
 
Photo de Fieret.

 

 

J’aime pas du tout les quais de gare,

Ça sent l’ départ précipité

Avec le regard pleurnichard

Des gens qui vont se séparer.

Et là, les scènes qui se déroulent

Valent tous les films de Lelouch :

Y’a de la matière dans la foule

Pour m’faire voyager sans qu’je bouge.

 

J’imagine des vies peu banales

Qui se croisent et puis s’entrecroisent

Entre deux trains y’a une escale,

Des vies en nombre d’ombres chinoises.

D’horribles drames conjugaux,

Des rendez-vous incognito,

Des coups de foudre sentimentaux,

Chassé-croisés et quiproquo…

 

Refrain :

Moi ça me fout trop le cafard

Les trains et les quais d’une gare…

Alors pour faire passer le temps,

Pour fuir la tristesse des départs,

J’me colle au zinc du bar d’la gare

Pour regarder passer les gens.

 

Au milieu des gens qui se pressent,

Il y’a des drames qui se trament,

Il y’a des histoires de tendresse

Qui naissent dans l’indifférence

Ceux-là se trouvent ou bien se quittent,

Se retrouvent pour se déchirer.

D’autres vivent d’amours interdites

Que dans la foule ils croient cacher.

 

Celui-là trouve un abri chaud,

La gare accueille bien les clodos.

Tous les commerces illicites

Trouvent acheteurs sous le manteau.

Celle-là trimballe son désespoir

Dans la grande salle des pas perdus,

Celui-là erre, l’regard hagard

Entre deux mondes suspendus.

 

Refrain :

Moi ça me fout trop le cafard

Les trains et les quais d’une gare…

Alors pour faire passer le temps,

Pour fuir la tristesse des départs,

J’me colle au zinc du bar d’la gare

Pour regarder passer les gens.

 

Une gare cache des milliers d’secrets,

Il suffit juste d’observer.

Les pas qui s’impriment sur le quai

Auraient des choses à raconter.

Moi ça me fout trop le cafard

Les trains et les quais d’une gare…

Alors pour faire passer le temps,

Pour fuir la tristesse des départs,

J’me colle au zinc du bar d’la gare

Pour regarder passer les gens.

J’me colle au zinc du bar d’la gare

Pour regarder passer les gens.

Cette chanson a été choisie pour entrer dans le répertoire du groupe de rock
 "LesTorchons": www.myspace.com/lestorchons
...pour mon plus grand plaisir! Cliquez sur l'une des vidéos de leur espace pour en écouter la musique de "Sur le quai de la gare" :-))

Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre