Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 20:17
 
 
 
 
 
 
livre
 
 
 
Etre publiée, un rêve réalisé ! C'est un aboutissement en quelque sorte...! Un rêve que l'on n'aurait même pas cru possible...mais parfois, la vie vous réserve de très bonnes surprises alors que vous vous y attendez le moins du monde !
 
Voir son livre édité, c'est un grand bonheur...un peu comme une naissance ! Lorsque l'on a le bébé entre les mains, on est sur un petit nuage pendant quelque temps...
 
Mais ho, le petit nuage est confortable, certes, mais il est urgent d'en descendre !
 
Urgent car votre éditeur, lui, reste les pieds sur terre ! Le nouveau petit, en bonne place dans le catalogue, se doit de "bouger" et de faire parler de lui, évidemment !
Alors pour cela, votre éditeur a prévu un vaste programme et l'auteur doit remonter ses manches ; c'est l'heure de la promo !!
 
Interviews dans les journaux locaux, dans les magazines gratuits... avec photos de bébé dans les bras de Maman !! 
CAR le livre DOIT être annoncé grâce aux articles qui fleurissent ici ou là !
 
 
 
L'Union 08-01-2014
 
 
 
Interview radio. ( Ouf, pour gérer le stress de " parler dans le poste " je me répète que ce n'est qu'une radio locale sans beaucoup d'auditeurs !!)
 
Séances de dédicaces dans les librairies locales...- ce n'est pas mon exercice préféré, vous vous en doutez bien, car je n'aime pas trop être mise en lumière...- mais c'est un mal ( euh, un bien ? ) nécessaire pour faire parler du livre et donner envie de le lire !
 
 
Vitrine dédicaces La Procure
 
 
 
 
 
 
Dédicaces à L'Apostrophe
 
 
 

En fait, j'appréhendais la première séance de signatures, mais j'ai trouvé finalement que c'était un moment très riche en rencontres diverses et le temps a toujours passé très vite.

 

Lors de ces rencontres, vous avez la surprise de revoir le vieux copain de lycée que vous n'aviez jamais revu auparavant. L'ancien prof de lettres qui vous notait mal jadis...la voisine, les amis des parents, un " notable " ou deux, vos copains évidemment, des jeunes ( les amis de vos enfants), des étrangers et des " boulets " aussi...( cette vague connaissance par exemple, alors que ce n'est ni le lieu ni le moment, qui prend le temps de raconter interminablement ses déboires personnels, ignorant souverainement la file qui s'agrandit et qui attend son tour pour obtenir votre parafe...)
 
Dédicaces à l'Apostrophe

 

 

 

Tout ça, c'est lorsque vous dédicacez dans votre propre petite ville et que vous y êtes connue car vous en étiez la libraire quelques années plus tôt ! J'imagine que lorsque vous dédicacez " à l'extérieur " de chez vous et que vous êtes une inconnue... vous attendez sans aucun doute le " client" qui passe devant vous sans un regard...! Dur est l'exercice alors !! Houlà oui, sans aucun doute !

 

Dans ma région, mon nom n'étant heureusement pas totalement inconnu, on m'attendait un peu ( ouf !)...grâce aux articles (bien trop !) élogieux des journaux ( même s'ils ont trouvé ça peut-être nul, les journalistes ont tous bien aimé ma prose et ont voulu faire partager leur enthousiasme, hahaha, génial, non ?! ) et surtout grâce à mes "confrères " libraires qui ont su préparer ma venue comme des pros et qui m'ont accueillie comme une reine, avec une gentillesse énorme !!

 

Bientôt, je serai une pro des dédicaces, si, si je vous assure !

Dans quelque temps je serai devenue célèbre et il y aura donc la queue devant chaque librairie et ce dans les plus grandes villes du monde; j'aurai un chauffeur et un bodyguard !

Et même que, - pour celles qui connaissent mes délires - , le bodyguard qui m'accompagnera de très, très près et qui veillera à ma sécurité ( rapprochée !) sera...George EVIDEMMENT !!!

Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 17:38

 

 

 

Bougie magie

 

 

 

Soufflez sur l'année

Pour faire naître la nouvelle

Grand coup de vent de Noël

Emporte l'aînée

Avec ses joies et ses peines

Pour apporter le meilleur

Empli d'images sereines

De joies, d'espoirs et sans peurs

Allumons toutes les bougies

Et croyons à la magie

De ce nouvel an béni !

 

Excellente année à vous tou(te)s qui me lisez !

A mes ami(e)s d'écriture, je souhaite le plein d'inspiration, en espérant beaucoup de mots en partage, en jeux d'écriture, et en échanges prolifiques !

 

Que ce nouveau millésime, que j'accompagne bien sûr de bulles de champagne, vous apporte le meilleur !

 

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 16:06

 

 

 

CouvFariboles

 

 

 

Ça y est !! Le petit est arrivé !!!

 

SUR-PRI-SE !!

 

Il est, en principe, sur toutes les tables des librairies champardennaises depuis le 13 Novembre.

 

Ailleurs, "Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne " est référencé dans les FNAC et Centres Culturels Leclerc. Vous pourrez donc le commander ainsi que, bien sûr, chez votre libraire habituel qui se fera un plaisir de vous satisfaire !

 
Vous pourrez aussi vous le procurer par Internet, sur
Fnac.com   

ainsi que sur le site des éditions Noires Terres qui seront ravies de vous l'envoyer !

 

Il s'agit de récits courts, entre légendes et réalité, agrémentés de jolies photos.

Un bel "objet-cadeau" comme ils disent...

 

Que de stress, une naissance...mais que de joies !! Surtout lorsqu'il s'agit d'un beau bébé, tout paré pour Noël !

 

Comment ça, " je ne suis pas objective "...? MAIS SI, il est beau, mon bébé !!!

 

 

 

Repost 0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 15:58

 

Pub Fariboles1

 

Il y a parfois des rêves qui deviennent réalité.

Du fin fond des tiroirs, des textes ruent dans les brancards et décident un beau jour de prendre l'air, de sortir au grand jour, de s'exprimer une bonne fois pour toutes !

Marre de cette odeur de renfermé; marre de cette nuit impénétrable où même le silence se tait.

Ce n'est pas une vie pour un texte de rester enfermé entre quatre planches...C'est comme une petite mort avant l'heure...Pensez donc ! Croyez-vous que l'on peut aisément bâillonner les mots, les contraindre à se taire ?! Allons donc, les mots sont nés pour voyager, s'exprimer, dire et redire, raconter, bref, EXISTER !

Alors un jour, les mots soudain se rebellent, les mots crient et font fi des moqueries : ils ont comme tout le monde le droit de vivre ! Le droit de respirer, d'oser dire, de chanter ou de crier, de rire aussi...

Ils entrouvrent donc le tiroir , se faufilent furtivement et s'enfuient pour partir à la conquête du monde de l'édition.

Aller convaincre un éditeur de les caser dans un livre...oh, même un tout petit livre de rien du tout...mais un livre, un vrai avec des pages, qui enfin les ferait voyager, voir du monde, raconter...

Un seul éditeur, le premier...mais tout de suite le bon ! Quelle chance...Celui qui a écouté, entendu. Celui qui a été sensible à la musique des mots et à leurs petites histoires, celui qui a collé les mots sur les pages.

Collés une bonne fois pour toutes !

 Et c'est ainsi que les textes ont claqué le tiroir avec force pour ne plus jamais y entrer !

Depuis, ils vivent leur vie, ces textes. Ils prennent un grand coup d'air frais chaque fois que l'on tourne les pages du livre.

Les pages sont devenues des ailes pour les textes qui enfin s'émancipent !

Et les mots volent !

Pigeons volent !

Bon voyage, les mots !

MES textes vivent enfin leur propre vie.

Comme les enfants que l'on met au monde et que l'on sait qu'il faudra un jour lâcher car ils doivent voler de leurs propres ailes...les textes aussi doivent sortir du tiroir et vivre leur vie.

J'ai lâché mes mots, j'ai libéré mes textes.

Je les ai confiés à un éditeur qui en a fait un LIVRE !

Un livre qui fait vivre mes mots et qui rend mes histoires vivantes.

MON livre qui côtoie d'autres livres sur des tables de librairies.

Mes textes sont heureux et moi...aussi !

 

Oui, oui, parfois les rêves deviennent réalité...et là, ce que je suis en train de vous raconter, ce ne sont pas que des mots, des histoires imaginées...non, non, ce sont des histoires pour du vrai !

 

Repost 0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 02:51

 

 

 

 

plume

 

 

 

 

 Un écriveur, c’est celui qui écrit beaucoup… des lettres et bien d’autres choses et qui aime les écrire.

Ce n’est pas moi qui le dis, mais le dico. C’est un terme « familier » comme dit le même dico. J’aime bien ce qui est familier.

J’aurais pu dire « écrivain »…mais j’aime bien « écriveur »…C’est joli, non ?

 

Chez les écriveurs (ou bien les écrivains, si vous préférez), il y a ceux qui écrivent dans la lumière et il y a ceux qui écrivent dans l’ombre.

(Je vous vois venir…non…personne n’écrit dans le noir !)

Je m’explique : lorsque vous vous apprêtez à ouvrir un roman pour vous y plonger corps et âme…que regardez-vous en premier ? La première de couverture, bien sûr !

ET que lisez-vous sur cette couverture ? Le titre du roman, le nom de…l’écrivain et… ?

Lorsqu’il s’agit de littérature étrangère…vous y trouvez EGALEMENT le nom du traducteur (trice) !

 

Le ou la traductrice d’un roman joue un rôle important, évidemment puisque ce sont ces mots à elle (ou lui) qui sont employés tout au long du roman.

Le traducteur reprend l’idée du romancier pour essayer de s’approcher le mieux possible de l’idée originale en la transposant dans notre langue. Le traducteur tente d’exprimer le plus justement possible, à la nuance près, le sentiment, l’ambiance… que veut faire passer l’écrivain.

Il TRADUIT en essayant de coller exactement à ce que veut dire l’écrivain.

Je suis sûre que vous m’avez comprise…même si mes mots sont un peu confus.

 

Ainsi, lorsque l’on parle du style d’un écrivain anglais, que l’on encense sa façon d’écrire en s’extasiant sur la beauté de ces mots, on manifeste en fait son admiration pour le style du…traducteur !

 

Lorsque, par exemple, j’ai parlé dernièrement du roman de Ron Rash, « Le monde à l’envers », en m’émerveillant de son style :

 

« Des portraits d’hommes et de femmes d’une noirceur terrible, ciselés avec des mots magnifiques. Des descriptions poétiques… »…je n’ai parlé QUE de Ron Rash…grossière erreur !

Quelle maladresse impardonnable…J’aurais du avant tout citer la merveilleuse traductrice : Isabelle Reinharez !

Car ce sont ces mots à elle, bien sûr, dont il était question dans mes éloges !

 

 

Isabelle m’a écrit un petit mot très gentil…juste pour me dire qu’elle était la traductrice du livre…sans animosité aucune…juste pour se faire connaître…pour dire qu’elle existait aussi…

Comme elle a eu raison et comme j’ai eu honte de l’avoir passée sous silence alors que tout le travail, -l’art devrais-je dire-, lui appartenait.

Quelle injustice, quelle frustration… vécues par ces écrivains qui travaillent dans l’ombre… Leur nom est rarement cité…ils ne sont que très rarement mis en valeur alors que tout le succès d’un livre leur appartient pour une bonne partie !

 

Puisse Isabelle Reinharez me pardonner…

 

Je suis désormais sûre d’une chose : sur les premières de couvertures toujours je chercherai, non plus le seul nom de l’écrivain, s’il est étranger, mais aussi celui du traducteur ET je promets dorénavant de toujours le citer !

Il en sera de même pour vous aussi, n’est-ce pas ?

 

Merci Isabelle Reinharez, si vous lisez ces mots, pour le merveilleux métier que vous faites  et pour les mots magnifiques que vous nous donnez à lire !

 

 

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 12:07

 

 

 

 

la contrebasse 1

 

PAS DE FAUSSES NOTES pour Clovis Cornillac et sa contrebasse hier soir à Epernay, au théâtre du Salmanazar !

Cornillac a (presque) su faire oublier Villeret dans ce jeu totalement « revisité »…et pourtant ce n’était pas gagné d’avance tant Villeret s’était approprié le rôle pendant si longtemps…

Pas vu passer l’heure et demie !

Pourtant un monologue…on appréhende un petit peu au début…mais là, c’est drôle et pathétique à la fois.

Qu’il est attachant ce petit musicien de rien du tout, en quête de reconnaissance…Et sa contrebasse qui trône en plein milieu de la scène et qui prend toute la place…cette contrebasse, compagne de sa petite vie étriquée, un instrument si moche, -« Elle a l’air d’une grosse bonne femme et vieille… »-, compagne sur laquelle le bonhomme passe ses nerfs, entre 36 bières.

Une salle comble qui a applaudi et applaudi encore, sous les ors de notre si joli théâtre à l’italienne.

 

Alors si jamais vous avez l’occasion un jour d’aller applaudir à votre tour le compagnon de la fameuse contrebasse…surtout n’hésitez pas une seconde !

…Surtout QU’EN PLUS le compagnon de la contrebasse, CLOVIS, il n’est pas mal du tout, beau même disaient certain(e)s !!  « Oui enfin... il est pas mal, c’est tout…il a bien grossi cependant… » a décrété un groupe de spectateurs-hommes quinqua et bedonnant à la sortie du théâtre, haha.

Beau ou juste pas mal…moi, en tous cas, j’ai constaté dans le public un nombre très, très important de très jeunes demoiselles…là pour Clovis ou bien pour assister à la pièce, le texte de Süskind étant sans doute sur la liste du Bac français ?

Bref, c’était vraiment bien ! Oui, vraiment très bien !

 

 

Photo empruntée ici, merci !

 

 

Repost 0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 18:54

 

 

 

 

impots 1

 

 

Lorsqu’il s’agit des impôts et de la gestion des finances du pays, nos gouvernants actuels n’ont rien inventé : ils s’inspirent allègrement pour gouverner des mêmes méthodes que sous l’ancien régime !

 

Sous Louis XIV, le cardinal Mazarin, principal ministre s’entretient avec Jean-Baptiste Colbert, futur intendant des finances.

 

Chut, écoutez leur conversation !

 

Colbert :

Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…

 

Mazarin :

Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’Etat… L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.

 

Colbert :

Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

 

Mazarin :

On en crée d’autres.

 

Colbert :

Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.

 

 Mazarin :

Oui, c’est impossible.

 

Colbert :

Alors, les riches ?

 

Mazarin :

Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.

 

Colbert :

Alors, comment fait-on ?

 

Mazarin :

Colbert, tu raisonnes comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade ! Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…C’est un réservoir inépuisable.

 Vous avez suivi l'entretien ? Hé bien voilà, nous pouvons constater que RIEN n'a changé !!! Mieux vaut en rire finalement...

 

 

Extrait du « Diable Rouge » Une pièce de théâtre écrite par Antoine Rault et mise en scène par Christophe Lidon.

 

 

 

L'image amusante qui illustre mon texte a été empruntée sur ce site

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 17:18
 
 
 
 
Le gouvernement a décidé une taxe sur les sapins de Noël et sur la dinde aux marrons…alors quand on est des gens normaux on fait comme on peut ! Mais parfois…le sentiment de culpabilité doit être lourd…
 
 
C'est la crise pour tous
 
 
 
Il parait que le Père Noël a suivi le gouvernement en Algérie, - pas pour profiter de la plage lui-,
 
 
 
Le Père Noël en vacances en Algérie

mais pour causer en tête à tête avec Montebourg :
 
 
 
«  C’est vrai quoi : moi je veux bien acheter français mais faudrait quand même faire quelque chose d’énergique contre les délocalisations ! Non mais ! »
 
Parait que le Père Noël était rouge de colère, aussi rouge que le nez de Montebourg qui avait pris un coup de soleil.
 
En attendant…les dromadaires ne s’avèrent pas être aussi compétitifs que les rennes !
 
 
 
 
Délocalisation 
 
 
 
 
Du coup, les rennes, -ceux qui ont plus de 30 ans d’ancienneté-, ont décidé de faire grève…
 
 
 
 
Les rennes en grève
 
 
 
 
Le Père Noël a négocié avec le chef du syndicat des rennes, - on ne connaît pas l’enjeu des négociations…faudrait peut-être enquêter…-, et a obtenu gain de cause ! Il ne devrait pas y avoir de soucis pour la livraison prochaine des cadeaux. Quoique…certains rennes font du mauvais esprit et en prennent à leur aise…
 
 
 
Les rennes n'en ont plus rien à cirer 
 
 
Les rennes ne devraient pas trop profiter du système car le gouvernement en place pourrait bien un jour décider de supprimer les rennes de fonction !
 
Vous imaginez le Père Noël faisant sa livraison à PIEDS et TOUT SEUL ? !! Non ce n’est même pas pensable…mais vu que l’on marche un peu sur la tête depuis quelque temps…on peut tout imaginer...
 
 
 Suppression des rennes de fonction
 
 
 
Vraiment pas évident le métier de Père Noël…
 
Il est souvent victime de mauvaise signalisation sur les routes et en ce moment il boufferait volontiers de l’écologiste !
 
 
le-pere-noel-naime-pas-les-eoliennes
 
 
Le Père Noël est en colère contre les mesures de sécurité prises en France et contre la justice.
Jadis, les voleurs n’osaient pas s’en prendre à son traineau !
L’autre soir, on lui a piqué toute sa marchandise !!
J’espère que cela ne concernait pas vos cadeaux…ni les miens…s’il vous en manque, vous saurez pourquoi !
On vole même le Père Noël 
 
 
 
 
On ne le dit pas assez souvent ça non plus : le Père Noël HAIT les architectures modernes et les toits qui ne sont pas normaux ! Les atterrissages sont souvent imprévisibles et surtout dangereux…
 
 
 
 
 
Le Père Noël n'aime pas l'architecture moderne    
 
 
Alors, tout ça mis bout à bout…tous ces soucis accumulés… ne facilitent pas le boulot du Père Noël…Le vieux barbu fatigue de plus en plus et son moral en prend un coup...
 
Le blues du Père Noël   
 
 
 
  

Je souhaite que cette année, il ne rencontre pas trop de difficultés…essayons de lui faciliter la vie au maximum…et surtout, SURTOUT, en ces temps de crise, remontons-lui le moral.

 

Moi j’ai tenté de lui faire un beau sapin…pour le plaisir des yeux.

 

 
 
sapin  

 

 

Et pour le plaisir du ventre et des papilles, le soir du Réveillon, je lui préparerai une part de bûche aux biscuits roses de Reims

 
 
 

bucherose

 

 

Et une flûte de bon Champagne ! Histoire de lui donner quelques forces pour la suite des livraisons !

 

Greychat, l'un des chats de la maison, passera la nuit au pied du sapin dans une guirlande qu’il s’est appropriée…et donnera un concert de miaou-mon-beau-sapin et il nous racontera ce moment passé avec le Père Noël !

 
 

 

 

Chat guirlande

 

 

J’espère ne pas avoir terni votre joie en cette période de Noël…ne vous inquiétez pas : le Père Noël est un malin ; il se sort de toutes les situations depuis des…millénaires ! Il en a vu d’autres !!

 

Alors très JOYEUX NOËL A VOUS TOUTES ET TOUS !!

 

Et à l’année prochaine !

 

 

   
 
P.S : Toutes ces photos ne sont évidemment pas de moi, mise à part quelques unes.  J'ai donc pioché sur le web toutes ces images amusantes. Merci aux sites en question !
Repost 0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:16

 

 

 

bébé singe

 

 

Ce qui est agaçant chez beaucoup de mes copines quinquas, c’est cette fâcheuse tendance à se plaindre de ces petites douleurs qui les font mourir toutes les cinq minutes.

 

Pire : pour peu qu’elles deviennent grands-mères, elles ne parlent plus que de leurs petits-enfants avec un parfait air abruti.

 

Brandissant la dernière photo de l’Iphone : « Non mais t’as vu comme il est mignon ! Si tu savais comme il est éveillé pour 6 mois…tu sais qu’il m’a dit areuh hier !!? »

Si elle savait…que vous avez le même à la maison en dix fois plus beau et plus éveillé.

 Comme si au milieu du pince-fesses, le minois du petit, au demeurant sûrement mignon, devait monopoliser tous les sujets de conversation…alors qu’un sujet d’actualité vous brûle la langue…Tsss

 

Repost 0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 01:27

 

 

 

P1010592

 

 

 

Très bonnes fêtes de fin d'année à vous tous !

 

Passez un doux Noël, entourés d'affection et de petits bonheurs tout simples.

 

Terminez et commencez l'année du mieux possible !

 

Sautez dans 2012 à pieds joints avec confiance et joie car cette nouvelle année ne pourra vous apporter que le meilleur !

C'est en tous cas ce que je vous souhaite de tout mon coeur !

 

Amis-mots-aminautes, je nous souhaite à tous une tonne d'inspiration pour continuer avec plaisir à partager nos mots, et à inventer toujours plus d'histoires à écrire et à lire !

 

Amour, amitié, santé, bonheur, réussite...autant de mots qui scintillent, là, sur ma page, rien que pour vous :-)

 

Plein de bisous en bulles pétillantes !

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre