Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 17:13





 

 

Un lit de grande dimension, de très grande dimension.

 

Quatre personnes dedans…tous sexes mélangés, (c'est-à-dire hommes ET femmes en égale répartition ! Hum, je vous vois venir !)

 

Deux en diagonales,

L’une en verticale,

L’autre en perpendiculaire à l’horizontale…

 

La géométrie dans l’espace ou l’étude de figures mises en situation…

Drôle de situation…

 

« Le confort dans tous les sens. »

Ha… ....

 

« Pour un sommeil sain. »

 

Ha, mais fallait le dire plus tôt !

 

Dormir à quatre dans un lit, c’est l’assurance d’un sommeil sain et confortable.


CQFD, bien sûr !

 

Les mecs dans la pub ont une imagination à dormir debout !



Repost 0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 00:14


*

 

 C’est seulement à l’instant de la quitter que l’on mesure son attachement à une maison…

Une maison, on en fait ce que l’on veut qu’elle soit : vide et inodore ou bien emplie de rires d’enfants et d’amis, de fumets échappés des cuisines et de joyeux désordres.

 

Il me semble que ce ne sont pas les pierres qui bâtissent une maison mais les souvenirs accumulés au fil du temps…

L’âme d’une maison n’appartient qu’à soi ; elle est faite des petits bouts des hôtes qui l’habitent.

 

Après avoir, un soir autour de la table, évoqué juste l’idée de peut-être quitter un jour la maison que j’habite depuis plus de vingt ans pour un autre ailleurs situé dans un joli coin de campagne, j’ai soulevé un tollé général !

Les amis de longue date conviés à ma table ce soir-là se sont écriés d’un commun accord :

 

«  Si tu veux changer de coin, tu transportes alors ta maison là-bas, car une boîte à secrets et à souvenirs, ça ne s’abandonne pas comme ça ! Il y a quelques souvenirs ici qui nous appartiennent et que nous ne voulons pas voir effacés ! »

 

Et le mari, et les enfants d’acquiescer fermement.

 

Alors, je suis toujours là, au même endroit, car il m’est impossible de charrier ma demeure sur le dos… et ma maison continue de bruire de ces petits riens qui font une vie…

Elle bourdonne fort, souvent !

 

Et je me rappelle toujours ce proverbe malien que j’ai entendu tout au long de mon enfance africaine :

 

« La tortue est la plus sage, car elle transporte sa maison sur son dos ! »

 

Dans une autre vie, assurément je serai tortue !





* Très belle toile de l'artiste peintre ML Lascaux










Repost 0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 03:35



 

En cette journée du Mardi 20 Janvier 2009, nous sommes tous prêts à vivre à l’heure américaine pour de longs jours !

Enfin prêts, façon de parler…nous n’aurons de toute façon pas le choix avec le menu que vont nous servir les médias…

 

Hors d’œuvre : Obama !

 

Plat de résistance, avec explications doctes de nos spécialistes : Obama !

 

Fromage : (non, pas notre roquefort, victime d’ostracisme américain !) : Obama !

 

Dessert : (non, pas de chocolat !) Obama !

 

Obama, l’unique menu de la semaine !

 

Obama, le rêve américain

 

Nous allons participer au grand show à l’américaine



 

C’est que…l’intronisation d’un « new president » aux Etats-Unis, c’est quelque chose !!!...surtout un président qui va TOUT changer !

 

Espérons que le costume qu’on lui a taillé ne soit pas trop large d’épaules…

 

et que José Bové ne va pas en profiter cette semaine pour démonter tous les Macdos de France !







Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 02:52





 

 

Kevin, pour être tendance, a fait comme tous ses copains : il s’est crée un espace sur Facebook.

Un espace convivial où il a mis tout son état civil et ses photos personnelles. Il a livré sans pudeur ses centres d’intérêts, ses sentiments, ses déplacements, ses goûts et ses couleurs. Ses conquêtes amoureuses, ses beuveries entre amis, ses échecs et ses conneries plus ou moins reluisantes.

 

Kevin est content : en plus de ses amis réels il s’est trouvé plein d’autres amis virtuels, connus ni d’Eve ni d’Adam mais qui sont si sympas !

Son besoin de reconnaissance était assouvi et sa peur d’être seul à jamais envolée.

Facebook lui donnait la possibilité de se faire connaître dans le monde entier et de converser avec des milliers d’amis, qu’il acceptait de plus en plus nombreux chez lui.

 

Quelle bonne idée que ce réseau social si convivial, pensait Kevin enchanté.

 

Kevin a vite déchanté.

 

Lorsqu’il s’est présenté à son entretien d’embauche dans l’entreprise tant convoitée, le DRH l’a laissé parlé, puis lui a sorti une liste de tous ses défauts et de tous ses faits et gestes qui ne correspondaient pas au profil recherché par l’entreprise.

 

Facebook avait parlé !

 

Lorsqu’il a vu sa voiture fouillée pour un simple contrôle d’identité, la police lui a dit qu’elle savait ce qu’il cachait car il s’était vanté devant le monde entier de son petit trafic d’herbe sans danger.

 

Facebook avait parlé !

 

Lorsque sa petite amie l’a plaqué pour l’avoir vu sur une photo compromettante avec une jolie blonde lors d’un soir de beuverie, elle l’a accusé de ridiculiser leur amour devant le monde entier.

 

Facebook avait parlé !

 

Lorsqu’il fut obligé de changer toutes ses adresses-mail pour fuir les spams qui inondaient ses boîtes de publicités toujours plus envahissantes, il s’est douté que Facebook avait pu revendre ses données.

Il cocherait la bonne case demain pour protéger ses adresses. Il formaterait son disque dur pour éradiquer les virus.

 

Tous les ennuis qui lui arrivaient depuis quelque temps n’étaient pas le fruit du hasard…Il se mit à réfléchir, Kevin.

Il comptait un traître parmi ses meilleurs amis, un traître qui divulguait les secrets de sa vie la plus intime…

Il réfléchit longtemps, soupçonnant tout le monde autour de lui.

Mais qui pouvait être aussi infâme et lui vouloir autant de mal en racontant ainsi les moindres détails de sa vie privée ? 

 

Ce soir, sur Facebook, il évoquera le problème à tous ses amis en ligne. Sur le « chat », il se trouvera bien quelqu’un pour l’éclairer sur ce mystère !







Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 04:37

 

 

 

 

 

Anne-France, toute de rouge manucurée et vêtue de sa petite robe noire passe-partout mais toujours chic, reçoit ce soir quelques amis à dîner en toute simplicité.

Le traiteur a livré quelques petites choses succulentes qu’elle n’aura plus qu’à réchauffer à la dernière minute.

La table est dressée, magnifique : nappe blanche brodée en organdi, cristaux éclatants qui brilleront de mille feux sous la lueur des candélabres, argenterie rutilante.

Jean-Edouard une fois de plus sera content et fier de sa femme.

 

Anne-France n’a plus qu’à s’occuper du hors-d’œuvre. Une entrée facile et rapide mais tellement originale : des rouleaux de saumon fumé garnis d’asperges vertes avec une petite sauce dont on lui donnera des nouvelles !

 

La boîte de conserve où se nichent les asperges se montre récalcitrante. Anne-France tire sur l’anneau en aluminium réputé d’ouverture facile…qui casse en plein milieu de l’opération.

Le couvercle à demi ouvert ne laissera jamais passer les fragiles petites asperges…

Anne-France, verte, s’énerve - ses invités arrivent dans moins d’une demi-heure – et malmène le couvercle avec le couteau de cuisine.

Dérapage incontrôlé, le couvercle mord le doigt manucuré et vomit des asperges blessées.

 

Les joues rouges, Anne-France pressée par le temps sort le saumon fumé du frigo. Le saumon est rose et frais dans son emballage.

Elle le pose sur la grande table de cuisine et tire sur la languette réputée d’ouverture facile.

Le bout de plastique, dans le coin en bas à gauche, refuse de se soulever sous l’ongle tranchant et impatient.

 

Après plusieurs tentatives, Anne-France empoigne le couteau de cuisine et lacère le plastique de l’emballage et…le saumon rose et frais.

Exaspérée, elle tire d’un coup sec la feuille transparente et collante.

 

Dans un geste inconsidéré, sa main rencontre inopinément la bouteille d’un très grand vin rouge qui s’aérait tranquillement sur le coin de la table.

Le vin inonde le saumon qui du rose passe au rouge alors que les asperges vertes blessées gisent dans la passoire et que Anne-France se lamente.

 

Ne croyez pas tout ce que l’on vous fait avaler : l’ouverture facile n’existe pas, surtout lorsque vous êtes pressée, et plus c’est réputé facile plus c’est difficile et…énervant ! Et surtout, ça peut vous gâcher un dîner tout simple !

 

Du reste, Anne-France l’a bien compris : elle a mis sur sa liste de Noël un ouvre-boîte et des ciseaux de cuisine « gniak-gniak »...

 

 

 

 

 

 

 

Bon week end à vous et surtout restez zen et...ouverts!! Vous verrez c'est facile!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 03:58




Lâchés sur une mer démontée, les beaux oiseaux ailés ont franchi la ligne pour de longues semaines de glisse solitaire.

 

Trois longs, très longs mois pour un tour du globe, seuls au monde…

Minuscules points perdus au milieu de l’immensité…

 

La Vendée Globe, course mythique !

 

Seuls sur leurs monocoques livrés aux éléments, sans escale ni assistance, les marins courageux vont livrer bataille et dompter cette mer, maîtresse imprévisible mais si attirante…

 

Ils vont avaler les miles, les semaines et les mois, parcourir le globe, essuyer les tempêtes, fondre les glaces, éviter les écueils, les cargos, les baleines, avec pour seuls paysages : l’eau et le ciel, changeant de couleurs au gré des jours qui passent.

 

Ne les rattachent à la terre que les messages emportés, les dessins et poèmes de ceux qu’ils ont laissés sur le rivage, pour de longues semaines de doutes, de stress et de peurs…

 

Les voiles colorées, sous le soleil pâle de Vendée, ont filé vers le sud, emportant les regards émus de tous ceux qui sont restés, là, sur la digue.

 

Voiles multicolores, gonflées par le vent, qui se précipitent à l’assaut des éléments, fendant la lame, sans vague à l’âme, jouant à saute-moutons sur les vagues qui divaguent.

 

Voile et coque fushia fluo, ce monocoque-là, en particulier, flottera sur la vague de mes sentiments à moi…à nous…

 

Heure par heure, ici, nous accompagnerons les marins par la pensée, surferons sur notre vague à nous, celle d’Internet, pour glaner les dernières infos, les dernières positions… tout en restant confortablement installés, au chaud, loin des paquets de mer salée, loin de tous les dangers.

 

Suivre le sillage de blanche écume qui nous ramènera le marin fatigué, mais aux yeux ô combien chargés d’étoiles !

 

Avel mat !

 

Kenavo Ti’Jean !



Repost 0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 00:41



 

Le monde entier est suspendu au destin des Etats-Unis qui se joue dans quelques heures…

Ce Mardi est un jour historique et là, il est minuit passé, donc nous sommes Mercredi déjà et nous, ici, en France, on attend les résultats avec impatience…

Avec le décalage horaire, il va falloir veiller, se tenir informer coûte que coûte, en zappant sur les chaînes de télé, en surfant sur Internet…C’est le stress !

 

Alors pensez, là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique : le stress qui doit régner !

Les américains se sont levés à cinq heures du matin pour être sûrs de pouvoir voter !

Longues files d’attente qui font reculer les électeurs, difficultés techniques dans certains bureaux de vote… L’inquiétude, sur ce qui peut se passer est à son paroxysme…

 

Obama est largement donné vainqueur de ces élections, avec sept points d’avance…MAIS le passé nous a démontré que l’on ne peut pas vraiment se fier aux sondages aux Etats-Unis…

 

Le pire des scénarii serait qu’Obama soit majoritaire en nombre de voix, mais minoritaire en nombre de délégués…Tout reste possible…peu probable, mais encore possible…

 

Obama aura-t-il réussi à faire basculer les indécis ?

Les gens n’auront-ils pas retourné leurs vestes au dernier moment ?

Les scrutins ne seront-ils pas truqués ?

Les électeurs qui ont fui devant la mauvaise organisation des bureaux de vote et les heures d’attente, seront-ils revenus pour voter comme promis ?...quand on sait qu’une participation massive est importante pour Obama !

 

« Cross fingers »…L’heure n’est plus aux pronostics…Attendons !

 

Et souhaitons que nous découvrions, demain au petit déjeuner, le visage de celui, qui peut redorer l’image des Etats-Unis et redonner un petit peu d’espoir au monde entier…OBAMA !







5H du mat : je suis toujours devant mon poste de télé et je suis la nuit des élections américaines sur BFM télé, tout en surfant sur le web !

 

VICTOIRE pour OBAMA !!!

 

Il a dépassé toutes les espérances : 297 grands électeurs (il lui en fallait 270 pour gagner !) en sa faveur contre 135 pour Mc Cain. ET tous les résultats ne sont pas encore arrivés !...

Une grande majorité des états sont tombés dans l’escarcelle d’Obama, petit à petit, les uns après les autres, même les moins probables !

 

Une superbe victoire, plus encore : une dégelée pour les Républicains !

 

La liesse, indescriptible, sur Grand Park à Chicago fait chaud au cœur !!!

 

Des milliers d’américains fous de joie et pleins d’espoir !

 

OBAMA PRESIDENT !!

 

Le premier président noir aux Etats-Unis !

 

Un grand moment historique ! Une énorme bourrasque d’espoir pour le monde entier !

Et la bourse remonte aux Etats-Unis !

 

Mac Cain félicite Obama d’une façon très fair-play et très amicale : bravo à lui !

 

Suivre ces élections américaines tout au long de la nuit, a été passionnant…Même s’il ne me reste plus beaucoup d’heures à dormir, je ne le regrette pas J

Et je vais de ce pas…dormir sur mes deux oreilles, tranquille !

 

CAR c’est officiel : Obama est le 44ème président des Etats-Unis !




Repost 0
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 13:36







 *

 

 

Notre bonne ville de Reims à la une de toutes les gazettes de France et de Navarre, pour une histoire de frite qui a malencontreusement chu sur le sol d’un fast-food bien connu…

 

Une dame chut sur ladite frite qui n’aurait pas du, ho non pas du du tout, se trouver là sous son pas.

 

Multiples fractures, handicap…la dame a mal et demande réparation dans tous les sens du terme.

 

100 000 euros de dédommagement pour une frite indisciplinée !

 

Mais qui donc a fait tomber sa frite sur le sol et ne l'a pas ramassée ?!

 

Il faut bien un coupable en ces temps de misère…

Quelques milliers d’euros sont toujours bons à prendre en ces temps de récession…

 

A trop manger de hamburgers, on attrape le virus des Ricains et l’on devient procéduriers à tout va…

 

Qui ne risque rien, n’a rien, me direz-vous !

De quoi, ma foi, donner des idées à plus d’un…surtout que la dame a de fortes chances de gagner son procès.

 

Moi, je vous le dis franc et net : il ne fait pas bon être commerçants en ce monde où les gens marchent sur la tête !




* Vous la voyez la fameuse frite incriminée? C'est celle-là, entourée d'un coup de feutre noir...enfin...c'est elle, AVANT d'être écrabouillée par le talon de la dame... Maintenant, elle est collée au talon de la chaussure et elle moisit sur le bureau du juge, comme "pièce à conviction"...
C'est pas une fin de vie pour une pauvre frite, vous en conviendrez!

Moi je dis que personne ne la défend cette petite frite-là et qu'elle n'a pas droit à la parole, alors je propose de monter une association pour sauver la frite de Reims!
...Et on l'appellerait "Le comité de soutien de la frite qui pue" ou bien tout simplement "La frite qui crie" ou bien... bon, si vous avez d'autres idées, hein, elles seront les bienvenues, mais FAISONS quelque chose pour sauver la petite frite de Reims!!





Repost 0
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 22:31





 

Parachutée d’on ne sait où ni comment, la nouvelle égérie de l’Amérique, inconnue encore il y a quelques semaines, est projetée à la une des médias du monde entier !

Ses dents longues font grincer celles des esprits raisonnables du reste de la planète : même les ours d’Alaska ont intérêt à se tenir à carreau !

 

En faveur de la peine de mort, de la présence d’armes chez chaque habitant des US, de la guerre qui est une mission de Dieu et de la suppression de l’avortement, la belle, relookée à 160 000 dollars, rajoute à ses nombreuses qualités celles d’être homophobe et antisémite...


Info ou intox?
 

Se décrivant volontiers comme un pitbull avec du rouge à lèvres, on aimerait en connaître un peu plus sur le pedigree de la dame qui semble traîner derrière elle quelques casseroles pas très propres !

 

Aussi redoutable que son colistier John Macfrites…prions pour qu’elle se casse une dent sur l’un de ses hamburgers de viande d’élan…


Repost 0
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 21:29





 

 

Le mot “ âme ” au 21ème siècle est un mot comme tous les autres, alors qu’en d’autres siècles il prenait des tons d’enluminures.

 

L’âme au fond, qu’est-ce donc ?

 

Rien ou presque rien…pas plus qu’un simple souffle de l’air qui flotte autour de soi…pas plus que le léger bruissement d’ailes d’un papillon…juste une présence en soi, impalpable et secrète.

Une plume de 21 grammes, légère, légère...
 

Dans les moments de profonde solitude, une petite voix intérieure souffle que l’âme est là, en soi, tapie. Et c’est dans le silence, que l’on peut rencontrer son âme…un face à face solitaire.

 

Parfois, l’on dit que l’âme peut s’envoler, pour voyager très loin, et c’est là le danger : on risque de perdre son âme si on la laisse trop vagabonder.

 

C’est pourquoi, durant toute ma vie, j’ai érigé des murailles tout autour de mon âme, des murailles de livres…pour le cas où mon âme aurait des désirs d’évasion !

Elle s’envolerait dans les pages des livres et n’irait pas se perdre bien loin, car l’on retrouve toujours son âme dans les livres de sa vie…



Repost 0

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre