Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 18:17





Une légère brise court sur les prés

Et murmure à l’herbe trop verte

La dernière chanson de l’été

Le vent méchant attend son heure

Pour décoiffer les feuilles qui rient

Sur l’arbre fier de nos forêts

La mer enlace les galets

Avale le sable encore trop chaud

Effaçant le pas des baigneurs

Qui tardent trop sur la grande plage

Le ciel drapé de sa robe bleue

Prépare son manteau des jours gris

Alors que la terre assoiffée

N’attend que la pluie salvatrice

Les roses tendent leurs têtes gracieuses

Aux derniers rayons du soleil

Avant de perdre leur beauté

Aux premiers frimas de l’hiver

Les enfants,  le cartable au dos

Ont repris le chemin de l’école

Adieu sandales et robes légères

L’été nous tire sa révérence

Dansant la ronde des saisons

Jouant à chat avec l’automne.

 





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine :0010: 26/10/2008 21:55

J'aime beaucoup...
Que d'images ! ... et tous ces éléments qui semblent vraiment avoir trouvé une vie autre dans tes mots. Bravo !

Nickyza 27/10/2008 02:45


Merci Quichottine :-)
Il n'y a que le soleil, je le sens, que je n'arriverai pas à retenir encore longtemps...comme quoi on n'est pas toujours "maître" de ses mots !!
A bientôt Quichottine!


Loïs de Murphy 26/10/2008 10:45

Oui, c'est chez Eric que j'ai découvert ton blog.

anne veillac 25/10/2008 19:17

Est-ce toi qui as pris cette photo ? Elle est étonnante. Vraiment.

Nickyza 26/10/2008 01:07


Non, Anne, cette photo étonnante et si belle n'est pas de moi, mais ne peut avoir été prise que par un artiste hors-pair ! Je l'ai empruntée lors de mes pérégrinations sur le net et
malheureusement je n'en n'ai pas noté la source...et je le regrette...


Nettoue 25/10/2008 09:40

Connaissez-vous, l'automne ? L'automne, en plein champs, avec son soleil pâle, comme le sourire d'un malade... ? Vieille poésie de mon enfance... J'aime ta façon de l'expliquer, cette saison en demi-teintes, ..
elle n'est certes pas ma préférée ! Elle est celle du décalage horaire, des ciels brouillardeux , des prémices du froid à venir... Mais beaucoup de gens l'aime.. Et toi, tu écris bien
Amicalement Nettoue

Nickyza 26/10/2008 00:33


Tu vas finir par me faire rougir, Nettoue, comme les feuilles de l'automne!!
Euh, tu as oublié les jours pleins de nuits, tu sais ces nuits à rallonges...pouach!


Loïs de Murphy 24/10/2008 20:27

J'aime "la mer enlace les galets" et j'adore la photo !

Nickyza 26/10/2008 01:52


Merci Loïs pour ma mer et ses galets :-))
Mais, mais...ton nom me dit quelque chose...je te remets maintenant: nous avons déjà croisé nos mots chez l'illustre Eric, dans son cabinet de curiosités, n'est-il pas!!!!
Merci d'être passée dans ma caverne et si tu le veux bien je ferai un saut chez toi!
A bientôt :-)


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre