Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 16:34

 

 

 

 

 

sans-titre

 

 

 

Professeur de littérature à Tokyo, Michaël Ferrier a subi de plein fouet le tremblement de terre et la catastrophe nucléaire de Fukushima qui s’en est suivie.

Qui mieux que lui pouvait nous apporter un témoignage aussi important pour mieux comprendre ce qui s’est passé réellement au-delà de ce que nous ont appris les médias.

 

Le récit débute le 11 Mars 2011 en nous racontant par le menu chaque seconde du tremblement de terre qui semble durer une éternité.

Puis survient l’angoisse du tsunami annoncé. Trois jours plus tard la vague submerge tout le nord du Japon, détruisant tout sur son passage et faisant des milliers de morts. De nombreuses répliques du séisme, l’explosion des centrales nucléaires mènent à un désastre terrible.

Les télés du monde entier font tourner en boucles desimages de fin du monde. On parle de contamination maximum. Les gens tentent de fuir, terrifiés.

 

Michaël Ferrier et sa femme décident de monter dans le Nord pour aller évaluer le désastre afin de témoigner car c’est en étant sur place que l’on prend conscience du drame…

L’auteur nous raconte les horreurs qu’ils rencontrent au fur et à mesure de leur progression vers le Nord : un paysage lunaire, des images d’apocalypse. Ils traversent des villages fantômes où règne un silence morbide, oppressant.

Impossible de franchir les frontières autour de Fukushima car le site est interdit.

 

Un « liquidateur » témoigne cependant de ce qui se passe à l’intérieur de la zone tenue éloignée des regards et rend cette troisième partie très intéressante  et inquiétante à la fois quand on découvre que la même catastrophe pourrait arriver en France…et ailleurs.

 

Ce témoignage relève d’une grande qualité littéraire pour un essai qui, en général, se contente de raconter.

 

Le passage qui décrit les livres de la bibliothèque qui tombent les uns après les autres, projetant à terre tel auteur sur tel autre pendant le tremblement de terre interminable est d’une réalité et d’un humour certains.

Le café qui tremblote dans la tasse nous plonge dans l’angoisse qui monte peu à peu nous faisant participer au séisme qui se précise :

«Je guette du coin de l’œil les spirales du café dans la tasse pour voir si le tremblement se calme ou s’il s’amplifie. » 

 

Les descriptions sont parfois très dures vous entraînant dans des paysages apocalyptiques dont la vision vous poursuit longtemps après avoir fermé le livre. Mieux vaut avoir le moral quand vous attaquez le livre !

J’ai aimé cette expérience personnelle qui vous plonge dans cette terrible réalité.

 

Un témoignage très bien écrit et nécessaire pour faire réfléchir aux risques et aux conséquences désastreuses dans lesquelles le nucléaire pourrait un jour plonger d’autres pays comme la France, alors que les élites dirigeantes tiennent un discours toujours plus rassurant, voire minimisant le désastre de Fukushima où les habitants apprennent désormais à vivre avec cette catastrophe qu’ils doivent accepter !

 

«Onpeut très bien vivre dans des zones contaminées  : c'est ce que nous assurent les partisans du nucléaire. Pas tout à fait comme avant, certes. Mais quand même. La demi- vie. »

 

 

Un plaidoyer anti-nucléaire qui révèle les choses que l’on nous cache et qui, souhaitons le, servira à alerter le monde pour que Fukushima ne se reproduise pas…

 

Un livre découvert grâce à la sélection du :grand prix des lectrices de ELLE

.

 

..Livre que je n'aurais sûrement pas choisi de lire s'il ne m'avait pas été imposé par "ELLE" et que je ne regrette pas d'avoir lu.

De très beaux passages mais...une ambiance...noire, une athmosphère de fin du monde !

 

Donc, je m'adresse là, à certaines de mes lectrices "émotives" : "Non, non...passez votre chemin !!!!"

 

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 16:00

 

 

 

 

 

 

 

images

 

 

 

 

Je ne rangerai pas ce livre dans la catégorie des thrillers au suspens insoutenable, n’ayant pas ressenti de grande peur à aucun moment, au fil des pages…

C’est plutôt un policier « gentillet »…sans réelles accroches, avec des personnages trop nombreux et un peu fades, mises à part, Mamy Jude, Cat et Abi qui sortent un peu du lot et qui sont un peu plus attachantes.

Pas de véritable enquête non plus.

Un inspecteur un peu mou que l’on a du mal à imaginer car il est très mal décrit, alors que c’est un personnage qui devrait « porter » le livre…mais peut-être ai-je loupé quelque chose en étant passée à côté de ses précédentes enquêtes, - livres dont je n’ai pas eu connaissance-.

 

Le début est ennuyeux et la fin a quand même le mérite (c’est la moindre des choses !) de réserver une petite surprise car on ne s’attend pas à découvrir CE meurtrier-là.

Ceci étant dit, ce policier classique et inconsistant ne restera sûrement pas dans les annales.

 

Le style est inexistant ; juste un récit qui se contente de relater…et si vous y ajoutez les coquilles qui jalonnent les pages (et le sous-titre !) vous sortez agacés car vous vous dites qu’un éditeur comme Robert Laffont devrait contrôler le travail de ses correcteurs !

Chers amis, vous l'aurez compris : Il existe beaucoup mieux en matière de "policier à suspens"...mais je me devais de vous en parler, car bon ou mauvais, je vous avais promis de vous parler de TOUS les livres sélectionnés pour le :

 

grand prix des lectrices de ELLE 

 

ça, c'est fait !!

Et je continue sur ma lancée car j'ai un peu de retard : ce livre fait partie de la sélection de Septembre et j'attaque déjà la sélection de Janvier, colis que j'attends d'un jour à l'autre !

DONC, à vos papiers et crayons:-)

Du meilleur et du moins bon...à suivre !

 

Au fait...tout cela ne me fera pas oublier de vous souhaiter une excellente année 2013, parsemés de plein de p'tits bonheurs à ramasser chaque jour !

 

Vous pensiez que j'avais oublié les voeux ?? Hé bien non, of course not !!

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 20:19

 

 

 

  L'interprétation des peurs

 

 

 

Ellen Roth, psychiatre respectée et reconnue à la clinique du Bosquet, a promis de s’occuper de la patiente de son compagnon Chris parti en vacances.

Cette patiente, battue et terrorisée, semble avoir totalement perdu la raison.

 

Elle disparaît soudain sans laisser de traces, alors que la clinique est sécurisée. Même son dossier a disparu ; aucun élément n’atteste son entrée aux urgences.

 

A partir de ce moment-là, Ellen va être harcelée et menacée par un homme inquiétant qu’elle surnomme le « croque-mitaine ». Ce monstre va la poursuivre,  l’attaquer et aller jusqu’à  la torturer physiquement. Il semble au courant de ses moindres faits et gestes, de toutes ses petites habitudes…à tel point qu’Ellen finit par soupçonner ses proches. On l’accuse d’être surmenée ; personne, même la police, ne la croit et Ellen va se débattre seule…

 

Qui en veut à Ellen ? Et pourquoi ? Qui est fou, qui croire ?

Dans cet univers de folie, de violences psychiatriques, on se sent pris dans un engrenage et le lecteur, comme Ellen, se sent perdu et en danger…de mort !

Une histoire très inquiétante, oppressante et pleine de suspens qui fonctionne très bien.

 

L’auteur connaît bien l’univers de l’hôpital psychiatrique et les comportements de certains personnages, qui peuvent sembler un peu « poussés » par moments, sont en fait très logiques au final.

On plonge au plus profond de l’âme humaine, là où les peurs enfouies depuis longtemps peuvent un jour ressortir et commettre l’horreur…

L’histoire est très plausible. On s’attend à chaque page au drame inéluctable, sans jamais deviner la fin. Une fin qui vous fait dresser les cheveux sur la tête après une course haletante. Car inutile de vous dire que vous ne pouvez pas lâcher le bouquin ! Vous soupçonnerez tout le monde et chaque fois vous vous tromperez…

 

Les fous ne semblent jamais fous au premier abord et ne sont jamais là où on les attend…

 

Lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

 

Vous l'aurez compris un très bon thriller psychologique au suspens intense !

 

A lire et à offrir les yeux fermés !!! Enfin...pour lire...mieux vaut avoir les yeux ouverts, - en tous cas, je vous le conseille, - mais pour offrir, vous pouvez me faire confiance LES YEUX FERMES, je vous dis !!!  

 

 

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 00:56

 

 

 

 

Une seconde vie

 

Deux vies en parallèles.

Sean qui échappe à un terrible accident de voiture et qui reste de longues minutes en état de mort clinique. Lorsqu’il revient à la vie après avoir été réanimé, il trouve la vie terne, et au regard de sa famille il ne semble plus le même. Cette expérience l’a changé mais surtout a ouvert une brèche dans sa vie ;  enfant adopté, il n’a qu’une obsession : retrouver sa mère biologique coûte que coûte. Cette seconde vie qui lui a été donnée doit avoir un sens : la quête de son identité et pour cela il lui faudra plonger dans un passé douloureux.

 

Lizzy, une vieille femme que l’on croit folle, a toujours recherché son « enfant bleu » qu’on lui a arraché à 16 ans pour le confier aux bonnes sœurs en vue d’une adoption. De tous temps, elle a toujours aperçu son enfant dans ses rêves ; elle l’a toujours entendu, vu et aimé jusqu’à la folie. Elle a toujours caché son lourd secret à son mari et ses enfants, malgré son cœur brisé.

 

Un roman émouvant, bouleversant de vérité, qui conte une Irlande dure où le poids d’une société respectable et d’une église intransigeante brisent la vie des jeunes filles devenues filles-mères. Un sujet troublant sur l’abandon, l’adoption.

Un style très agréable à lire qui vous entraîne dans un mélodrame empli de mystère comme savent si bien le faire les auteurs irlandais en général. Quelques longueurs dans le récit cependant…mais le cheminement vers la recherche de la vérité sur ses origines ne se fait sans doute pas du jour au lendemain !

Quel dommage que la couverture du livre n’ait aucun rapport avec l’histoire…et qu’elle soit si peu attrayante !

Elle n'incite en effet pas du tout à choisir le livre parmi tant d'autres, empilés sur une table de librairie, car elle n'attire pas le regard...

 

Voilà un livre de plus, lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

 

J'attends demain la nouvelle sélection, celle du mois de Novembre que j'ai hâte de découvrir !

Bon début de semaine à vous tous et surtout bonne lecture ! :-)

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 01:09

 

 

 

 

L'élimination

 

 

Témoignage terrifiant d’un survivant des camps cambodgiens.

L’horreur du génocide des Khmers rouges.

Pahn donne la parole à l’un de ses bourreaux.

Jusqu’où peut aller la barbarie humaine ? On ne peut même pas l’imaginer !

L’auteur avait 11 ans lorsque les Khmers entrèrent dans Phnom Penh en 1975.

Il perd toute sa famille et vit l’horreur des camps.

Par miracle, il échappe à la mort et raconte les violences qu’il a connues et celles dont il a été témoin pendant ses cinq ans de détention. Violence extrême, perversité.

Avec des mots simples, il raconte l’horreur de cette machine de guerre.

Il y a des scènes à la limite de l’insoutenable… (comme le passage où des nouveau-nés sont fracassés contre des arbres…où cette femme dont on vide tout le sang jusqu’à la dernière goutte…)

 

A sa narration, s’entremêle la voix du bourreau, Duch, qui fut responsable  du plus horrible centre de torture et d’exécution.

 

Entretien avec un monstre…qui ne regrette rien et qui a toujours bien dormi la nuit !

Un livre nécessaire, certes, pour essayer de comprendre…l’incompréhensible…Un livre terrible qui ne laisse pas indemne. Accrochez-vous : il y a des pages très dures !

Un livre que je n’aurais certes pas choisi de lire si ma « fonction » de jurée littéraire ne me l’avait pas imposé mais que je ne regrette pas d’avoir ouvert.

 

Lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 23:36

 

 

 

 

 

Arab jazz

 

 

 

 

 

 Polar urbain, l’intrigue se passe à Paris, dans un quartier cosmopolite du 19ème arrondissement où toutes les communautés religieuses et ethniques se côtoient.

 

Kebabs, sushis, coiffeur juif…le quartier semble tranquille…jusqu’à la découverte du corps de Laura, fille de témoins de Jéhovah, pendu au-dessus du balcon d’Ahmed Taroudant, son voisin et ami. Le corps est mutilé et maculé de sang de porc…

 

Arabe et musulman, Ahmed craint qu’on le soupçonne du meurtre. Très vite il va passer du suspect N°1 à l’enquêteur et suivre les investigations de deux flics fantasques de la « Crim’ ».Un trio de choc qui va enquêter sur des réseaux de drogue et qui va se lancer sur la piste de « fous de Dieu ».

Une critique de la société française où les « méchants » ne sont pas forcément ceux auxquels on pense…

 

Des personnages originaux, une écriture poétique. Des parfums, de la musique. Un premier roman noir original.

Bonne lecture et bon week-end à vous !

 

Lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 13:52

 

 

 

 

Les Séparées

 

 

Deux voix qui déroulent le fil d’une vie. L’histoire de deux jeunes femmes inséparables depuis l’enfance : Alice et Cécile.

L’une sur son lit d’hôpital est dans le coma ; l’autre à une terrasse de café.

Toutes deux renouent les fils du passé.

L’Amitié avec un grand A qui comme l’amour peut être dévastatrice lorsqu’un jour tout se fissure puis se brise.

Une amitié fusionnelle où l’on partage tout : les secrets, les chagrins, les premiers flirts. Une époque, celle des années 80, les Bee Gees, les vacances dans la maison familiale, l’arrivée de Mitterrand, le sida, les frères et sœurs, les parents et leurs propres histoires.

Trente ans plus tard, qu’est-il advenu pour que ces sentiments si forts soient réduits à néant ? Le temps qui passe, la vie qui sépare inéluctablement les êtres, de petites rancœurs accumulées…ou bien  la fin de l’enfance, tout simplement ?

Alice et Cécile n’ont rien vu venir. Un jour, elles se sont vues séparées. Mais l’amitié comme l’amour ne peut-elle renaître un jour ?

 

Une écriture fine, saccadée. De petites phrases courtes avec des mots qui cognent comme pour mieux faire ressentir encore la douleur du désamour…cette déchirure comme une plaie qui bat toujours et que l’on ne peut oublier.

Kethévane Davrichewy nous conte là une histoire emplie d’émotion où chacun pourra se reconnaître ; une histoire attachante que l’on a envie de continuer encore et encore… jusqu’à être convaincu que l’Amitié peut être plus forte que tout.

 

  Je vous souhaite une bonne lecture de ce petit livre attachant !

 

 

Lu dans le cadre du : grand prix des lectrices de ELLE

                                                                                                               

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 02:17

 

 

 

9782226239983-j-206x300 

 

 

L’histoire de l’ascension sociale de Katey Kontent, jeune fille intelligente et ambitieuse, dans le New York des années 30. Les années 30 de l’autre côté de l’Atlantique avec pour toile de fond les grésillements d’un microsillon sur un air de jazz, des silhouettes à la Greta Garbo ou à la Cary Grant qui passent à l’horizon. Ambiance surannée, élégance d’une aristocratie dorée. Katey rêve de se faire ouvrir les portes de ce monde rêvé. Accompagnée de son amie Eve, elles font connaissance d’un riche banquier, Tinker Grey…

 

Le sujet de ce roman contenait tous les ingrédients pour fasciner le lecteur. Je me faisais une joie impatiente de dévorer ce livre qui a fait un tabac aux Etats-Unis !

Les premières pages m’ont captivée, la suite de la lecture fut plus poussive…et très vite je me suis ennuyée ! 

C’est un livre qui ne délivre aucune émotion. Les personnages sont ternes, sans vie. La chute de l’histoire est sans intérêt et laisse sur la faim.

Pourtant l’écriture est précise, plutôt agréable, avec ici et là quelques descriptions qui frôlent l’art poétique.

L’auteur semble maîtriser les mots mais pas le sens narratif ni la mise en valeur des personnages qui manquent totalement d’animation. L’intrigue est pâlotte et décousue.

 

Où sont donc les flamboyants personnages de ce roman ovationné de l’autre côté de l’Atlantique ? Entendrez-vous la voix de Scott Fitzgerald ou de Truman Capote au fil de ces pages ? Pour ma part, je cherche encore ou se situe la comparaison…

Quel dommage…

 

 

 

Lu dans le cadre du : 

 

grand prix des lectrices de ELLE

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:52

 

 

 

 

    Au lieu-dit Noir-Etang

 

 

 

Une histoire superbe qui se déroule en 1926 et où se mêlent l’amour, la liberté et l’enfance. Dans les brumes de Chattam, petite ville côtière de Nouvelle Angleterre, l’arrivée d’une jeune professeur d’arts plastiques va troubler la vie tranquille des habitants et mettre à mal leur ultra moralisme.

Mlle Channing fascine Henry, le jeune fils du directeur de l'école de garçons.

Henry assiste à la naissance d'une passion entre la jeune femme et M. Reed, un professeur de lettres marié et père de famille, qui habite de l'autre côté de l'étang...

Une relation adultère qui va virer au tragique…

Une cinquantaine d’années plus tard, Henry se souvient et raconte.

Dès le début, on sent que l’on va assister à un drame. Mais où est donc la vérité ?

 

Amour dévasté, falaises battues par les vents et les vagues, brumes et eaux vertes de l’étang…tout nous amène doucement vers la tragédie.

Le mal, la morale, la folie,  le portrait d’une époque étouffante…l’ambiance oppressante fait penser à la littérature du XIXème siècle.

Ecriture élégante ; de jolies descriptions.

Roman policier, roman psychologique, l'auteur signe là un suspense envoûtant.

 

Lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 14:01

 

 

 

Belle famille

 

 

La disparition de la petite Maddie en 2007 et le soupçon qui pesait sur ses parents avait ému le monde entier et avait fait la une de tous les journaux et télés.

Arthur Dreyfus s’est emparé de ce fait divers pour le mettre « à sa sauce » à lui et imaginer ce qui avait bien pu se passer…

 

Sa version est tout aussi vraisemblable qu’ahurissante…

 

Maddie devient donc Madec, un garçon de 7 ans, un peu casse-cou, dont la famille se veut être « belle » mais qui ne l’est qu’en apparences.

La mère, femme forte et convaincue qu’un drame ne peut survenir au sein de sa famille modèle, traverse cet épisode sans verser une larme. Courageux soldat, elle s’embarque dans la spirale du mensonge et finit par se prendre à son propre jeu, tant elle zappe la réalité pour faire bonne figure. Elle en arrive à se convaincre elle-même que l’on va retrouver son fils un jour… Le retour à la réalité sera sans aucun doute très dur à vivre…

 

Les personnages sont campés avec brio par l’auteur.

Chacun d’eux est méticuleusement étudié. Les traits de caractère comme le physique…tout est scrupuleusement travaillé dans les moindres détails ce qui rend les personnages très vivants !

Le style est haletant. Quelques traits d’humour noir rompent la tension.

Chaque mot est à sa place. Tout est calculé pour qu’on ne puisse lâcher ce roman jusqu’à la fin.

 

 Comme vous pouvez vous en douter en lisant ma critique...j'ai attribué une très bonne note à cet ouvrage que j'ai beaucoup aimé car je trouve l'exercice très réussi ! Pas évident de s'emparer d'un fait divers qui a défrayé la chronique et d'y mettre ses propres mots en transformant la réalité...que l'on ne connaîtra sans doute jamais. J'avais quelques à priori en ouvrant ce livre et pas vraiment envie de le lire...du "déjà vu" pensais-je...mais Dreyfus m'a conquise !

 

Lu dans le cadre du Prix Littéraire du magazine ELLE

 

grand prix des lectrices de ELLE

 Bonne lecture à votre tour !

 

 

 

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre