Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 02:51

 




cocotte-en-fonte

 




En Afrique, les enfants sont rois ! Ma sœur et moi profitions allégrement de cet état de fait.

Face aux punitions et fessées administrées par nos parents lorsque nous avions poussé le bouchon un peu trop loin, nous avions vite compris que nos cris et nos pleurs exagérés attireraient aussitôt les boys qui accourraient des cuisines pour nous soustraire à la colère parentale.
Ils s’interposaient pour nous prendre dans leurs bras et les enfants que nous étions savourions cette victoire : nous avions échappé aux foudres de Papa ou Maman qui, finalement, baissaient la garde, amusés par tant de bienveillance. Ils réprimaient un sourire, faisant promettre que « cela ne se reproduise plus car sinon… ! »…et nous nous échappions, soulagées d’avoir évité une fois de plus la punition.

Au service de mes parents depuis de nombreuses années, les boys nous avaient vues naître et en quelque sorte nous leur appartenions un peu. 
Ils ne supportaient pas de nous voir pleurer. Ils cachaient ou réparaient la moindre de nos bêtises de peur que nous ne nous fassions gronder, et comme nous étions loin d’être des anges, ils avaient fort à faire !
 
      Pour accueillir de nouveaux arrivants français sur le sol nigérian, mes parents avaient décidé d’organiser une petite fête et de réunir pour l’occasion quelques amis inconditionnels qui faisaient partie de la communauté des français résidant à Lagos.

Il fut décidé de mettre au menu un énorme poulet aux arachides, un « maffé » amélioré dont Maman avait tous les secrets.

La recette prenait des heures à réaliser ; il fallait couper en petits dés de nombreux légumes et fruits qui composaient les « gnamagnamas » servis dans de multiples petites coupelles et qui servaient d’accompagnement au poulet et à la sauce aux arachides. La sauce aux arachides étant pimentée, les gnamagnamas par leur mélange de « salé-sucré » apportaient un peu de douceur et beaucoup de couleurs.

Maman cuisinait toujours la veille afin que le poulet s’imprègne de toutes les saveurs car « C’est bien meilleur à déguster le lendemain, comme tous les plats mijotés ! » affirmait-elle d’un ton catégorique.

Dès le matin, c’était donc le branle bas de combat dans les cuisines où les boys, « petit boy cuisinier » et « grand boy chef cuisinier », emplis de la confiance que Maman leur témoignait en participant aux opérations, s’activaient avec sérieux, ouvrant grandes leurs oreilles pour mémoriser tous les conseils de préparation. 
C’est que faire un « maffé », ça, ils savaient faire, mais un « maffé amélioré » avec les secrets de « Ma’ame », c’était tout autre chose !

Des cagettes de légumes et de fruits envahissaient les plans de travail. Ma sœur et moi étions mises également à contribution : nous avions la responsabilité des bananes que nous devions couper en fines rondelles. Les boys passaient la chair des noix de coco au robot Moulinex, tranchaient les patates douces, découpaient les oranges en quartiers, les tomates en petits dés, bref, l’effervescence régnait alors que le poulet découpé dorait avec les oignons dans la grande cocotte et que la sauce mitonnée par Maman prenait une teinte orangée grâce à la pâte des arachides délicatement ajoutée.

 Nous étions excitées comme des puces sur le dos du chien au fur et à mesure que la cuisine s’emplissait de senteurs, d’odeurs, de fumets qui nous faisaient tourner raides-dingues tant l’envie de goûter à tout nous tenaillait le ventre. Mais Maman, après nous avoir fait goûté la sauce à plusieurs reprises, - nous en fermions les yeux de délice !- commençait à s’impatienter :

      « Vous goûterez demain ; vous aurez votre part ; ne touchez plus à rien ! On va laisser mijoter encore quelques heures…laisser dormir le poulet et tous les ingrédients toute la nuit dans la sauce et demain ce sera parfait : tendre et parfumé à souhait ! »

Le lendemain matin, après que les fumets nous aient accompagnées jusque dans nos rêves, nous profitions du départ de Maman pour son travail pour nous précipiter dans la cuisine afin de contrôler que le poulet baignait toujours bien dans sa sauce aux arachides. Nous avions bien l’intention de goûter à la sauce afin de vérifier que les saveurs ne s’étaient pas envolées pendant la nuit. Sous les regards bienveillants des boys qui nous soulevèrent le lourd couvercle, nous montâmes chacune sur un tabouret pour nous  pencher sur l’énorme cocotte en fonte, armées d’une cuillère à soupe.
 

Les fumets divins nous sautèrent au nez, à la bouche, et nous ne fîmes pas que de goûter : nous engloutissions des cuillerées et encore des cuillerées de sauce, nous disputant la place, tirant chacune à nous, d’un côté et puis de l’autre, l’imposante cocotte aux doux fumets, jusqu’au moment où … celle-ci, tiraillée et malmenée, glissa du grand fourneau et atterrit parterre, déversant son contenu si précieux.

Cris, stupeur, c’était le drame !
 

Qu’allait dire Maman en rentrant ce soir ? Elle serait hors d’elle et elle aurait raison ! Et surtout, qu’allait-elle servir à ses invités le soir même ?

Les mains sur la bouche, atterrées, nous n’osions même pas imaginer la suite des évènements !

Les boys, tout de suite, constatant l’ampleur des dégâts et le drame imminent, firent ni une ni deux et se mirent au boulot dare-dare, sans réfléchir plus avant ! Il fallait absolument que « Ma’ame » en rentrant ne s’aperçoive de rien !
 
Alors on appela du renfort, branle-bas de combat dans la concession : les femmes, les concubines, les enfants, chacun se vit attribué une tâche urgente ! Marché, -c’est ce qui prit le plus de temps-, épluchage, découpage, mijotage…pas une minute à perdre et surtout suivre à la lettre les ordres de « grand boy chef-cuisinier » qui lui-même n’omettait aucun des conseils de Maman qu’il avait, heureusement, bien enregistrés !

Maman, par chance, était absente toute la journée ce jour-là. Quand elle rentra,  l’ordre et la propreté régnaient dans la cuisine ; les lutins cuisiniers s’étaient envolés et le poulet dormait paisiblement dans sa grande cocotte en fonte, miraculeusement sauvée de la casse.

Le poulet nappé de sa sauce arachides avait eu le temps de mijoter quelques heures, mais quelques heures seulement… il n’avait pas eu le temps nécessaire pour mariner dans sa sauce comme il convenait…
 
Le poulet aux arachides allait-il avoir la saveur qu’en attendait Maman ? L’important était que les invités aient quelque chose à se mettre sous la dent et que Maman ne s’aperçoive pas du drame évité in extremis !
En attendant : motus et bouche cousue ! Nous étions ma sœur et moi très inquiètes du résultat, et nous tremblions en passant à table !


Poulet aux arachides et gnamagnamas



Les invités se régalèrent, félicitèrent Maman pour cette recette originale et délicieuse, et même en redemandèrent.
Après le départ des invités, Maman se tourna vers Papa, plutôt contente d’elle :

— Pas mauvais mon poulet aux arachides, hein ? Je le fais de mieux en mieux, je trouve ! La seule chose, c’est que tout ça manquait un peu de sel…moi qui croyais avoir trop forcé sur la dose…

— Tu es une cuisinière émérite, ma chérie, mais tout le monde le sait déjà ! Il n’y a que toi pour réussir un poulet aux arachides aussi savoureux. C’était succulent comme d’habitude !

Ma sœur et moi avons pouffé de rire en nous enfuyant prestement dans nos chambres.

Nous avions encore une fois échappé à la sentence maternelle, aux punitions et fessées que nous n’aurions pas manqué de recevoir si Maman avait découvert le pot aux roses.
Tout cela aurait pu tourner vinaigre si nos boys chéris n’avaient pas réparé les dégâts des petits diables que nous étions afin de nous protéger de la fureur maternelle.

Depuis, à chaque fois que Maman se mettait aux fourneaux pour cuisiner son fameux poulet aux arachides, nous ne manquions pas ma sœur et moi, d’un air malicieux, de lui rappeler de rajouter du sel, beaucoup de sel.


Rentrés définitivement en France depuis longtemps, nous mangeons encore aujourd’hui, lors des grandes réunions de famille, le poulet aux arachides que Maman assaisonne toujours à la perfection !

 Lorsque l’imposant plat arrive sur la table, c’est une immense bouffée de senteurs et de souvenirs qui nous monte au visage et au cœur.



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Melly 04/05/2010 00:52



Quel souvenir !!


et je le sens d'ici ce poulet aux arachides !


mon ex-mari africain le faisait mijoter avec du Dakata (euh... j'sais plus le nom exact, purée d'arachide quoi) et des poivrons + ooignons , Miam !



Nickyza 06/05/2010 22:45



Oui, oui, de la pâte d'arachide, c'est ça !! Je vois que tu es une finne connaisseuse !! C'est marrant que tu connaisses aussi !


Mmmm rien que d'y penser, j'en salive !!


Douce nuit à toi, Melly !



Renard 10/03/2010 18:57


Quelle magnifique histoire... comme je comprends que ce plat ait une saveur particulière pour toi.. tu m'as donné envie d'y goûter avec ta description.


Nickyza 11/03/2010 17:07


Mais enfin, Renard, je te retrouve encore en train de manger !! Après le poisson grillé avalé à Ouvéa, te revoilà en train de déguster mon poulet aux arachides !!! Tu
te déplaces vraiment à la vitesse de la lumière dès qu'un fumet alléchant chatouille tes narines ! Mdr


Quichottine 09/03/2010 01:23


Tu m'as fait saliver... et j'ai partagé avec bonheur ces souvenirs.

Dieu que c'est bon de retourner là-bas, même dans d'autres conditions !

Bisous, Nickyza. Depuis... je suppose que tu as gardé un peu de goût pour les bêtises... ??


Nickyza 11/03/2010 16:40


Les bêtises ? Ho non, j'en fais encore !  elles sont dues surtout à ma distraction
légendaire !!

Gros bisous, Quichottine


Lmvie 07/03/2010 15:19


Dis Manicky tu digères le poulet en faisant la sieste ?


Bisous toi


Astheval 06/03/2010 14:34



Quelle aventure Nickyza ! Décidément, tu étais la reine des bêtises ! C'est une sacrée chance pour toi et ta sœur d'avoir pu compter sur vos adorables "boys".




Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre