Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 15:19




Plage de Saint Joseph   La plage de Weneky, dans la baie de Saint Joseph, au Nord d'Ouvéa.

Antoine Omei de la tribu de Weneky à Saint Joseph est un homme étonnant !

 C’est un kanak amoureux de son île et conscient qu’il faut la protéger à tout prix.

 

Il vit de pêche et il organise des randonnées autour du lagon en compagnie des requins.

 

Au départ, il faisait découvrir son paradis aux quelques amis qui lui rendaient visite, puis le bouche à oreilles en a fait une destination incontournable et une expérience magique.

Antoine en a fait une activité à plein temps, faisant partager la passion de son île aux touristes venus à Ouvéa. Il est devenu guide ; un guide intarissable sur les secrets de son île.


Histoire des îles Loyauté, connaissances de la faune et de la flore, anecdotes, légendes…La rencontre avec Antoine est inévitable pour celui qui veut tout connaître d’Ouvéa !

 

 La vie pour lui est faite de choses simples : « Casse pas la tête ! » serait sa devise préférée car à son avis tout problème connaît une solution.


 
Il a quitté son île, voyagé, habité en Bretagne, épousé une bretonne dont il a eu deux enfants, divorcé pour épouser Graziella, son épouse actuelle, qui lui a donné un autre enfant et tout ce petit monde forme une grande famille unie…normal, c’est la vie, « Casse pas la tête ! », « Ya des choses plus graves en ce monde que de se chipauter en famille ! »

 

Avec l’œil extérieur de celui qui a voyagé plus loin que son atoll, il a regardé son île d’un regard neuf lorsqu’il est revenu.

 Après avoir participé à réparer les dégâts sur les plages bretonnes causés  par la marée noire de l’Erika, il a pris conscience qu’un site, par la folie des hommes, pouvait être du jour au lendemain mise en danger et il a pensé à son île dans les Loyautés.


 
Lorsqu’il est rentré sur ses terres paradisiaques, il s’est attaché à s’occuper d’écologie. Pour faire passer son message, il n’hésite pas à ramasser lui-même les déchets qui jonchent l’île, en emmenant derrière lui la jeune génération qu’il va convaincre dans les écoles de l’île.

 

On parle d’Ouvéa comme « l’île la plus proche du paradis »…c’est vrai, c’est un joyau qui a tout pour l’être, mais les touristes que nous sommes, attachés à un minimum de respect de l’environnement (on ne doit pas même jeter un mégot de cigarette parterre !), sont effarés par certains coins de ce paradis magnifique qui servent de…décharge publique ! Il n’est pas rare, en effet, de trouver sur certaines plages ou en bord de route des cannettes de bières, des papiers gras qui tapissent le sol, des sacs plastiques….
Pas de poubelles alors on jette parterre !

 
Le Paradis doit rester propre !

 

Ce pourrait-il que ce beau lagon bleu qui suscite tant d’admiration soit en danger un jour parce que l’on n’y aura pas respecté les espèces et que l’on y aura jeté n’importe quoi pendant des décennies ? Nous osons espérer le contraire…Ho, il y a pire ailleurs, sur d’autres terres, bien sûr…mais ce serait grave de ne pas en prendre conscience ici…

 

Préserver le milieu naturel, préserver le lagon qui est l’une des seules richesses de l’île, est une priorité première, les habitants vivant essentiellement de la pêche.

Antoine, lui, a vu tout ça, et il veut anticiper sur l’avenir !

 

Il connaît le lagon comme sa poche ; il en connaît chaque richesse. Il connaît la vie des plantes et celle des poissons. Il connaît les espèces qui doivent être protégées.
Il voit la nature changer…et il doit tirer le signal d’alarme !

 

Certaines zones du lagon, là-bas dans le nord, lui appartiennent en propre, et tout particulièrement une partie des cinq doigts de la « main », comme il aime décrire cette partie du lagon, formés par de petits bras de mer qui forment le « Nimeck ».

 

Le « Nimeck » veut dire « Mourir demain » en langage kanak.

 

Le « Nimeck », c’est le nom donné à la nursery des requins. Un ventre naturel où les requins femelles viennent déposer leurs petits à l’abri.

Incessant va-et-vient des requins qui viennent nourrir leurs petits, abrités au fond de cette passe aux eaux si transparentes.

 

Le requin, héritage des ancêtres, que l’on doit protéger comme beaucoup d’espèces qui vivent dans le lagon.

Le requin qui est l’âme de l’ancêtre disparu et que l’on doit respecter.

 

« Nimeck »…mourir demain…

 

Et Antoine n’a de cesse d’expliquer que : « Pour ne pas mourir demain, il faut protéger le lagon mais surtout cette nursery aux requins, si fragile, car sinon ce sont toutes les espèces qui disparaîtront de l’écosystème ! »




Guide Antoine    Antoine, l'homme qui protège les requins...





Ce sont ces mots-là qu’Antoine martèle pour que l’on comprenne bien son message. Il les martèle en agitant le bout de bois qui lui sert à dessiner le « Nimeck » sur le sable blanc de la plage qui borde la nursery aux requins.


Sur le sable, le dessin de la main et des cinq doigts…la main qui recueille les bébés requins.




L'entrée de la passe aux requins    L'entrée de la passe aux requins...à droite!

Le "Nimeck" se trouve tout au fond de la passe...mais chut les bébés requins y dorment paisiblement...


Dernier regard sur le dessin incrusté dans le sable, puis le regard se pose sur le « Nimeck » et sur les taches noires qui évoluent dans l’eau translucide. Un aileron, puis un autre…les requins évoluent dans la passe dans un incessant ballet aquatique.

Ils attendent la marée haute et un niveau d’eau suffisant pour leur permettre de franchir la passe qui les mènera dans la nursery.

 

C’est le moment propice pour nous, quand l’eau n’est pas trop haute, pour franchir la passe afin de découvrir le domaine d’Antoine.

 

A son signal et en file indienne derrière lui, les sacs à dos au-dessus de la tête, nous traversons la passe avec de l’eau jusqu’à la taille, entourés de squales…





Les requins  Le ballet incessant des requins qui attendent la marée haute pour franchir la passe...

Des taches sombres, un aileron...ils ne sont pas très loin de nos pieds...ils 'approchent même de très, très près, car les requins sont curieux et ils sont intrigués par notre présence. 


C’est cette randonnée au pays des requins que je veux vous raconter bientôt.

Une randonnée avec Antoine qui nous a servi de guide...la "Randorequins"comme on l'appelle entre nous!


Pour comprendre cette randonnée à la rencontre des requins que nous avons faite les pieds dans le lagon, il fallait avant tout que je vous raconte cette histoire et que je vous présente Antoine, l’homme qui protège les requins.

 

C’est chose faite ! Vous allez maintenant pouvoir nous suivre…

 

Rendez-vous à 9 heures du matin avec Antoine, devant l’église de Saint Joseph !


Qui ne sait pas où se trouve l'église Saint Joseph? Je vous l'ai pourtant déjà montrée dans l'article précédent...allez, retournez voir!

Il ne s'agit pas de rater notre rendez-vous car Antoine n'attendra pas! Ou plutôt la marée qui monte, qui monte...nous empêchera de franchir la passe...


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Carambaole 31/01/2010 20:04


Du 1er au 18 fevrier,je serai absent de vos blogs
Des obligations de famille,un mariage
un séjour hospitalier et une semaine de repos au littoral $$$


Nickyza 02/02/2010 00:56


La vie, quoi!
Repose-toi bien nénamoins!


Oxygene 28/01/2010 18:58


Cet Antoine-là est un sage qui a compris l'importance de protéger la nature. J'espère que les jeunes générations sauront l'écouter et suivre son exemple.
J'aime bien son expression "Casse pas la tête"... Il est vrai que l'on a tellement souvent l'habitude de faire tout un plat de petites choses qui n'en valent pas la peine...
Allez, j'ai du retard, j'espère ne pas rater le départ pour la "randorequins", je file rejoindre le groupe.
Bisous Nicky! 


Nickyza 29/01/2010 02:19


"Casse pas la tête" oui, c'est une jolie expression imagée que j'aime bien employer maintenant!
Mais ouiiiiiiiiiiiii Oxygène, tu es en retard!! On t'a attendue mais...on a avancé sans toi car les requins n'attendent pas, tu comprends! Allez cours!!
Rooooo regarde, ton chapeau s'est envolé...tant tu as couru vite! Les requins vont s'en faire un régal...


Renard 27/01/2010 23:33



Me revoilou, j'étais un peu souffrante, et du coup, j'ai pris du retard dans tes articles, mais là, j'ai un peu de temps, alors, je vais les rattraper
Très sympathique Antoine, le protecteur de son île et des bébés... mais je ne suis pas sûre que j'aurais aimé me retrouver à côté des parents requins..;
Je file à l'article suivant 



Nickyza 29/01/2010 01:25


Oula, tu t'en es avalé un morceau là, de la Nicky...enfin de la prose de la Nicky, hein, car tu n'es pas un requin toi, mais un gentil renard !!!
Riiiires
J'espère que tu es bien remise et de nouveau en pleine forme

Mais si...tu aurais été en confiance aux côtés d'Antoine et tu aurais traversé aussi la passe au milieu des requins! Il le fait chaque jour et c'est vrai qu'il n'y a jamais eu d'accident...


Lmvie 21/01/2010 11:43


Ravie de te rencontrer Antoine.

As-tu remarqué lors de voyages il y a toujours "le" personnage rare, unique, passionnant ?


Nickyza 22/01/2010 15:55


Oui, c'est vrai ! Toi, c'était hameeeed !!!!


fanfan 20/01/2010 15:47


Heureusement qu'il y a des gens comme lui  pour protéger ces endroits paradisiaques! Tu n'as pas eu un petit frisson en voyant les requins?
 bises


Nickyza 29/01/2010 03:02


Même pas peur, la Nicky !


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre