Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 23:48

 

 

 

 

La ville des serpents d'eau

 

 

Une petite ville à priori sans problèmes. Un ex-flic alcoolo déchu, une ancienne star du rap, un prêtre respecté qui vient de décéder, un comité de charité, des maris chasseurs et bien sous tous rapports, accompagnés de leurs « Desperate housewives » oisives et un tantinet portées sur la bouteille, des SDF… Il y a une douzaine d’années, un kidnappeur tuait des petites filles de cinq-six ans après les avoir maltraitées et les jetait dans le lac…

Le « Noyeur » semble avoir refait surface et vient de nouveau troubler la petite communauté tranquille d’Ennatown, la ville des serpents d’eau.

 

Malgré quelques clichés et des ficelles « grosses comme ça », le roman est agréable à lire et on passe un bon moment… Un peu de suspens aussi vous fait tourner les pages un peu plus vite.

On n’a qu’une hâte, c’est que la petite fille, Amy, se fasse connaître le plus rapidement possible et confie à un adulte responsable et digne de confiance le petit mot qui permettrait de sauver sa maman, la seule survivante des cinq petites filles kidnappées il y a 13 ans…Mais Amy est muette et ne connait du monde que ce qu’elle en a vu dans les livres de contes puisqu’elle n’est jamais sortie de sa prison depuis sa naissance.

Sa perception du monde au travers des mots qu’elle a rencontrés dans ses livres est très originale.

 

«Ah ah ! Elle savait ce que c’était, elle avait lu et relu Suzy à la montagne. C’était de la NEIGE ! »

« Le loup aboyait toujours. « Ouah ouah ouah ! » comme faisait le livre de la ferme quand elle appuyait sur la touche…Mais non, Amy, espèce d’idiote, ce n’est pas un loup mais un CHIEN »

 

Le tueur semble être quelqu’un de respecté et de connu parmi les habitants. Amy le rencontre à chaque coin de rue et doit donc sans cesse le fuir. Dans la neige, le froid, la peur de l’inconnu, les chiens féroces, la méfiance, elle trouve refuge dans les bras du géant noir SDF et quelque peu demeuré qui l’embarque avec lui dans sa cavale. Black Dog est aussi illettré qu’Amy est muette et aucune communication n’existe entre eux, juste une immense confiance et l’instinct de survie.

 

Le soir du réveillon, toute la communauté d’Ennatown se trouve réunie pour fêter Noël dans l’une des maisons du lotissement. Amy « débarque » là, par hasard, prête à enfin se faire connaître mais…son ravisseur-bourreau, Daddy,  est là, lui aussi ! Elle débarque et disparaît donc de nouveau pour lui échapper, après que plusieurs personnes l’aient toutefois entraperçue.

 

L’incertitude sur l’identité de « Daddy » est maintenue jusqu’à la fin, après quelques soupçons sur l’un ou l’autre des invités de la fête et ça, c’est bien !

La fin, en revanche, est un peu bâclée à mon goût et aurait mérité quelques chapitres supplémentaires. On se sent frustré car on aurait désiré assister aux retrouvailles, 13 ans après…et aux réactions des proches du tueur qui jamais ne se sont doutés qu’ils côtoyaient un être aussi pervers et dangereux.

Cela dit, vous ne regretterez pas d'avoir ouvert ce polar car vous passerez un excellent moment !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Oxygène 23/04/2013 11:43


Waouh... La seule lecture de ton analyse du roman est tellement pleine de suspens que j'ai l'impression de t'avoir lue sans respirer.... 


Je note le titre tout de suite. Ça me tente vraiment beaucoup.


Merci Nicky :-)


Bisous

Nickyza 25/05/2013 23:31



Alors, l'as-tu déjà lu ce polar  finalement ? Sinon, tu me diras hein !



Martine27 10/04/2013 18:45


J'aime beaucoup ce que fait Brigitte Aubert même s'il y a parfois des hauts et des bas, j'ai notamment particulièrement apprécié les 4 fils du Dr March. Celui-ci me tente aussi beaucoup, j'espère
que j'aurai plus de chance qu'avec Gillian Flynn

Nickyza 11/04/2013 12:46



Je n'ose plus te conseiller Martine... en ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé
l'histoire et me suis prise d'empathie pour la petite fille...Si tu le lis, dis-moi ce que tu en auras pensé !


Brigitte Aubert que j'ai rencontrée a de l'énergie à revendre !! Elle est étonnante !!



Quichottine 10/04/2013 15:02


Décidément... tu me donnerais l'envie de lire des romans policiers... :)

Nickyza 11/04/2013 12:40



Oui, je dois dire que dans l'ensemble les sélections données à lire par le magazine ELLE étaient vraiment excellentes concernant les polars. Je n'en dirais pas
autant du genre "romans" dont je ne retiens aucun...ou presque !


Je ne suis pas attirée par le "roman policier" classique  mais tous ceux-là sont des thrillers psychologiques...j'adore !



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre