Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 01:35

 

 

 

La réparation

 

 

 

Grande histoire / petite histoire. La Shoah / une histoire familiale.

Qui est Salomé, cette petite fille née en 1936 dont « il ne reste rien » qu’une photo en noir et blanc ?

Un sujet tabou, un secret de famille…

Colombe Schneck va enquêter auprès des quelques membres de sa famille qui ont survécu à la Shoah. Elle va découvrir le ghetto de Kovno en Lituanie où ont été déportés ses grand-tantes, grand-mère, arrière-grand-mère, cousins…Mary, Macha, Raya, Ginda, Ulli, Kalman, Salomé…

Que s’est-il vraiment passé dans ce ghetto ?

Pourquoi cette volonté de vivre à n’importe quel prix ? Quel est cet instinct de survie plus fort que tout ?

Il y a parfois des choix que l’on est contraint de faire…des choix terribles et traumatisants ; une culpabilité que l’on doit traîner ensuite ; des choses du passé que l’on préfère taire…

Qui sommes nous pour juger ? Que saurions-nous des horreurs subies par le peuple juif si nous n’avions pas ces  «  livres mémoire », témoignages nécessaires pour les générations futures

.

L’auteure semble ne pas être convaincue de la légitimité à raconter ce lourd secret de famille et ça se sent. Tout au long des quelques 200 pages, on la sent hésitante. Elle semble mal à l’aise. Elle tourne en rond, n’ose avancer et le roman-vrai traîne en longueur.

Mis à part le passage bouleversant dans le ghetto  concernant la petite Salomé et dont je ne dévoilerai rien, je me suis par moments beaucoup ennuyée…et j’étais de toutes façons contente d’arriver à la fin de cette histoire au passé si lourd.

 

Ce livre a été lu dans le cadre  dugrand prix des lectrices de ELLE

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Oxygène 23/04/2013 12:12


Trop dur, trop lourd... Je ne peux lire ce genre de témoignage.... Je reste traumatisée par un musée et un film sur ce thème (visité et vu il y a pourtant de très nombreuses
années) et je préfère lire aujourd'hui des choses plus légères ou différentes....


Tu as eu du courage de lire un tel livre. Cela fait bien sûr partie des contraintes liées à ton statut de juré... mais quand même...


Bisous Nicky


 

Nickyza 25/05/2013 23:44



Pas le choix : obligée de lire les sélections ! C'est l'jeu ma pov' Lucette !! Parfois, c'est emm...comme pour ce livre-là qui n'a pas beaucoup d'intérêt... Qu'est donc allée faire Schneck dans cette
galère alors qu'il y a tant de livres sur le sujet...écrits avec plus de talent... 



Lorraine 21/03/2013 16:29


Même si je sjuis profondément touchée par le sort du peuple juif, je ne lirai pas "La réparation". En ce moment, j'ai besoin de lumière... Et ils ont tant, tant souffert!


Merci, chère Nickyza,, pour ton avis toujours si nuancé.


Lorraine

Nickyza 10/04/2013 00:57



C'est un sujet qui a été maintes et maintes fois évoqué et ça reste très dur...dommage que je n'aie pas "accroché" plus que ça aux mots de Colombe
Schneck...j'attendais sans doute quelque chose de différent... Bises Lorraine



Quichottine 21/03/2013 10:10


Il n'est jamais facile de témoigner... et certains réussissent mieux que d'autres.


Je ne sais pas si je le lirai.


Mais merci pour ce ressenti.
Passe une douce journée.

Nickyza 10/04/2013 00:39



Témoigner dépend tellement du ressenti...D'autres ont apprécié ce livre plus que moi...comme quoi !



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre