Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:17

 

 

 

 

 

L'embellie 

 

 

 

 

 

    Si vous aimez les voyages insolites, vous aimerez sans doute ce récit.

 

Meurtrie par la rupture de son couple, cette femme décide de partir loin pour oublier l’absence de celui qui l’a quittée et combler le vide.

En parallèle, la vie parfois réserve des surprises inattendues : elle gagne une jolie somme d’argent au loto et un chalet de vacances.

De plus, sa meilleure amie qui a soudain des problèmes de santé, lui demande comme service de s’occuper de son fils de 5 ans, Tumi, qui montre un comportement étrange, qui voit mal, qui entend mal…Elle hésite en regardant le petit garçon…Qu’à cela ne tienne, elle décide d’embarque l’enfant avec elle ! Au point où elle en est…

 

Le petit garçon par la fraîcheur naturelle de l’enfance, par un regard différent, va lui montrer le monde d’une façon  inhabituelle et elle va oublier ses blessures emportée dans une sorte de conte de fées.

Des liens très étroits vont se tisser entre l’adulte et l’enfant.

 

Chacun va aider l’autre à franchir les obstacles de la vie.

 

Un roman touchant, empli de tendresse, de fraîcheur.

Une écriture qui glisse facilement, ponctuée de touches d’humour qui cachent les moments noirs et les péripéties.

Même si j’ai trouvé le roman long à démarrer et quelques clichés noués avec de grosses ficelles comme le gain au loto, puis le gain d’un chalet de vacances, puis la meilleure amie qui tombe malade…je me suis vite laissée emportée par cette fable « bon enfant » qui mêle émotions et sourires avec des mots délicats.

 

J'ai lu ce roman dans le cadre dugrand prix des lectrices de ELLE

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Quichottine 23/05/2013 20:35


Tu sais, je ne l'aurais sans doute pas feuilleté sans toi, je n'aime pas du tout sa couverture. :(


 


Mais j'aime assez ce que tu en dis... et puis, un peu de douceur de temps en temps ne fait pas de mal. :)

Nickyza 26/05/2013 00:10



La couverture d'un livre est TRES importante...je suis d'accord avec toi.


C'est un gentil petit livre, sans prétention et agréable !



coget hélène 21/05/2013 23:12


Ce deuxième roman de Audur Ava Ölafstöttir a en effet un peu de mal à nous immerger dans l'embellie au départ, mais après quelques hésitations, nous plongeons dans ce nouveau road movie
islandais. de mon point de vue je me suis plus facilement laisser séduire par Rosa Candida son 1er roman. Mais dès l'arrivée de ce petit bonhomme si différent, si étrange, notre héroïne
spécialiste du langage, des traductions, des améliorations des discours des autres ...se trouve démunie et c'est lui qui va lui apprendre à réellement à communiquer avec les mots, avec les
silences et avec le corps.Toujours aussi tendre, candide, sensuelle, taciturne et cocasse à la fois, l'auteur nous emporte à travers son île : l'Islande en forme de chien perdu et mouillé qui
replie ses pattes sous lui (p 162). La complicité qui s'installe entre nos deux héros est belle et permet à notre héroïne de vivre une embellie en oubliant peu à peu les événements tragiques du
passé à peine esquissés et qui peuvent ainsi se gommer en douceur.


Et j'adore la devinette en dédicace: "Où y-a-t-il des villes mais pas demaisons, des routes mais pas de voitures, des forêts mais pas d'arbres?"


En deux mots à lire! Et du coup lisez aussi Rosa Candida: deux livres qui apportent du bonheur aux lecteurs.

Nickyza 25/05/2013 23:56



J'ai beaucoup aimé "Rosa candida" !  En tous cas, vous semblez passionnée par
cette auteure !!! Merci pour votre intervention qui sera certainement utile aux lecteurs qui auraient hésité...


Bonne soirée à vous Hélène



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre