Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 23:16

 

 

Joli roman que celui de Carole Martinez avec « Du domaine des Murmures » publié chez Gallimard, même si l’on se sent oppressé tout au long du livre.

 

 A la frontière du conte poétique, l’auteur nous entraîne au XIIème siècle à la suite d’Esclarmonde. Avec elle, on se laisse « emmurés » vivants dans une cellule minuscule attenante à la chapelle du château.

Vie de recluse entièrement vouée à Dieu, la jeune femme aspire à une extrême solitude pour fuir l’autorité d’un père puis celle d’un mari imposé.

Une petite fenêtre pourvue de barreaux, ménagée dans la muraille de son tombeau, est le seul lien qui la relie encore un peu au monde extérieur.

C’est fou se que l’on peut apercevoir depuis un tombeau ; c’est fou ce qui peut se passer à l’intérieur…

Seule au fond d’un tombeau sordide ? Non, pas aussi seule qu’elle l’eût cru…

Un noir secret se cache au plus profond des sépulcres…

 De son réduit, jamais elle n’aura autant fait entendre sa volonté : son souffle l’emportera jusqu’en Terre Sainte.

 

 «  Je suis l’ombre qui cause…je suis la vierge des Murmures. A toi qui peux entendre, dire mon siècle, dire mes rêves, dire l’espoir des emmurées. »

 

 La condition de la femme au Moyen-âge, brutale et humiliante, est décrite avec finesse par Martinez. Une société rigide et cruelle qui emmurait les femmes dans leur propre corps, les conduisant parfois, pour se défendre, à un enfermement absolu et définitif.

 Une lecture qui ne laisse pas indifférent…et qui a su séduire les lycéens qui ont décerné leur Goncourt 2011 à ce roman bouleversant.

 

Je vous conseille ardemment ce beau roman ! :-)

 

 

Du-domaine-des-murmures

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Lmvie 24/07/2012 09:50


J'ai lu les 4 Safier en suivant j'avais besoin de rire !!!!!!!!!!!!


J'ai encore besoin de rire d'ailleurs...


 


Je ne suis pas partie non...


Je t'embrasse fort

Nickyza 27/07/2012 14:01



Ris, ma belle, RIS !



Lmvie 06/07/2012 10:10


Euh là en ce moment peux pas lire ce genre de roman !


Je viens de lire tous les David Safier qui sont à mourir de rire, je les ai lus en suivant, cela fait un bien fou car jamais je n'avais rencontré un auteur aussi drôle, une vraie cure de bien
être !


 


Je suis rarement sur OB mais te lire est toujours un bonheur !


De gros bisous


 

Nickyza 24/07/2012 02:03



Merci Lm. Moi aussi j'aime bien te lire ! Absente d'OB...tu es sûrement partie en vacances avec David Safier et tu es en train de te gondoler !!  Bisous et bonnes vacances



Quichottine 05/07/2012 10:34


Pas de souci, c'est noté ;)


Douce journée, Nickyza. :0010:

Nickyza 24/07/2012 02:03







Quichottine 04/07/2012 23:49


Merci pour cette superbe invitation à la lecture.


Je n'ai pas lu ce roman... ma pile de livres à lire déborde... aussi je ne peux rien te promettre. Mais si je le lis un jour, je te le dirai. :)


Bisous et douce soirée à toi. Belle journée à venir, Nickyza.

Nickyza 05/07/2012 00:38



Une pile jusqu'au ciel ! Comme chez moi ...


 Alors note ça, dans un carnet "A lire" et il débordera
aussi !


Plein de bisous Quichottine



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre