Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 17:41

 

 

 

 

 René et Josiane, assis sur la digue à regarder la plage :

 

 

 

-plage-

 

 

 

 

« R’garde-moi ces grillados trop cuits ! Vont encore salir not’sable blanc avec leurs papiers gras. »

 

« Vont salir la mer aussi pendant qu’ty es ! »

 

« Mais oui, Josiane, absolument ! Tu prends 300 000 grillados bien gras, tu les plonges dans une eau claire et tu verras si l’eau est propre quand tu les re-sors ! C’est de la physique ! »

 

« Mmmm mouais… »

 

« Ya pô de mouais qui tienne ! Faudrait au moins 10 grandes marées par jour pour lessiver la Manche ! Et encore faudrait mettre sur « très sale »…si on veut pô que la Manche devienne un bouillon de culture comme la Méditerranée… »

 

« Un bouillon, ça bout…not’ Manche, elle est pô chaude comme ça…t’exagères, l’René ! »

 

« Ho, la Josiane, tu sais bien que les microbes mutent ; bientôt ils se plairont dans l’eau froide ! »

 

 

 

 

Toujours aussi désagréable, Monsieur René...et d'une mauvaise foi ! Quel râleur...!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Tranches de vie
commenter cet article

commentaires

Lmvie 08/09/2011 17:27



Bien observé, bien dit, bien imaginé...en un mot le René il est bien "réel" et il est tellement "ça"...bon ça fait deux mots !!!


des bisous forts pour toi



pierre 03/09/2011 19:42



Hello nicky, Une belle et vraie analyse de l'image épicée par ton humour, heureux de ton retour .Amitié



Nickyza 05/09/2011 00:34



Coucou Pierre ! J'adore observer les gens...ce personnage m'a attirée par son air grognon ! Ensuite, l'imagination fait le reste... Gros bisous et à bientôt !




Quichottine 03/09/2011 19:12



Ah lala ! Ton René me plaît bien à moi... je crois que je lui volerais bien dans les plumes de temps en temps, mais il me fait rire.


Merci !


 


Bisous et belle soirée à toi.



Nickyza 05/09/2011 00:31



Oui, je lui rabattrais bien son caquet aussi à rené parfois !! On connait tous un René près de chez soi ! Celui-là est particulièrement ronchon ! ça
l'occupe...mais je plains sa moitié !


Plein de bisous, Quichottine et bon début de semaine à toi !



alphomega 03/09/2011 18:01



D'abord merci pour le commentaire bien sympathique.


Et moi qui suis originaire du côté des plages "comme la Méditerranée" (comme le dit monsieur René) je constate que la vision des touristes est la même d'un bout à l'autre de notre exagone.



Nickyza 05/09/2011 00:26



Les touristes sont partout et nous sommes tous les touristes de quelqu'un ! Même René est un touriste lorsqu'il sort de sa région !!!


Tes photos sont splendides, c'est vrai et je le répète ! Une vrai pro !


A bientôt, Alphomega ;-)


 


 



Charlie 03/09/2011 17:04



Mais c'est que je commence à m'y attacher sérieusement moi à René...


Ceci dit il soulève un problème tout à fait sérieux sous ses airs de ronchon, la pollution chaque été de nos plages et de nos mers...


L'homme descendrait-il du porc ?


Parfois on se le demande, mais toi je sais que tu descends du sourire...


Je t'embrasse ma Nicky, heureuse de me repromener par chez toi.


Passe une belle fin de journée.






Nickyza 05/09/2011 00:17



Mais c'est qu'il est attachant ce René sous ces airs ronchons ! Je suis sûre que tu en as un tout près de chez toi ! Il est d'une telle mauvaise foi, qu'il en devient drôle ! Enfin...je n'aimerais pas être à la place de sa Josiane ! Contente que
tu sois revenue dans la blogosphère, Charlie ! Plein de gros bisous et bon Lundi !



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre