Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:30

 

 

 

 

 

blanche-neige-doit-mourir

 

 

 

Après dix ans de prison pour avoir été accusé d’un double meurtre dont il a toujours clamé son innocence, Tobias Sartorius revient dans son village natal.

Les corps n’ont jamais été retrouvés.

Tobias ne s’est jamais rappelé la dernière soirée passée avec ses deux amies avant qu’elles ne disparaissent. Il était donc le coupable idéal !

 

Les habitants d’Altenhain ne sont pas franchement ravis de le revoir et lui font vite savoir : menaces, insultes…

Il a heureusement le soutien de son père et d’Amélie, une jeune « nouvelle » fraîchement arrivée au village et qui travaille au restaurant du coin.

Un squelette est découvert, puis une femme est poussée d’un pont, - il se trouve que cette femme se trouve être la mère de Tobias -, une nouvelle disparition, celle d’Amélie,…d’étranges phénomènes qui font que deux inspecteurs sympathiques, Pia Kirchhoff et Bodenstein, vont être appelés pour mener l’enquête.

 

Les habitants du village sont tous très louches. Mystères, non-dits, secrets avouables ou non…

Il semble que l’on cherche à cacher quelque chose de très, très dérangeant.

Personne ne parle et ne parlera. Devant un tel mutisme, l’enquête piétine et les soupçons sont sur tous…car Tobias aurait très bien pu être victime d’une erreur judiciaire ?

 

 

Une multitude de personnages que le lecteur a intérêt à bien identifier dès le début s’il ne veut pas être vite empêtré dans un imbroglio inextricable.

 

Chose ardue tant les noms germaniques ne facilitent pas la tâche…Heureusement, la minutie de l’auteur fait que chacun de ses personnages est décrit scrupuleusement !

 

La fin du livre se fait au triple galop avec moult rebondissements, pas toujours plausibles mais on n’a pas vraiment le temps de s’arrêter à ces détails tant l’enquête avance à grande vitesse !

 

Un polar classique avec cependant suffisamment de suspens pour que l’on ne lâche pas le fil jusqu’à la découverte de la vérité…pas vraiment surprenante…finalement.

Avis mitigé…Un bon polar, c’est tout !

 

Lu pour le compte dugrand prix des lectrices de ELLE

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Quichottine 25/05/2013 21:55


Ta façon de le décrire m'a rappelé un livre que j'avais lu avec un stylo à la main.


Il était impossible de tout retenir des personnages et je notais au fur et à mesure ce qu'il advenait de l'un ou de l'autre...


Bon, c'était du Vargas Llosa en V.O... autant te dire que je me souviens de son livre qui m'a donné bien du fil à retordre. ;)


 


Je n'aime pas les romans policiers. :)

Nickyza 26/05/2013 00:28



Le policier "pur, classique"...je ne cours pas après non plus !  En revanche j'adore
me plonger dans un bon thriller psychologique (rien à voir !) que je ne peux ni ne veux lâcher !!



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre