Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:52

 

 

 

 

    Au lieu-dit Noir-Etang

 

 

 

Une histoire superbe qui se déroule en 1926 et où se mêlent l’amour, la liberté et l’enfance. Dans les brumes de Chattam, petite ville côtière de Nouvelle Angleterre, l’arrivée d’une jeune professeur d’arts plastiques va troubler la vie tranquille des habitants et mettre à mal leur ultra moralisme.

Mlle Channing fascine Henry, le jeune fils du directeur de l'école de garçons.

Henry assiste à la naissance d'une passion entre la jeune femme et M. Reed, un professeur de lettres marié et père de famille, qui habite de l'autre côté de l'étang...

Une relation adultère qui va virer au tragique…

Une cinquantaine d’années plus tard, Henry se souvient et raconte.

Dès le début, on sent que l’on va assister à un drame. Mais où est donc la vérité ?

 

Amour dévasté, falaises battues par les vents et les vagues, brumes et eaux vertes de l’étang…tout nous amène doucement vers la tragédie.

Le mal, la morale, la folie,  le portrait d’une époque étouffante…l’ambiance oppressante fait penser à la littérature du XIXème siècle.

Ecriture élégante ; de jolies descriptions.

Roman policier, roman psychologique, l'auteur signe là un suspense envoûtant.

 

Lu dans le cadre du :grand prix des lectrices de ELLE

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Lorraine 26/09/2012 11:48


Ta façon de présenter le livre donne une irrésistible envie de le lire à notre tour. On sent palpiter les êtres dans tes mots, on devine la naissance d'un drame, nus sommes déjà dans le
suspense...Merci!

Nickyza 28/09/2012 02:08



Un livre très sympa en effet, où plane une ambiance étrange.


Bonne nuit Lorraine



Quichottine 25/09/2012 19:01


Je ne l'ai pas lu...


J'aime quand tu dis "où est la vérité ?"... Existe-t-elle ?


Passe une douce soirée... et bone continuation dans tes lectures. Bisous.

Nickyza 28/09/2012 02:07



Tu lis déjà tellement,Quichottine ! mais on ne peut pas tout lire...


La vérité ? Tout un débat ! Difficile à trouver quand il y a différents "sons de cloches"...


Sourires et bisous


 



midolu 25/09/2012 13:38


Je l'ai lu il y a plusieurs mois (emprunté en médiathèque). 


Autant le style, le thème m'ont plu, autant j'ai été relativement déçue par une fin trop prévisible, mais surtout pas assez développée. De ce que je me souviens. Comme si l'auteur avait presque
tout donné dans le développement du cours de l'histoire et se débarrassait de la fin ... J'ai ressenti " l'essoufflement " de l'écriture et, par là, de l'intrigue.


Néanmoins, ce fut une intéressante plongée dans un roman original qui offre une peinture " sociale ", au delà d'une énigme qui, à mon avis, aurait mérité plus de constance dans sa narration.


À bientôt, Nickyza. Je viens de lire un des romans de ta liste, dont tu n'as pas encore parlé ici ...  


Bises 

Nickyza 28/09/2012 02:00



Ton point de vue qui fait écho au mien est très intéressant, Midolu, pour celles et ceux qui nous lisent !


J'ai été un peu envoûtée par cette ambiance très "british" de la vieille Angleterre; cette petite ville côtière et ses vagues et ses vents et ses falaises...et
les eaux troubles de l'étang !


Hâte de croiser nos impressions sur le livre de ma liste que tu as lu et dont je n'ai pas encore parlé !


Bonne nuit Midolu 



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre