Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 01:19






Un reflet dans une larme

Le lagon par le hublot

Le caillou aux tons de parme

Des adieux dans des sanglots

 

L’avion survole ton île

Et m’éloigne bien trop de toi

La distance entre nous file

Tu me files entre les doigts

 

Les jours ont passé trop vite

Emplis de petits délices

Je te laisse, toi mon fils

Dans cette île qui t’abrite

 

Le lagon empli de larmes

Un reflet sur le hublot

Sanglot.



Ce texte a été écrit pour le jeu en écriture de Marc de Metz qui nous propose l'image ci-dessus pour inspiration.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai tout de suite vu une larme dans cette bulle irisée...et plus loin, comme par le hublot d'un avion, le lagon de Nouvelle Calédonie...
Je me suis souvenu de mes larmes dans l'avion du retour, chaque fois que je vais rendre visite à mon Sébastien dans son île paradisiaque et que je le laisse pour rejoindre la métropole.... 
Je hais les adieux!







Partager cet article

Repost 0

commentaires

Oxygene 09/06/2009 11:46

You are too much gentille, you !!!

Cristal 06/06/2009 13:56

Je recommenceDébut de commentaire envolé !!! pfittttttttttttCoucou ma NickyCertaines images nous parlent, d'autres pas....et la plume commence à parcourir au gré de notre réceptioncomme je te comprends, cela doit être difficile de passer cette dernière porte à l'aéroport... cacher ses larmes jusqu'à cet instant ultimejt'embrasse ma p'tite voisineTu viens voir le défilé ce we, mais grrrrrrrrr le tempsgros gros bisous et bon we à toi, ainsi qu'à Georges !!! what else, riresssssssss

Nickyza 09/06/2009 00:03


Oui, c'est un mauvais moment à passer, les adieux...puis on s'y fait, faut bien!

Loupé le défilé ce week end: réunion de famille chez moi ! Le temps de Dimanche n'a pas été si mauvais finalement...? mais le défilé a tout de même été écourté, paraît-il, à cause du temps?
Bon l'important c'est que Jeanne d'Arc ait pu défiler à cheval: même pas peur de la pluie, la Jeanne!!
Et le "Charles" qui la suivait à cheval...j'espère que tu avais reconnu mon Georges, non??!! Je l'avais envoyé au défilé pour l'occuper et lui faire oublier ses soucoupes!!!

A lot of kisses for you, my Cristal :-)))


Oxygene 05/06/2009 23:54

Thank you for the kiss ! I take ! Hi, hi, hi....

Nickyza 08/06/2009 23:10


Yes, take it: I give it to you with all my heart!!!


fanfan 05/06/2009 22:46

j'aime beaucoup ton poème très tendre et rempli d'émotion ; les adieux c'est toujous dur!!moi je n'ai pas été très inspirée!!bonne soirée

Nickyza 05/06/2009 23:33


C'est le problème de l'inspiration sur une image...ou tu flasches de suite ou bien l'image ne te parle pas et tu ne trouves aucune inspiration...
Mais toi, tu trouves bien d'autres inspirations!!!
Merci d'être encore là, Fanfan :-))


Azalais 05/06/2009 20:00

je n'avais pas vu le nouveau jeu de Marc, merci à toi! il y a des gens avec lesquels j'aiment bien jouer!c'est tout à fait ça unepaysage vu à travers un hublot et plein de nostalgie pour toi, je te comprends!bises

Nickyza 05/06/2009 23:25


Oui, c'est ce que j'y ai vu moi...mais toi, tu y verras sûrement autre chose, si tu participes :-)
Cette image envoyée par Marc m'a tout de suite parlé:-)
Je t'embrasse Azalaïs :-))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre