Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 16:04





 

J’avais une grande faim de vacances aussi en ai-je profité un maximum !

Mais ne dit-on pas que toutes les bonnes choses ont une fin ?...

Lecture au soleil, écriture (un peu !), grandes balades sur la plage les pieds nus, petits tours en vélo, shopping…au gré du temps, sans regarder l’heure…

Apéros entre amis : quelques verres de vin blanc accompagnés de crevettes grises, de bulots, de bigorneaux et de gros fou-rires.

Dîners de poissons achetés sur le marché ô combien fréquenté lors de ces longs weekends à rallonges.

Un air de vacances, quoi ! Un avant-goût de l’été ; l’été avant l’heure car le soleil était de la partie !

 

La marchande de glaces avait même déjà installé son camion sur la digue et les enfants avaient ressorti les seaux et les pelles. Quelques fous furieux allaient chercher la mer,- qui se carapatait très loin-, pour y plonger allègrement sans même frissonner, alors que l’eau tremblait de froid !

 

J’ai parlé aux mouettes : à celles qui miaulaient, à celles qui ricanaient très fort en voyant toute cette agitation. J’ai pris le temps de parler aux merles aussi, ceux qui fréquentent mon chèvrefeuille fou et qui viennent chiper les miettes du petit déjeuner.

 

J’ai beaucoup cuisiné aussi, dressé beaucoup de couverts, changé beaucoup de draps…car les maisons de famille au bord de la mer s’emplissent toujours d’animation aux beaux jours. Il y a ceux qui arrivent quand les autres repartent ; on se croise et s’entrecroise et les murs résonnent de bruits et de rires joyeux.

 

Mais tout a une fin, hélas !

J’ai refermé les volets blancs de la maison bleue, et avant de partir je l’ai rassurée en lui promettant de revenir très vite, même pour un court weekend.

Elle a retrouvé son calme et s’est pelotonnée pour trouver le sommeil.

Et moi, par la lunette arrière, je l’ai regardée s’éloigner avec une pointe de regret…le temps passe toujours trop vite, même quand les vacances servent à le ralentir…

Je rentre gonflée d’air iodé et le bout du nez brûlé par le soleil, prête à affronter le quotidien…

 

A ma grande joie, mon chat m’accueille dans mon autre maison, ainsi que… la pile de courrier  qui s’est amoncelée pendant mon absence et ma déclaration d’impôts qui pavoise au-dessus et me nargue !

Cette autre maison a vécu quelques petits chamboulements en mon absence : les enfants ont sûrement cru qu’elle allait s’ennuyer toute seule sans moi et se sont chargés de lui tenir compagnie avec de nombreux amis  le weekend…Quelques petits rangements s’imposent donc…ainsi que ménage, vidages des sacs de voyage, lessives, toilette du jardin, remplissage du frigo, rendez-vous…bref, le train-train !

 

C’est fou ce que le quotidien peut vous rattraper vite quand vous rentrez de vacances : pire que la mer qui monte à la vitesse d’un cheval au galop !

Sur le macadam de ma petite ville, quand j’irai faire mes courses demain, je fermerai les yeux en tentant de retrouver la divine sensation de marcher pieds nus sur le sable fin et les coquillages…

Vous croyez que je vais entendre le bruit de la mer et des mouettes ?

 

Merci à vous d’être passés dans ma caverne, même en mon absence J !

Grâce à vous, ni mon chat, ni mes fleurs n’ont péri de soif !!






Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Tranches de vie
commenter cet article

commentaires

Lmvie 14/05/2009 23:39

Oui ferme les yeux...tout est là encore présent en ton coeur et en ton âme...

Bisous

Nickyza 16/05/2009 00:37


Mmmmm j'ai fermé les yeux mais...j'ai pô entendu la mer en centre-ville...pas de mouettes non plus!

Bon week end ma Lmvie et plein de bises!


Le+Bigorneau+:+ 14/05/2009 20:27

hihi... c'est tout à fait ça, sauf que nous on était en camping car... et il ne faisait pas chaud dans les Côtes d'Armor... Mais depuis que l'on est rentré on a encore les marées... sur la terrasse en raison des orages... tout à l'heure elle était haute... hihi...
en tout cas ça fait du bien...mais alors depuis qu'on est là je recommence à courrir...bisous....

Nickyza 16/05/2009 00:35


Hé oui, Bigornette, les vacances sont terminées...c'est pour ça que l'on recommence à courir! On a remis nos montres...
Bon week end et tout plein de bises :-))


Azalais 14/05/2009 20:25

c'est si difficile de rentrer! je comprends, moi je rêve de partir, de rompre les liens avec cette maison et ce jardin qui me pompent toute ma sève!
bises

Nickyza 16/05/2009 00:34


Partir est parfois nécessaire pour rompre avec la "routine"...mais ensuite on ne souhaite plus rentrer! Avec toutes les heures que tu offres à ton jardin, il doit être
magnifique!!
Bisous Aza et bon week end :-))


blanchesor 14/05/2009 09:58

Ahhh les saveurs nostalgiques des "parenthèses" qu'elles soient maritimes ou autre...Ces petits riens qui font un tout de bonheur sucré.
Ces friandises qui n'en finissent pas de "couler".. Ces films sur lesquels ne s'inscrira jamais le mot fin...Ce patchwork de sensations qui servira de couette quand le coeur frissonne..

Nickyza 14/05/2009 14:22


C'est joliment dit tout ça et c'est bien vu! Oui ces moments-là sont des ptits bonheurs...et ce qui est pris est pris!!
Bisous Blanchesor


Quichottine 14/05/2009 02:41

Tu ne dors pas ? Alors nous sommes au moins deux à voyager... ?

Gros bisous en passant, Nickyza. Merci pour tout.

Nickyza 14/05/2009 14:00


Oui, ça s'appelle "Le voyage au bout de la nuit"??? Pffff, on ne voit vraiment pas le temps passer lorsque l'on voyage ainsi sur le net...Pas bien raisonnable tout ça,
héhé!
Bisous en re-passant :-))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre