Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 02:34






 

 

Marc se pince pour être sûr de ne pas rêver ; il frissonne de peur ou de froid : il ne sait plus !

 A travers le rideau de pluie et le brouillard qui s’en mêle, il tente de scruter le visage de la femme. Une profonde tristesse semble noyer son regard quand elle se met à parler d’une voix rapide et grave :

 

— Empêchez-les de se noyer…les petites filles…demain, elles vont venir faire du canoë avec l’école…Marine…Emilie…elles vont se retourner avec leur canoë…elles vont être emportées par le courant…elles vont se noyer si vous n’intervenez pas !

Ô je vous en supplie…empêchez ça ! 

 

Elle se tord les mains en disant ces mots. Les pans de sa longue cape noire sont battus par le vent ; des mèches de cheveux mouillés collent à son visage.

 

    Mais qui êtes-vous ? Que v… 

 

Marc n’a pas le temps de terminer sa phrase que, sous ses yeux écarquillés de stupeur, la silhouette disparaît brusquement, comme aspirée par le vent de plus en plus violent.

 

— Bon sang ! Cette fois, je n’ai pas rêvé ! Elle était bien là, devant moi…elle m’a parlé…elle m’a dit des choses terrifiantes sur les filles…je n’ai pas inventé tout ça quand même…ou alors je suis en train de délirer ! 

 

Juliette entre dans la chambre dont les rideaux sont tirés.

Elle s’approche doucement du lit où son mari est étendu et lui passe la main sur le front.

 

— Tu as encore de la fièvre, mon chéri ! Repose-toi encore un peu, cette mauvaise grippe va bien finir par passer. 

 

Marc, affolé, se redresse sur ses oreillers, les yeux hagards.

 

    Les filles…Emilie et Marine…où sont-elles ?!! Elles sont en danger !!! Il faut faire quelque chose !! Appelle les secours !!!!! Elles sont en train de se noyer !!!

 

Il rejette les couvertures et s’apprête à sauter du lit comme un fou, quand Juliette l’en empêche.

 

— Les filles, mais elles vont bien les filles ! Elles sont attablées dans la cuisine, devant un bon chocolat chaud. Elles sont en train de se réchauffer après un bain forcé dans le canal ! Figure-toi que cet après-midi, elles avaient un cours de canoë avec l’école et elles ont chaviré. Heureusement, une jeune femme, qui passait par là, les a récupérées. Elle leur a lancé sa  cape dont elle s’est dévêtue ; les enfants se sont agrippées aux larges pans et elle les a tirées sur la berge. Tu te rends compte si cette femme n’avait pas été là…Nous avons frôlé le drame ! Depuis, Marine n’arrête pas de dire que cette femme ressemblait à sa maman. La pauvre petite…Elle a vraiment été marquée par la mort de sa mère…

Allez, repose-toi ! Tout va bien ! Il y a eu plus de peur que de mal !

 

Elle pose ses lèvres sur le front de son mari.

Marc ferme les yeux et replonge dans un sommeil profond.

 

Au loin, dans la vallée, la lune pleine fait son apparition et caresse de ses rayons pâles les eaux calmes du canal.


Happy end!


Joyeuses fêtes de Pâques à tous !!!



Je veux bien être une cloche...une fois l'an...et je prendrai mon rôle très au sérieux!!
Je promets de...ne pas me goinfrer,
Je promets d'en laisser aux petits enfants,
Je le juuuuuuure !









Partager cet article

Repost 0

commentaires

Azalaïs 16/04/2009 09:24

cette fameuse dame blanche , je me demande bien quelle en est l'origine! ça passionne ma petite fille. Une belle histoire à lire le soir au coin du feu quand le brouillard entoure la maison.
bises

Nickyza 19/04/2009 13:44


Chaque région a sa Dame blanche...et ses histoires mystérieuses!
Bon Dimanche Azalaïs :-)


Tabellarius 13/04/2009 22:55

T'chao Nicky
Pour mieux apprécier j'avions fait un copié collé pour tout lire...
Je t'en dirais des news plus tard...
Bisous

Nickyza 15/04/2009 15:39


Ya intérêt, l'Tab! Faut bien que les copié-collé servent à quelque chose!


Oxygène 11/04/2009 18:43

Quel plaisir de lire ce Happy end, mais n'empêche que j'ai eu des frissons tout au long de cette lecture ! Bravo et un grand merci à toi Nickyza ! Quand nous régales-tu d'une autre histoire ?
A part ça, je me permets de te donner un conseil d'@mie : ne jure pas que tu ne vas pas céder à la tentation, des chocolats (par exemple)... Ces promesses sont trop dures à tenir... Ne te fais pas tant de mal.... Je compatis... ;-)))
Bisous et joyeuses Pâques Nickyza !

Nickyza 13/04/2009 14:16


Je suis contente que mon histoire t'ait fait frissonner...c'est que je n'ai pas trop loupé mon coup alors...chic!

Et ben si, Oxygène...j'ai succombé à l'appel du chocolat (je le savais très bien, héhé!!) mais j'ai été "relativement" ...raisonnable! Hum...passons !

Bon Lundi de Pâques!!!! Moi je retourne dans le jardin voir si les cloches sont repassées!!!


Plume 11/04/2009 09:42

Superbe fin ! j'adore ton histoire !!! merci

Nickyza 13/04/2009 13:31


Merci Plume, je suis contente que ma petite nouvelle t'ait plue :-))
Sourires et bisous.


Quichottine :0010: 11/04/2009 08:52

J'ai retardé la lecture de la fin... Ne me dis pas que c'est pas bien d'avoir peur !!!

J'avais peur c'est vrai, mais j'aurais dû me douter que tu trouverais le moyen de nous donner un "happy end".

Merci.

Tu sais, c'est une histoire merveilleuse, j'ai adoré !

Du coup, me voilà rassurée, je te souhaite un très beau weekend de Pâques, et pas trop de chocolat, juste ce qu'il faut pour être bien :-)

Nickyza 13/04/2009 13:29



Oula, tu sais, avec moi on peut s'attendre à tout, côté "fin de l'histoire"!!! Mes histoires ne se terminent pas toujours bien...à savoir, héhé! Donc, tu as bien
fait de "redouter" la fin!!


Heureusement que j'ai décidé d'un "happy end"...je m'en serais voulu de te gâcher ton week end de Pâques, Quichottine :-)))



Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre