Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 00:59







Cette silhouette qui court sur le chemin de halage, pas de doute, il l’a déjà vue quelque part…Il ne sait plus qui elle est, ni où il l’a déjà rencontrée, mais une chose est sûre, cette silhouette lui est familière !

C’est celle d’une femme qui vole plus qu’elle ne court. Ses pieds semblent ne pas toucher le sol humide et boueux.

Une toison de boucles blondes tombe en cascades sur des épaules frêles que recouvre entièrement une longue cape noire.

Marc la suit du regard dans sa course légère. Le brouillard est tombé, épais, sur le canal aux eaux sombres qui les sépare.

La silhouette s’arrête soudain, se retourne et le fixe longuement, avant de reprendre sa course et de s’enfoncer dans la forêt.

Marc était trop loin pour avoir pu discerner les traits du visage, mais la silhouette floue qui se profilait était la même qui s’était déjà promenée la veille le long du canal.


Il est troublé par cette apparition qui tient plus du surnaturel que d’une rencontre réelle et comme il ne croit pas aux fantômes, il secoue la tête, remonte le col de son anorak et siffle son chien.

 

Il est tard déjà ; la nuit commence à tomber. Au détour du chemin, il aperçoit la maison qui se détache sur le ciel sombre. Les lampes sont allumées dans le salon : on l’attend.

Sa fille Emilie, petit bout de femme de 10 ans, chahute avec Marine, sa copine de toujours. Les deux gamines se lancent à la tête les coussins du canapé sur lequel elles se sont vautrées devant la télé.

 

— Hé, les filles, c’est fini ce chahut ?! Vous avez fini vos devoirs ? Il est 18 heures ! Il est temps que je te raccompagne chez toi, Marine ! Réunis tes affaires pendant que je sors la voiture du garage. 


— Papa, je peux venir aussi ? Maman veut bien que je raccompagne Marine avec toi. Je sais ma récitation par cœur ! 


Marc interroge sa femme du regard et opine du chef.


— Ok, mais dépêchez-vous, toutes les deux, sinon ton père va s’inquiéter, Marine !

 

Les filles sont encore excitées et chantent à tue-tête à l’arrière de la voiture, surtout Emilie.

Marine, par moments se tait.
Marc aperçoit dans le rétroviseur comme une ombre qui passe dans son regard ; elle porte ses yeux loin sur le paysage qui défile par la fenêtre. Elle semble à mille lieux de là, dans son monde à elle et à ce moment-là, plus rien ni personne ne semble exister autour d’elle.
Puis soudain, elle semble se réveiller d’un lourd cauchemar. Elle se frotte les yeux comme pour en décoller les images noires qui se sont fixées sur sa rétine. Puis, elle reprend ses jeux comme si de rien n’était, là où elle les avait laissés. Comme une enfant insouciante, elle se remet à rire.


Pourtant la vie lui avait volé son innocence, et à l’âge où toutes les petites filles débordent d’insouciance et de joies futiles, Marine, elle, jetait souvent  sur les choses un regard sérieux et empreint de tristesse souvent mal contenue.

 

     Pauvre petite…Elle aborde la vie avec un terrible handicap… pense Marc en l’observant discrètement.

(A suivre...demain!)



Coucou, les ami(es)! 
Toujours pas beaucoup plus présente sur mon blog, ni sur les vôtres...mais cela ne m'empêche pas de penser à vous!
En plus du quotidien "sur les chapeaux de roues", j'avoue que j'utilise mes rares moments de loisirs à écrire la suite de mon roman... J'ai décidé d'avancer...une bonne fois pour toutes! Je n'aime pas les choses qui traînent...et j'aimerais bien finir par y mettre un point final! Alors, je suis dans un autre monde, plongée dans le Moyen âge...

Cette semaine, j'ai choisi de vous offrir à lire l'une de mes nouvelles! Pour qu'elle ne vous semble pas trop longue, je l'ai "découpée" en quatre épisodes. Je publierai un épisode par jour. Il faudra donc attendre le lendemain pour lire la suite, héhé!
J'espère que l'histoire va vous plaire :-)
Je vous embrasse! 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marail 09/04/2009 01:14

Ah ah!!! Hâte de lire alors! Tu écris un roman?? Tu as toute mon admiration, car je ne suis qu'un avorton d'écrivain!! bises

Nickyza 13/04/2009 14:53


Oui...un roman! Je suis folle, hein! Car va falloir que j'aille jusqu'au bout!! Et pas dit encore que j'aille au bout y mettre le point final!!! On verra bien...c'est
en tous cas, le but que je me suis fixé :-)
Bisous Marail !!!


Azalaïs 08/04/2009 11:39

tu nous mets l'eau à la bouche
à demain alors!
bises

Nickyza 08/04/2009 16:07


Bonjour Azalaïs!
Prête pour la suite de mon histoire?


Dominique 07/04/2009 18:19

C'est superbe Nickyza! Ce mot est trop souvent galvaudé, mais je peux t'assurer que je le pense sincèrement.

J'attends la suite avec impatience.

Bises

Dominique

Nickyza 08/04/2009 16:03


Ton com me va droit au coeur, Dominique, merci!
J'espère ne pas te décevoir pour la suite :-))
Bisous


Oxygène 07/04/2009 11:35

Non seulement elle me plaît Nickyza, mais je suis scotchée ! Tu écris merveilleusement bien. C'est déjà passionnant, j'adore ! Je suis impatiente de lire la suite. Quel début ! Tu as le chic pour mettre l'eau à la bouche...( le livre à la main....) je n'en suis que plus impatiente de découvrir bientôt ton roman. Vivement demain. Bisous !

Nickyza 08/04/2009 16:02


Merci Oxygène:-)) Tes compliments sont encourageants!
Gros bisous


Plume 07/04/2009 08:41

Tu veux que je te dise? ben ton extrait m'a envoutée... j'attends la suite avec impatience ! merci

Nickyza 08/04/2009 16:00


Coucou Plume :-))
La voilà la suite. J'espère que tu ne seras pas déçue!
Bisous


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre