Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 17:30







Je ne suis pas un emmerdeur. J’ai juste un caractère ! De la personnalité, quoi !

On me nomme « Chamallow », mais il ne faut pas trop vous y fier, je ne suis pas de la guimauve, même si je suis plutôt doux, je ne me laisse pas toujours faire et j’ai souvent le dernier mot !

Néanmoins, je passe plutôt pour un animal de compagnie sans histoires.

J’ai l’habitude que l’on me procure des caresses, quand je l’ai décidé et que j’en ai envie, et que l’on s’extasie sur mes beaux yeux verts.

Lorsque je vais vers les gens, on m’accueille toujours avec plaisir. Mes maîtres ne peuvent se passer de moi et j’ai une place de choix à la maison. Il faut bien dire que j’ai une conduite irréprochable, mise à part un peu d’irritabilité parfois.

Je passe mes journées à me promener dans les jardins environnants et j’apprécie tous les voisins qui me le rendent bien.

 

Sauf un seul, qui me reçoit à coups de balai et qui me voue une haine indescriptible.
Le voisin du jardin de droite.

 

Ma première intrusion timide, alors que j’étais très jeune encore, me valut des réflexions désobligeantes, voire insultantes.

« Ne touchez pas à « ça » les enfants, c’est sale et méchant et ça chaparde ! Si vous le caressez juste une fois, on ne pourra plus s’en débarrasser et il envahira la maison et nous apportera ses puces et ses microbes ! »

« ça », c’était moi…le sale méchant plein de puces ! Vexant comme accueil, non ? Surtout que les paroles furent accompagnées de courses- poursuites et de hurlements de guerre propres à effrayer même un lion.

Or je n’étais pas un lion agressif, juste un joli chaton noir qui rentra à la maison en tremblant de tous ses membres.

Même ma maîtresse qui avait tout entendu de l’algarade fut surprise, voire outrée par un tel comportement.

 

Je suis buté et lorsque j’ai un truc ancré dans la tête, rien ne me fera changer d’avis. Je suis donc retourné dans le jardin du mauvais coucheur.

On l’appelle comme ça à la maison ; c’est son nom.

Je voulais juste leur montrer que je n’étais pas la bête sauvage qu’ils croyaient, je voulais juste que l’on m’accepte comme un charmant compagnon de jeux.

Bravant l’interdiction formelle de son père, la petite fille m’a cajolé. Ce fut plus fort qu’elle devant mes travaux d’approche : je l’ai séduite !

Quand le mauvais coucheur a vu ça, il s’est mis à hurler, il s’est emparé de moi avec brutalité et il m’a jeté de toutes ses forces pardessus le mur mitoyen comme un vulgaire projectile. J’ai atterri dans mon jardin à moitié assommé.

 

Mes autres incartades se sont soldées par des coups de balai à en faire craquer mon pauvre dos. Le mauvais coucheur m’a même cassé une côte qui depuis pointe et effraye mes maîtres à chaque caresse. Ils se demandent comment cela a pu m’arriver…mais n’ayant pas la parole, je n’ai jamais pu leur expliquer…Cela dit, je sais que ma maîtresse n’est pas dupe…

 

J’ai attendu tout l’hiver pour me venger.


Aux premiers jours chauds du printemps, j’ai guetté les fenêtres ouvertes sur l’air doux.

Je me suis assuré que le mauvais coucheur et sa famille étaient sortis pour quelques courses et j’ai sauté sur le toit de leur véranda.

Puis je me suis introduit dans la maison par la fenêtre de l’une des chambres.

 

Sur le joli dessus de lit aux couleurs claires, j’ai déposé un loir à moitié dépecé que j’avais pris soin d’emporter juste pour eux après une chasse mémorable.

J’ai déterré la jolie plante verte du salon en prenant soin d’éparpiller la terre sur toute la moquette blanche.

J’ai emporté le poulet prêt à cuire, qui reposait dégoulinant de graisse dans un plat près du four, dans la baignoire où je l’ai dégusté en en suçant chaque os, laissant la charpie en décoration.

J’ai déroulé un rouleau de papier WC dans tous les escaliers : quelle franche rigolade !

Jai donné des coups de pattes bien griffues sur le canapé en cuir noir et sur les rideaux de soie blanche sur lesquels je me suis accroché pour faire un peu d’escalade.

J’ai joué avec la collection de petits verres en cristal que j’ai fait rebondir sur le carrelage de la cuisine.

J’ai éparpillé toutes les feuilles des dossiers bien rangés sur le bureau de Monsieur et renversé l’encrier d’un coup de queue.

Avant de partir,  j’ai fait caca sur le paillasson de l’entrée et secoué toutes mes puces.

 

Le mauvais coucheur pourra clamer dorénavant que je ne suis pas fréquentable !



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine+:0010: 16/04/2009 15:12

Juste un coucou... pour rien, comme ça, parce que je passais par là.

Nickyza 19/04/2009 13:46


...et t'en a profité pour aller donner une caresse à mon Chamallow! C'est gentil, ça! Merci Quichottine et reçois nos bisous:-))


Marianne 15/03/2009 18:01

Chat crée histoire !!!!

Nickyza 17/03/2009 19:05


Sympa, mon Chamallow hein! Enfin...faudrait demander à mon voisin... Rires!!
Merci d'être ici Marianne!


Muad' Dib 06/03/2009 05:51

Coucou Nickysa, merci pour ce superbe prtrait de félin délicieusement croqué.
Lae mauvais coucheur n'a eu que ce qu'il mérite finalement ...
Merci de ta visite dans la cour de récréation et de tes gentilles paroles.
Bises,

Nickyza 06/03/2009 17:29


Paroles sincères, Mouad...sinon je me serais éclipsée sans rien dire! Mais quand c'est beau, faut le dire!!
Bises à toi, l'artiste!


angel 04/03/2009 19:40

on nes'ennuie pas avec unchat comme ça!il me rappelle ma minette...
impossible de récupérer mon blog!
donc,voici le lien du nouveau...
http://marie.francon0500-orange.fr.over-blog.com/

Bisous, et...bonne soirée

Nickyza 06/03/2009 17:27


Han, quelle histoire ce blog qui disparaît...ça fait peur, surtout s'il faut tout recommencer...
J'espère que ce n'est pas une blague de mon Chamallow...
Bisous Angel :-))


Charlie 04/03/2009 13:39

J'm'en vais te dire Chamallow mon pote, t'es chacrément chafouin..
Et j'trouve qu'c'est une super qualité, j'rajout'rai qu'les humains qui sont avares d'amour méritent pas qu'on leur tendent l'ombre d'une moustache.
Charlie la chaperlipopette !!

Nickyza 06/03/2009 17:25


" Bon, toi la Charliechaperlipopette, t'as le droit à une caresse de mes moustaches! C'est ma maîtresse qui l'a dit!"


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre