Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 03:33



                                                    *


Le soleil est chaud en cette fin d’après-midi de printemps. Le petit parc ombragé renaît et bruit au sortir de l’hiver.
Les allées retentissent de cris d’enfants qui courent et jouent.
Les canards s’ébattent dans leur mare et attirent les bambins qui tentent d’échapper à la surveillance de leurs mères.
Celles-ci, tout en gardant un œil vigilant sur leur progéniture, bavardent entre elles, discutant de la  varicelle du petit dernier, du prix du beurre qui a encore augmenté.
Elles sortent les goûters soigneusement emballés dans le papier d’alu, elles grondent, elles appellent, elles soufflent sur les bobos, elles essuient les becs dégoulinants de chocolat, elles s’esclaffent…

Le petit parc frémit d’animation joyeuse !

Au milieu des arbres, près de la fontaine, une vieille dame est assise sur le vieux banc de bois tout moussu.
Elle a pris soin de déplier un grand mouchoir blanc qu’elle a consciencieusement étalé sur le banc pour ne point salir sa jupe claire, puis elle s’est assise.
Les vieilles dames sont toujours méticuleuses et toujours prévoyantes. Elles ont horreur des tâches, et inspectent toujours l’endroit où elles vont s’asseoir, surtout lorsqu’il s’agit de bancs publics.
Les gens ne respectent rien. Ils posent leurs chaussures crottées sur les sièges et en salissent le bois. Ils se fichent du promeneur qui viendra s’asseoir là.
 
La vieille dame est donc installée depuis un petit moment déjà.
Elle regarde à droite, à gauche…Elle scrute les enfants qui sont en train de jouer, elle écoute les observations de leurs mères.
Sur ses lèvres, flotte un sourire vague.
De temps en temps, elle marmonne entre ses dents, secoue la tête d’un air distrait.

Machinalement, toutes les secondes, elle arrange une mèche de ses cheveux qu’elle coince dans son petit chignon strict. Elle caresse le camée qu’elle porte en broche sur le col de sa veste et dénoue un peu son foulard.
Elle lève la tête et regarde le soleil qui joue dans les branches. Elle est bien, là… Elle respire à pleins poumons l’air si doux, elle profite de l’animation…ça la change des mornes journées d’hiver qui la forcent à rester enfermée chez elle …
Dans quelques minutes, elle se poussera sur le banc, là un peu vers la gauche, car elle jugera qu’elle est trop au soleil…c’est pas bon le soleil pour la peau…

Elle observe deux enfants en train de se chamailler. Elle regarde sa montre, jette un regard alentour, et lève la tête vers le ciel.
Elle semble attendre quelqu’un ou quelque chose…Elle s’impatiente.

A ses pieds, un sac Monoprix est avachi. Par moment, elle s’assure de sa présence en le touchant du bout des doigts…puis elle reprend son observation, à droite, à gauche.

Elle regarde à nouveau sa montre, puis se penche sur le sac en plastique qu’elle a gardé à ses pieds. Elle le saisit et le pose sur ses genoux .Elle l’ouvre et en sort quelques quignons de pains qu’elle effrite doucement entre ses doigts et qu’elle disperse autour d’elle.

Aussitôt et en un temps plus court qu’il ne faut pour le dire, une nuée de pigeons s’est abattue sur la vieille dame.
Les volatiles se goinfrent du pain offert.
La vieille dame veille à ce que chacun ait sa part, repoussant les trop gourmands, donnant la béquée aux plus timorés, appelant l’un ou l’autre par son petit nom…c’est qu’elle les connaît bien ses petits protégés !
Tous les jours, à la même heure, elle a rendez-vous avec eux.
La distribution faite, elle les regarde avec un sourire de satisfaction sur les lèvres.
Tous les enfants du parc se sont précipités près de la fontaine pour assister au spectacle.
Leurs cris n’effraient nullement les oiseaux qui continuent leur festin.
Autour d’elle, la vieille dame a une nuée d’enfants et une nuée de pigeons. Elle est au centre de l’événement…Tournez, manèges ! Elle en a le tournis, mais elle est heureuse de tant d’agitation.
Elle répond aux questions, hoche la tête, et sourit aux rires des enfants.

Dans quelques instants, tout ce beau petit monde se sera envolé, enfants et pigeons car le temps va commencer à fraîchir, il faudra songer à rentrer…aussi profite-t-elle du moment… C’est le meilleur instant de sa journée, celui qu’elle attend chaque jour.
Demain, et tous les jours jusqu’aux premiers frimas de l’hiver, elle sera là, au même endroit et à la même heure.

Ce matin, en prenant son chicorée-café, elle lit les gros titres du journal local. L’un d’eux attire son attention.

« La prolifération des pigeons dans la ville de X a entraîné une série d'actions menées par les services municipaux et des intervenants extérieurs afin de limiter les nuisances causées par ce volatile. Parmi ces actions visant à éliminer les oiseaux, la capture par pièges a été retenue et débutera dès aujourd’hui. »

La vieille dame tourne son regard vers la fenêtre et soupire. Dehors, il pleut.

Elle brandit son parapluie, la meilleure des armes de défense aujourd’hui, et se dirige à grands pas décidés vers le petit jardin public!



* Toile de Jean-Louis Frivel



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine :0010: 02/03/2009 18:07

Sourire... Merci, Nickyza !

Nickyza 02/03/2009 18:30


ça y est, tu es rassurée?? En fait ma vieille dame à moi a réussi à faire fuir les exterminateurs de pigeons!! Et chaque jour elle continue à se rendre à ses
rendez-vous dans le petit jardin public!
Si, si c'est vrai! Allez sèche tes larmes, Quichottine, si je te le dis!! :-))


Charlie 02/03/2009 08:20

Une peinture en émotion, une image pleine de sensations..
Ce moment unique pour cette vieille dame qui y trouve de la joie est émouvant, certaines choses restent incompréhensibles aux yeux de certains observateurs qui ne verront là qu'un spectacle affligeant..
Merci Nickyza pour cette belle histoire.
Belle journée à toi.

Nickyza 02/03/2009 18:26


Oui, elle est charmante ma vieille dame hein! Et elle ne demande pas grand chose pour être heureuse...C'est un vrai ptit bonheur pour elle que le rendez-vous avec ses
pigeons...
Bises à toi Charlie :-))


Nettoue 27/02/2009 15:58

J'ai adoré cet écrit, et détesté le chagrin, que cette info cause à la chère vieille dame... Merci, de ce moment un peu hors du temps ma Nickyza
Je t'embrasse
Nettoue

Nickyza 02/03/2009 18:20


Oui, la pauvre vieille dame voit s'échapper ses instants de bonheur...mais je pense qu'elle ne se laissera pas faire: elle a son parapluie avec elle!!!
Gros bisous Nettoue :-))


Azalaïs 27/02/2009 09:11

un beau moment de paix tranquille et peuplé de quotidien, mais le quotidien est si beau quand on sait le regarder comme toi, j'aime regarder les gens moi aussi, c'est une leçon de vie
bises

Nickyza 02/03/2009 18:12


J'aime observer, c'est vrai...Tu me mets à la terrasse d'un café et je t'en tire un roman!! J'ai toujours fait rigoler famille et amis en inventant des vies aux gens
qui passent! Rires!!
Gros bisous Azalaïs


Oxygène 26/02/2009 23:35

C'est une bien jolie tranche de vie que tu nous invites à observer aujourd'hui Nickyza. Une tranche de vie un peu triste aussi car que deviendra la vieille dame lorsqu'elle n'aura plus ce rendez-vous ? Comme elle sera triste... Elle est tellement pathétique cette petite dame qui va lutter (avec son parapluie ?) contre ceux qui veulent la priver de ce petit bonheur.
D'un autre côté, il faut reconnaître que les pigeons font beaucoup de dégâts dans les villes...
Qu'il est difficile de faire plaisir à tout le monde...
Bises à toi et bonne nuit Nickyza !

Nickyza 02/03/2009 18:09


Oui, un instant pathétique pour cette vieille dame qui voit l'un de ses ptits bonheurs s'envoler...
Gros bisous Oxygène :-))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre