Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 15:30



 

Aujourd’hui, c’est l’effervescence au village ; aujourd’hui, c’est fête !

Babatoundé, le chef, va fêter son anniversaire.
Il a à peu près soixante dix années d’âge, ce qui fait de lui un grand ancêtre, et un ancêtre, ça se respecte et on se doit de lui rendre la vie douce jusqu’à sa mort.
On doit gâter ses ancêtres parce qu’ils ont longuement vécu.

Mamadou et Lassissi ont préparé une surprise pour la circonstance, mais ils n’ont rien voulu dire à personne, sinon, ce ne serait plus une surprise, qu’ils ont dit.
Ils ont rajouté qu’on n’en croirait pas nos yeux et nos oreilles et qu’on allait voir du jamais vu. Ils ont dit que même le grand fleuve Niger, il allait en avoir ses eaux toutes agitées, alors vous pensez bien qu’on a l’excitation qui ne nous fait plus tenir en place !

On court, on bondit partout, si bien que Mama Awa, elle nous a attrapés et elle nous a dit d’un air sévère que si l’on continuait comme ça à être aussi agités que les feuilles du grand fromager dans le vent violent de l’harmattan, et bien elle nous enfermerait dans la case et on n’aurait plus que nos yeux pour pleurer la belle surprise envolée.
Alors on a fait oui de la tête pour bien lui signifier qu’on avait compris et on est partis jouer un peu plus loin avec nos pneus qu’on a lancés sur la piste rouge de latérite.


Le pneu d’Amidou est bien plus rapide que le mien ; il dévale la pente sans jamais s’écarter de la piste.


« Tout est dans le lancer de pneu ; ça s’apprend, mon vieux ! » qu’il dit Amidou, d’un air de “je sais tout”  et le fait est que son pneu arrive non seulement toujours le premier en bas mais le plus loin. Il gagne toujours Amidou ; c’est le plus fortiche de nous deux, mais un jour je gagnerai, et ce jour-là, Amidou il deviendra plus blanc qu’un toubab tellement la colère va l’envahir !

Il faut vous dire que je m’entraîne en cachette pour la grande course annuelle qui a lieu à Ikot-Ekpene, et que j’améliore de jour en jour mon lancer : le pneu garde sa route, bien droit, sans prendre la poudre d’escampette dans le bush, enfin… ça dépend des jours…
C’est pas évident de s’entraîner en cachette : il faut que ce soit en dehors des heures d’école, il faut qu’Amidou se soit absenté et il faut que ce soit en dehors de la circulation des taxi-brousse, car sinon ce serait trop dangereux.
Un pneu lancé à toute vitesse, ça pourrait provoquer un accident si un piéton ou un vélo, ou même un taxi-brousse venaient à passer par là. Heureusement, la circulation est très rare sur cette piste-là, et même si ce jeu est interdit, Amidou et moi, on ne peut s’empêcher de jouer quand les adultes vaquent à leurs occupations et ne s’occupent pas de nous.


Cet après-midi-là, on n’a pas joué longtemps au jeu du pneu. Il se passait beaucoup trop de choses importantes au village et on ne voulait pas rater quelque chose. On ouvrait grandes nos oreilles, à l’affût de chaque information qui nous permettrait de découvrir quelle serait la surprise promise.

Comme le son des tam-tams qui enfle de village en village, la rumeur allait bon train. Les langues se déliaient. Chacun détenait sa vérité. Untel avait rencontré Untel qui, de source sûre, lui avait tout dit sur la surprise. Il suffisait, l’air de rien, de laisser traîner une oreille et puis de faire le tri des nouvelles que l’on glanerait.


C’est du côté des femmes que l’on décidait d’aller écouter ce qui se disait, car les femmes, elles parlent beaucoup et souvent pas pour rien dire...



 Aujourd'hui, j'ai choisi de vous faire partager l'une de mes histoires africaines!
Je l'ai découpée en plusieurs  "petites" tranches pour que la longueur de ma nouvelle ne décourage pas certains d'entre vous...Vous verrez, cette histoire se lit vite et j'espère qu'elle vous aura plu et ...que vous serez allés jusqu'au bout! :-)

En la publiant ici, bien sûr j'ai pensé à Lmvie, africaine dans l'âme...comme moi , et je lui adresse ce petit clin d'oeil!

Bon, vous voulez savoir ce qui va se passer dans ce petit village en liesse? Vous voulez participer à l'anniversaire de Babatoundé et à la surprise? Vous voulez suivre les bêtises des gamins du village?
Moi je ne suis pas sûre que la fête aura finalement lieu...mais qui sait, hein?!

Vous voulez vraiment savoir? Alors c'est par ici, là en dessous! Suivez les flèches et descendez toujours!

Bonne lecture :-)

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lmvie 31/10/2008 23:25

C'est à partir de mon blog qu'il faudrait que tu votes et non sur le sien il n'y a pas le lien, je ne crois pas...
Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Baggins 30/10/2008 13:42

Un blog que je découvre et qui m'a l'air très sympa ...Amicalement

Nickyza 30/10/2008 17:01


Bienvenue en ma caverne et ravie de t'y avoir accueilli (e) :-))
A bientôt, sûrement, sur le chemin des mots!


Lmvie 30/10/2008 09:55

Oh que oui on la veut cette histoire........
Merci à toi pour ce "lien" mais l'Afrique nous a déjà "liées"
je t'embrsse

Nickyza 30/10/2008 16:54


Oui, Lmvie, nous avons l'Afrique en commun :-) et tout un état d'esprit que l'on trouve difficilement par ici...C'est autre chose!...


Violette la Dame mauve 30/10/2008 08:59

Une histoire intéressante mais il en ressort un respect pour les anciens, ce qui n'existe plus que très peu chez nous....Je vais lire la suite. Bises

Nickyza 30/10/2008 16:50


L'ancêtre, en Afrique, est chouchouté jusqu'au bout et plus que respecté! Il est vénéré!Inimaginable de s'en débarrasser en maison de retraite par exemple, comme chez
nous! Ce serait un crime!
L'ancêtre est la mémoire de la famille et son autorité croît avec l'âge!
Bonne fin de lecture Violette :-)


Anne Chaf 30/10/2008 03:32

Moi aussi j'ai suivi les flèches...jusqu'au bout! Bravo pour la chute que l'on ne soupçonne à aucun moment!! ...ce qui est la qualité primordiale d'une nouvelle réussie, bravo!
Belle écriture, on est transporté loin là bas en Afrique, grace aux détails croustillants et typiques!
A bientôt

Nickyza 30/10/2008 16:39


Merci :-)) Oui, dans une nouvelle, la chute est importante...on ne doit pas la deviner et l'on doit être surpris...Suis contente d'avoir réussi ce tour de magie, alors
:-)))))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre