Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:56



Mais un beau jour, la chance, elle finit toujours par s’envoler, laissant la place chaude à la catastrophe…c’est comme ça ! On dit que la chance tourne et tombe sur quelqu’un d’autre, et vice versa, la malchance s’abat à la place. Tout ça, Victor Saoulé le savait, mais il savait aussi que même si la chance abandonnait Madame N’Birma, rien ne disait qu’elle tomberait précisément sur le toit de sa bicoque à lui…

Dans le doute, il continuait à fréquenter Mamadou, le marabout du village, et à participer aux rites vaudous et un jour, qui sait, le mauvais sort rendrait visite à Madame N’Birma, alors il patientait en attendant son tour.

Mauvais sort ou pas, toujours est-il qu’un jour la patronne du “Rayon des bonheurs” perdit le sourire, et ce sont les larmes qui assombrirent ses yeux, des larmes qui n’arrêtaient pas de couler et qui n’échappèrent pas à Victor Saoulé.

Quelques jours plus tard, on enterrait la fille de Madame N’Birma, écrasée par un camion sur la piste qui reliait Niamey à Tahoua. Monsieur N’Birma, l’époux bien-aimé, fou de chagrin, se jeta sous un train quelques semaines plus tard, juste avant que ne s’écroulât, sous l’assaut d’une mauvaise tempête tropicale, le toit de la maison familiale. Epuisée par tant de malheurs survenus à la chaîne, Madame N’Birma tomba malade.

Comme les roulements du tam-tam, la rumeur enfla de village en village pour atteindre les fins fonds de la brousse. La terrible rumeur disait que s’il arrivait tant de malheurs soudains à Madame N’Birma, c’est que ses produits avaient perdu de leurs pouvoirs bénéfiques. Les produits stockés dans les rayons étaient non seulement périmés mais sûrement dangereux ! Ils donnaient désormais du malheur, il n’y avait qu’à regarder Madame N’Birma… donc il fallait surtout bien se garder de les acheter.

Les clients désertèrent la boutique du jour au lendemain, prenant même soin de faire un détour pour éviter que la malchance ne leur saute dessus par inadvertance, comme les puces sur un macaque.

Ce qui arrangea les affaires de Victor Saoulé qui sans se réjouir ouvertement des déboires de sa voisine, espérait néanmoins secrètement en récolter les fruits.

Les clients prirent l’habitude d’emprunter le trottoir d’en face, et par là même, passèrent devant le “ Supermarché plus gros que celui de Paris”.

Pour les attirer, le roi du négoce avait rajouté une pancarte qui indiquait désormais : « Les bonheurs d’en face sont arrivés ICI pour y rester toujours »

« Pour y rester toujours »… voilà qui était rassurant, et la foule investit la boutique !

Victor Saoulé, un large sourire aux lèvres,  respirait le bonheur …

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lmvie 23/10/2008 22:17

Que ces photos me sont familières !!!!!!!!
je t'emrasse

Nickyza 26/10/2008 01:33


Hihi, pas possiiiiible ??!!!! On s'y croirait encore là-bas, n'est-ce pas?


L'Innocente 19/10/2008 18:02

Parce qu'elle ne vendait que des bonheurs matériels?

Nickyza 20/10/2008 17:53


Oui sans doute, l'Innocente, et puis parce que comme le dit si bien Nettoue plus bas "rien n'est jamais acquis!"
Pas besoin d'acheter du bonheur...il se trouve parfois à nos pieds, prêt à être ramassé :-)
A bientôt :-)


Azalaïs 16/10/2008 23:56

une jolie fable très colorées sur la sottise des foules si prompte à changer d'avis en un rien de temps!
bonne soirée

Nickyza 20/10/2008 17:37


Oui exact, Azalaïs, il suffit d'un rien parfois pour faire basculer une opinion...
Comme on dit en Afrique: "C'est le dernier qui a parlé qui a raison dans ta maison" !
A bientôt Azalaïs :-)


Nettoue 16/10/2008 18:32

Elle est superbement racontée cette belle histoire.. Mais elle a une bien triste morale; en fait ... < Rien n'est jamais acquit >
Je veux aussi te dire que les photos sont belles, vivantes et ce petit exotique si appréciés chez-nous.
Amicalement Nettoue

Nickyza 20/10/2008 17:14


Eh oui, Nettoue, rien n'est jamais acquis et surtout la chance peut tourner du jour au lendemain...C'est triste mais c'est la vie!
A bientôt :-)


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre