Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 02:12


*

 

 

L’absence nourrit les jours, les mois et les années
Elle vacille telle la flamme d’une bougie allumée
L’absence se fait toujours présence
Au bord de nos mémoires étanches
Elle tisse des regrets au lit de nos blessures
Et vrille nos cœurs au bord de la fêlure
Elle se veut murmure chuintant et lancinant
Qui accompagne nos pas dans la ronde du temps
Telle une petite voix qui résonne dans la tête
Elle se fait présence et joue les troubles fêtes
C’est un léger parfum qui s’impose et entête
Aux détours des pensées pour que l’oubli s‘arrête
L’absence est toujours là en présence évanouie
Veillant farouchement aux souvenirs qui fuient
Même si le temps a englouti
Les flots de larmes de l’âme meurtrie
Même s’il a su cicatriser
Les plaies d’un cœur trop malmené
Le temps n’a pu combler le vide
Laissé par une absence perfide
L’absence est toujours là campée à nos côtés
Même si elle se fait douce au fil des années
Tressant des habitudes sans plus nous tourmenter
Elle accroche des sourires à nos pensées fanées
Mais l’absence toujours persiste
Comme l’air de cette chanson triste
Qui telle une rengaine résiste
Et ressurgit à l’improviste
L’absence que l’on garde intacte
Parmi les souvenirs en vrac
Flotte légère comme un esprit
Bien à l’abri loin de l’oubli
L’absence que l’on n’efface pas
L’absence qui tente de combler
Le vide d’une présence là-bas
Qui rit sous le ciel étoilé.


* Toile de Van Gogh

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

José-Carlos 08/10/2008 06:27

Présence absente...

Nickyza 08/10/2008 19:43


...Absence présente... Sourires à toi José-Carlos, ô visiteur encore inconnu! Je vais de ce pas découvrir ton blog!


Malou 07/10/2008 18:01

Merci pour tes mots si doux sur mon blog. Ton poème sur l'absence me touche beaucoup tant il est juste et délicat. Tu dépeins bien la présence de l'absent(e), forte puis en demi-teintes mais tellement là, encore et encore... bises salines. MAlou

Nickyza 07/10/2008 23:40



Je ne sais pas si mon poème sonne juste, mais ce que je sais, c'est que l'absence résonne en moi avec ces mots-là...
Je suis contente, Malou, que tu aies ressenti ce que je voulais dire :-)
J'espère que tu vas mieux et je te dis à bientôt



Noëlle 05/10/2008 23:57

l'absence qui reste au fond de soi,comme une cicatrice,malgré le temps-tu l'exprime si bien...

Nickyza 07/10/2008 01:19


Oui, la cicatrice qui au fil du temps fait moins mal, mais qui reste sensible...et toujours présente au fond de soi...
Merci d'avoir lu ce poème, Noëlle :-)


Marc de Metz 05/10/2008 16:03

Parfois, lorsque je trouve un commentaire comme le tien sur mon blog, je me sens assez en même temps démuni autant qu’heureux. Merci de ce que je trouve là dans tes mots. Je suis vraiment ravi que tu nous rejoignes dans ces mots qui sont notre expression, je la crois la plus authentique, puis que tu ailles à la rencontre d’autres Architectes d’intercoeurs. Beaucoup me sont précieux en amitié, d’autres moins présents vivent leur vie avec des mots à eux échangés avec beaucoup d’autres… Chacune et chacun occupe dans notre communauté la place qu’il s’y souhaite. Merci de la chaleur de tes mots et merci simplement d’être présente et aussi amicale.

Nickyza 07/10/2008 01:12


Jolie communauté que celle des Architectes d'Intercoeurs: on y respire l'amitié à plein nez!
Merci de m'y avoir accueillie aussi chaleureusement, Marc :-)


Lmvie 04/10/2008 22:53

Bienvenue parmi nous
Bien à toi

Nickyza 07/10/2008 01:09


Merci pour ton accueil, Lmvie, merci!


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre