Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 18:01


 

 

Dans notre monde actuel qui prône le « jeunisme », tout nous rappelle que vieillir est une insulte à la société.

Vieillir est un gros mot et on ne doit pas dire de gros mots.

Comme on ne dit plus « crème antirides » mais « crème anti-âge », ni « personnes âgées » mais « séniors ».

A partir de 45 ans, on n’est plus « apte » sur le marché du travail et à partir de 50 ans n’en parlons même plus ! Les chaînes de télé font du jeunisme à tour de bras, reléguant les présentateurs vedettes au placard parce qu’ils sont trop vieux et ternissent l’image de la télé d’aujourd’hui.

Les chirurgiens esthétiques n’ont jamais autant eu de « viande » sur la planche : on ne compte plus les femmes siliconées, refaites de la tête aux pieds. A la première ride, on court se faire lifter et on se fait lifter et re-lifter, jusqu’à ce que la peau soit tirée au maximum, jusqu’à ne plus pouvoir sourire. Il est de bon ton de paraître vingt ans de moins, quitte à s’habiller en jeunettes de quinze ans et à adopter le langage « djeun’s » des adolescentes d’aujourd’hui.

La société nous propose de nouvelles technologies, ce serait dommage de ne pas en profiter et de ne pas vivre dans l’air du temps. Effacer les stigmates du temps qui passe, même si l’on a encore 15 ans dans sa tête, je dis oui-pourquoi-pas, mais il y a un juste milieu…

Quelques rides autour des yeux, c’est charmant, non ?

Il arrive un moment où l’âge nous dépassera ; n’entretenons pas l’illusion de croire que l’on ne vieillit pas : la vie nous le rappellera un jour…C’est reculer pour mieux sauter comme dirait l’autre !

Vieillir devrait redevenir un joli mot…au goût du jour.

Vieillir, c’est continuer à grandir.

C’est prendre le temps d’écouter les murmures de la vie, c’est jeter un regard sage sur les années passées pour raconter aux jeunes générations le fruit de l’expérience et transmettre la mémoire pour que l’histoire ne s’éteigne pas…

Je pense à mon arrière-grand-mère qui ne cherchait pas à cacher son âge et qui était une charmante petite vieille au joli chignon blanc et aux rides si expressives. Elle sentait la vanille et ses châles étaient aussi doux que sa joue. Elle était le pilier de la famille ; elle rassurait et racontait si bien les histoires…

J’espère lui ressembler quand…je serai vieille.

Quand je serai vieille…oui…mais le plus tard possible, car il faut que je grandisse encore beaucoup !


 

Lorsque mes cheveux blonds seront devenus blancs

Et que j’irai m’asseoir sur le banc de bois blond


Quand nombres d’années m’auront rendue  très vieille

J’irai murmurer à l’ombre de la treille…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine :0010: 10/09/2008 22:46

Tu as grandi... Ta bibliothèque est magnifique.

Mais je crois que ce n'est pas le moment d'arrêter la soupe ;-)))

Nickyza 11/09/2008 01:18


Non, je n'arrêterai pas la soupe car j'ai encore besoin de grandir!!


Alain scrabbleur has been 06/08/2008 23:31

Bravo pour ton blog.
J'aime bien ce texte sur la vieillesse.
Je deteste la mode des liefting.

Quichottine :0010: 01/07/2008 23:18

Alors ne grandis pas trop vite... parce qu'il faut que tu aies le temps de ne pas oublier ces mots si doux !

Nickyza 03/07/2008 23:03


oui, je vais arrêter les soupes ! :-)))))


domi 01/07/2008 21:46

Je viens te souhaiter la bienvenue sur mon blog et te remercier de me permettre de découvrir ton blog; repasse quand tu veux amitié domi la sorcière d'arcance

Nickyza 03/07/2008 23:02


Bienvenue ici, petite sorcière :-)


orphea 01/07/2008 20:55

Je suis entièment d'accord avec ton propos! l'age n'est pas important en soi ,mais vouloir figer le temps est absurde.

Nickyza 03/07/2008 23:01


Chaque âge a ses plaisirs, sûrement...et de toute façon nous n'avons pas le choix :-))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre