Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 00:00




 

 

Ma vie, elle se passe là, dans ce bar-tabac moche à pleurer…

Une vie à mourir d’ennui…même que j’en suis toute flétrie !

Je suis ici, reléguée près de la fenêtre, si en retrait que vous ne me voyez même pas ! Je suis là, entre le flipper tintinnabulant et cette chaise de bistrot aussi poussiéreuse que moi, là, juste devant la fenêtre.
Je suis exposée aux courant d’air, face à la porte qui s’ouvre toutes les trente secondes
Je lève la tête péniblement à chaque tintement de la clochette, suspendue en haut de la porte et qui annonce l’arrivée d’un nouvel intoxiqué. Je prends à ce moment-là un nouveau coup de froid !
 

Notez bien qu’heureusement qu’ils sont là, les intoxiqués, au moins ça met un peu d’animation dans ce bistrot de village.
Il y a les intoxiqués du mégot, les intoxiqués du « jaja », les intoxiqués du foot.
Les intoxiqués du foot, c’est ceux que je préfère : il y en a toujours la moitié qui chantent à la fin d’un match ; c’est un peu la fête ces soirs-là et ça se termine inévitablement par des tournées jusqu’à plus soif et jusqu’à point d’heure, mais c’est joyeux, et ça finit toujours par réunir les deux camps.

Tous ces intoxiqués s’expriment beaucoup, alors je les écoute…et je pourrais en raconter des confidences étalées là, sous mon nez !
 

Ils parlent souvent d’une voix forte et c’est parfois fatigant. Celui-ci réclame à grands cris ses cigarettes préférées, celui-là, son Ricard à lui servir bien frais et bien dosé ; l’autre accoudé au comptoir gémit ses déboires et tente de noyer son chagrin dans quelques chopines. Ils boivent, ils boivent ces gens-là, pendant que moi je crève de soif…

Tous ceux-là, se sont les habitués. Ils sont là même le Dimanche et moi aussi.

Je vous passe tous ceux qui ne font qu’entrer et sortir avec à peine un « B’jour ! »

Les ennuis, les angoisses, les larmes, les insultes : j’ai droit à tout ! Ils déversent tout ça sur le zinc. Le zinc qui n’en peut plus que l’on choque des chopes avec violence sur son dos. Il en perd tout son éclat, déjà qu’il est vieux…

Ho, bien sûr, je suis témoin aussi des rires, des évènements heureux à fêter, des plaisanteries le plus souvent grivoises, mais vous savez, les gens ici ont plus souvent le vin triste que gai…


Ecouter les gens, ça va bien cinq minutes, c’est bien joli tout ça, mais moi on ne me le rend jamais ! Je reste plantée là, sur pied, sans jamais personne pour s’intéresser à moi.
On m’ignore totalement, on m’oublie dans mon coin, alors que je suis toujours à l’écoute des autres. On abreuve les clients, mais moi, personne ne pense à m’offrir un verre !

Et je reste là, à perdre ma jeunesse, ma vitalité, ma beauté, moi qui étais si belle auparavant, moi qui avais une santé de fer : « quelle belle plante ! » disait-on de moi jadis, quand j’étais encore jeune…

Pff, si encore on me témoignait un peu de respect, mais même pas ! Je suis bonne à récolter les vieux mégots que les alcoolos jettent à mes pieds ! Je vois la vie au travers d’un nuage de fumée, même que j’en ai le teint jaunâtre.

Vous croyez que c’est une vie que cette vie-là ?!
 

Ha, comme j’aimerais vivre chez la petite vieille d’en face qui a l’air si charmante. Elle semble avoir des bonheurs tout simples, comme s’occuper des fleurs qui s’épanouissent sur son balcon. Si je vivais chez elle, je serais une de ses raisons de vivre supplémentaires au moins. Je la rendrais heureuse et elle me le rendrait bien.
Elle passerait son temps à s’occuper de moi, à me doucher, me caresser, me lustrer, me servir à boire et à manger et elle me parlerait, car vous savez, il existe encore des gens qui nous parlent et qui nous aiment.
Ce qui n’est pas le cas ici dans ce bar-tabac…où je vis dans une parfaite indifférence et où l’on me maltraite. Je m’étiole de jour en jour…
 

Souriez, souriez…mais parlons de vous : je suis sûre que vous aussi m’ignoreriez si vous rentriez dans ce bistrot. Vous écraseriez vous aussi votre mégot sur mes pieds, sans même vous excuser… si, si ! Je suis même sûre, que certains soirs, vous me balanceriez votre verre à la figure, après avoir un peu trop exagéré sur la bouteille… Enfin si ce n’était pas sur moi, ce serait sur l’une de mes congénères…
Avouez que ça vous est déjà arrivé ! Vous voyez que je ne raconte pas d’histoires…

Alors croyez-vous vraiment que l’on puisse se développer normalement avec une vie pareille et être épanouie ?

Pensez-vous vraiment que l’univers d’un bar-tabac soit une vie saine pour une jeune plante verte ?

Les gens n’ont vraiment pas d’cœur…

J’étais si belle jadis, moi la petite plante verte du bar-tabac du coin…








Voilà encore un texte sorti de mes tiroirs...juste pour vous qui ne l'avez sûrement pas lu encore...juste pour vous faire patienter en attendant mon retour, car cette fois je pars m'expatrier jusqu'à la fin du mois d'Août!
Oui, je prends mes quartiers d'été là-bas sur ma Côte d'Opale! Je vais ouvrir la maison et la préparer pour recevoir les amis de passage, les enfants, les petits-enfants... (Ma Capucine, mon petit Oscar...mes doudous d'amour!)
Un moment suspendu à regarder le temps passer, à profiter du moment présent...et ce pour de longues semaines!
J'espère que les transats et parasols resteront toujours dehors sur la terrasse à crever de chaud...comme nous tous...car OUI le soleil sera de la partie, j'en suis sûre
! On va pouvoir profiter de la plage, balades et châteaux de sable...et touti quanti!
J'ai une connection internet toujours aussi aléatoire là-bas...mais le jour où ça fonctionne, vous pensez bien que je ferai un saut chez vous, histoire de prendre de vos nouvelles...car je ne peux pas me passer de vous...et ça vous le savez bien!
Merci de vos passages et de vos mots d'amitié à la naissance d'Oscar! ça fait chaud au coeur :-))
Je vous embrasse et vous souhaite à vous aussi un bel été! 
De jolies escapades entre ombres et soleil.
Des étapes délicieuses où le temps se suspend pour regarder la vie tout simplement...et engranger des images colorées pour le temps venu des jours gris!

PROFITEZ BIEN !




 

    

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fanfan 28/08/2009 18:10

alors on pouponne toujours?bon week end

Nickyza 01/09/2009 23:34


Et voui...J'attends de voir qui de l'été ou de moi jetera les armes et rentrea le 1er! A mon avis ça va être moi...
Bisous Fanfan :-))


fanfan 28/08/2009 18:09

alors on pouponne toujours?bon week end

Cristal 28/08/2009 10:52

Je sais que t'es pas là... ouinnnnnnnn bon il est temps que t'reviennes,non mais quand mêmeen attendant je te laisse de gros gros bisousune petite chaîne qui ma été envoyée deux fois...même si je ne suis pas une adepte...je fais plaisir à ceux que j'apprécie, du moins je l'espèremille bisous ma p'tite voisine

Nickyza 01/09/2009 23:39


Pas adepte non plus des chaînes et tags en tous genres, hihi! mais merci quand même, ma Cristal!!
Mais oui je vais rentrer...à contrecoeur...il le faut bien! J'aime pas la fin de l'été...
Mille bisous salés et bien iodés, ptite champenoise :-))))


Tabellarius 25/08/2009 18:06

T'chao Niki..Les caniculaires m'ont relachés et toi tu es dans le grand nord Suis heureux que le temps te soit clément et de te retrouver bonzée début septembre.En fait, j'ai aussi fait une pause salutaire.Gros bisous et a peluche

Nickyza 02/09/2009 00:21


Ouf, même chez toi on a lâché les skis de neige???!!! hihi
Un été superbe et très chaud dans mon grand nord! du jamais vu depuis longtemps et aussi longtemps!! Ha, le ptit rosé dehors jusqu'à tard dans la nuit, sans gilet!!!
Tchuss le Tab et à très bientôt...quand j'aurai fini de prolonger!!!


Charlie 20/08/2009 21:58

Coucou, coucou, c'est môa...Un gros bisou tout collant même à cette heure-ci !!Mais une pensée toute fraiche pour toi de moi.Bisous Nicky.

Nickyza 02/09/2009 00:32


Merci Charlie de tes coucous en mon absence :-))
Bisous ma Charlie :-))


Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre