Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 00:45

 

CHANSON :

Refrain :

 

Si elles doivent toujours faire la paire

   Les chaussettes, les chaussettes

Elles marchent pas toujours de concert

   Les chaussettes, c’est un fait !

Elles sont toujours dépareillées

   Les chaussettes, quel casse-tête !

Pas moyen de les assembler

   Ces chaussettes trouble-fêtes !

 

Où est passé la jumelle

De la chaussette esseulée ?

Où s’est-elle donc fait la belle

Pour qu’on la retrouve jamais ?

 

Elle s’est sûrement cachée

Sous un lit, sous le canapé

Laissant sa veuve éplorée

Pour des mois ou des années.

 

Refrain

 

A la sortie du lave-linge

Chacune cherche sa chacune

C’est un vrai remue-méninge

Pour en réunir quelqu’z’unes.

 

Les chaussettes roses à p’tits pois

Les rayées multicolores

Les unies à petits chats

Se mélangent sans remords.

 

Refrain

 

Dès demain, moi, ces chaussettes

Je les jette à la poubelle.

On va pas se prendre la tête

Pour des chaussettes rebelles !

 

Enlevez tous vos chaussettes

Lancez-les par-dessus tête.

C’est l’boycott de la chaussette,

Les chaussettes : « stop-eject » !

 

Refrain      


Je ne sais pas vous, mais moi, je souffre du syndrome aïgu de la chaussette !!!
Chaque fois que j'ouvre mon sèche-linge, j'ai des sueurs froides à l'idée du tri des chaussettes ...
J'ai l'impresion que ces sacrées chaussettes ricanent du mauvais tour qu'elles me jouent. Je n'arrive JAMAIS à les marier toutes! Elles ressortent du lavage célibataires: elles sont veuves de leur moitié, rejoignant le panier des dépareillées. Et le tas de ces dépareillées monte, monte chaque semaine...
Par miracle, un jour, parfois plusieurs mois après, l'une des disparues réapparaît  comme par miracle. Je pioche dans le panier des dépareillées et, ô joie, je retrouve la jumelle!! Chouette, un mariage!!
Quelle galère me font subir ces sacrées chaussettes...il m'arrive d'en rêver la nuit! (Nan, là j'exagère...) J'en suis même à les compter, les gueuses!
Avec quatre mecs à la maison, ça fait 4 paires par jour, donc 28 paires par semaine, soit 56 chaussettes,
sans compter
celles qui se rajoutent à celle du jour: les chaussettes de tennis, les chaussettes de foot, (et j'en passe!) soit environ 12 paires de plus par semaine...ce qui nous mène à 40 paires de chaussettes par semaine, soit un total d'environ....(Nooooooooon....!!!!)
80 chaussettes par semaine !!! Comment voulez-vous que je m'y retrouve...et que mes chaussettes se retrouvent entre elles?!  De quoi devenir maboule!
Rassurez-moi...vous aussi...vous rencontrez les mêmes problèmes avec vos chaussettes, hein?

Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Chansons
commenter cet article

commentaires

asbeen 07/08/2008 21:12

La nouvelle de Gotlib s'intitule "La chaussette de l'épouvante", elle se trouve dans l'excelent recueil "Jactances" dont je ne saurais trop que recommander la lecture...

Pour l'enigme, vingt-dieux de bois de la malpeste palsembleu, tu pourrais chercher, que diantre !

:)


C'est fort de café quand même !


Oui, depuis que j'ai appris cette expression, elle ne me quitte plus !


elle !

asbeen 07/08/2008 01:12

Moi cette histoire de chaussettes m'evoque 2 choses :

1- la vieille enigme :
Imaginons une chambre sans lumière et une armoire remplie de 49 chaussettes noires et 49 chaussettes blanches (pas des paires , mais des chaussettes uniques, en vrac, mélangées)
Question : combien faut il prendre de chaussettes AU MINIMUM pour sortir de la piéce et être sur d'avoir une paire de chaussettes de la même couleur ?
:)

2- Gotlib a ecrit une nouvelle sur l'etrange aventure d'une chaussette trouée mais dont le trou passait mysterieusement du coté gauche au coté droit ....

Nickyza 07/08/2008 20:33


Arf, moi je cherche pas je prends TOUTES les chaussettes!!! Mouhaha! J'attends la solution de l'enigme quand même!
ça ne m'étonne pas de Gotlib! Comment s'appelle cette nouvelle: j'aimerais bien la lire! :-))


pol 18/06/2008 21:55

A l’occasion de la journée nationale du don d‘organes le 22 juin 2008, je participe à l’opération 5000 liens pour sensibiliser l’opinion au don d’organes
Merci de votre soutien.
A bientôt

Nickyza 19/06/2008 14:09


Convaincue à fond...et depuis longtemps, Pol! :-))


Fardoise 18/06/2008 16:40

Une horreur les chaussettes... Moi je les mets dans un petit filet à linge, au moins je ne les perd pas... enfin en principe car il y a toujours un ou deux chaussettes qui se perdent tout de même. Où ??? En plus je n'en ai que des unies (plutôt classique) et il faut les trier selon le talon ou la bande élastique. Souvent je les range en vrac et après c'est la crise lorsque j'en veux une paire. Heureusement, maintenant avec l'été, c'est fini les chaussettes pour le moment. Merci pour ton passage, moi non plus je n'ai guère le temps de rester aujourd'hui.

le bigorneau 18/06/2008 14:13

C'est bien connu c'est un problème universel...moi aussi je rencontre encore malgré que l'on ne soit plus que deux ce problème...incompréhensible...les lave linges doivent les bouffer...Quand on était sept je ne te raconte même pas...j'avais un panier plein de chaussettes en mal d'amour... hihi !
C'est un mystère qui mériterait qu'on l'étudie de très près...on pourrait faire des statistiques, une thèse... RIRE.... j'ai corrizé ma faute z'ai mis un Z comme Zorro...

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre