Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 17:00



 

 

Il est des livres que l’on ne peut garder rien que pour soi quand ils sont beaux. Les mots parfois en sont si jolis et libèrent de si belles images que l’on ne peut se contenter de les lire à voix basse. On les murmure tout d’abord, en lecture silencieuse, puis la musique qui s’en dégage est si belle qu’elle nous pousse à les clamer à haute voix. Au fil de ma lecture, il m’arrive souvent de relire à haute voix une phrase que j’ai trouvée jolie pour en déguster la délicatesse des mots et faire exploser les images en myriades d’étoiles.

 

Des mots si jolis, on a envie de les faire partager autour de soi et c’est le cas du livre de Mathias Malzieu (chanteur-compositeur de Dionysos, groupe de rock bien connu) qui s’intitule : « La mécanique du cœur » (chez Flammarion).

 Un pur délice…Joli conte poétique qui nous plonge dans un univers proche de celui de Tim Burton ou de celui de Süskind (le parfum) dont le héros, Grenouille, ressemble par certains traits au Little Jack de Mathias Malzieu : des êtres que la nature n’a pas gâtés mais qui leur a laissé néanmoins un don. Pour Grenouille, le don olfactif, pour Little Jack le don d’explorer les méandres de l’amour.

 

Little Jack, Pinocchio des temps modernes, est né, le jour le plus froid du monde, avec un cœur défectueux. La sage-femme, -mi-sorcière, mi-fée-, qui l’aide à venir au monde, lui greffe une horloge à la place du cœur défaillant : elle lui redonne la vie. Little Jack vivra, à condition d’éviter trop d’émotions, car l’horloge alors se détraquera… Little Jack vit avec cette petite phrase dans la tête : « Love is dangerous for your tiny heart ! » que la sage-femme lui serine comme une formule sorti d’un vieux grimoire… Ce qui devait arriver, arrive : Little Jack tombe un jour amoureux d’une petite chanteuse des rues ! Quête amoureuse pour retrouver Miss Acacia, transports merveilleux de la passion comme de sa cruauté…le cœur de Jack sera mis à dure épreuve…

 

Entre noirceur et humour, l’écriture est poétique et emplie de sensibilité. Un petit bijou de poésie où les métaphores vous transportent dans un paysage imaginaire dont on garde l’empreinte longtemps après avoir refermé le livre.

 

Je ne peux pas terminer cet article sans vous livrer quelques images, quelques jolis mots…comme un cadeau pour embellir vos jours.

 

« Un froid de canard paranormal cadenasse la ville…les fontaines se changent une à une en bouquets de glace…le givre fait des merveilles en pailletant le corps des chats…les arbres ressemblent à de grosses fées en chemise de nuit blanche qui étirent leurs branches, baillent à la lune… »

 

« Dehors, il neige de plus en fort. Dans la rivière les poissons grimacent, arrêtés net. Toute la ville est sous la main d’un souffleur de verre… »

 

« Cette nuit, je vais grimper à la lune, m’installer dans le croissant comme dans un hamac et je n’aurai absolument pas besoin de dormir pour rêver. »

 

« La cheminée, en forme de couteau de boucher, pointe vers les étoiles. La lune y aiguise ses croissants. »

 

« Les étincelles que produit Miss Acacia en chantant sont les éclats de ses propres fêlures. »

 

« Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous l’oreiller, je tenterai de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte… »

 

« Les volutes de son parfum me sont familières comme une vieille couverture pleine de rêves… »

 

…et je pourrais recopier le livre de Mathias Malzieu en entier…Difficile de faire un choix parmi tous ces jolis mots…

Je suis sûre que je vous ai donné l’envie de dénicher d’autres petites phrases délicieuses, non ? J



Partager cet article

Repost 0
Published by Nickyza - dans Des livres et moi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La caverne des mots
  • La caverne des mots
  • : Bienvenue dans ma caverne où les mots sont rois! Entrez, asseyez-vous...Ici, poésies, nouvelles, petits billets de papier aigres ou doux, chansons...Un moment convivial à partager en échangeant nos mots!Café ou thé?
  • Contact

A Livre Ouvert Ou... Fermé

  • Nickyza
  • Je suis…
 
 Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.
  • Je suis… Une silhouette évanescente, une ombre sous la lune blanche, juste un reflet dans un miroir où se reflètent mes mots…Mes mots qui résonnent en écho à d’autres mots, les vôtres, et ceux de mes auteurs favoris.

 
  Bienvenue dans ma caverne peuplée de livres ! A la nuit tombée, lorsque je dors, les livres s’échappent des rayonnages et partent en voyage. Les mots volent hors des pages et dansent une carole à en perdre voyelles et consonnes. Les auteurs et leurs héros devisent de tout et de rien, en refaisant le monde, confortablement installés dans les fauteuils du salon. Parfois leurs éclats de rire ou de voix troublent mon sommeil. Aux premiers rayons du soleil, à l’heure des rêves enfuis, mes livres regagnent sagement leur place, alignés sur l’étagère. Seuls quelques mots errent encore, surpris par la clarté du jour…

Bienvenue !


Retour à la page d'accueil


Pour ne rien rater des parutions de mes articles, inscrivez-vous à ma newsletter (dans la colonne de droite ! ) ainsi vous serez tenus informés dès publication !





Au Grenier Encore Des Livres

Mes textes sont protégés

 

 

    5JWU185-1-Logo-Copyright-France.gif

 

 

 

 

Mon recueil de nouvelles :

" Petites histoires et autres fariboles en terres de Champagne "

 à commander ici 

 

 

        Pub Fariboles1

Pages

Et les minutes défilent

Quelques citations...


"Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit." (M. Duras)

 

"Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu." (Jules Renard)

"Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle." (Proverbe africain)


 "Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir." (Jean Mermoz)

"Comment se tue en nous l’amour ? Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l’amour, l’indignation le brise, et on arrive à l’indifférence finale." (Sainte-Beuve)
 

 "Créer c’est vivre deux fois." (Albert Camus)

 "On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme." (Douglas MacArthur)


"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur." (Sénèque)


"La vie est finie quand tu ne surprends plus personne." (Coluche)

"L’indifférence est une paralysie de l’âme." (Anton Tchekhov)








Paperblog

Texte Libre